L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Aphtes

05 octobre 2015
aphtes

05 octobre 2015

Les aphtes buccaux sont ennuyeux et souvent douloureux, mais dans la plupart des cas sans gravité. Il n’est généralement pas utile de les traiter : ils disparaissent spontanément en une à deux semaines.

Les aphtes sont de douloureux petits ulcères sur les muqueuses de la bouche. Selon la taille, la durée et la douleur, on en distingue trois types. Dans 80% des cas, il s’agit d’aphtes communs, qui font moins de 1 cm et disparaissent spontanément en une à deux semaines sans laisser de cicatrice. Ils se manifestent le plus souvent pendant l’enfance ou l’adolescence et diminuent en fréquence et en importance avec l’âge. Dans 10 à 15% des cas, les aphtes sont supérieurs à 1 cm. Souvent très douloureux, ils guérissent moins vite et laissent fréquemment une cicatrice. Ceci vaut aussi pour la forme la plus rare (5 à 10% des cas), les aphtes dits herpétiformes parce qu’ils ressemblent aux blessures provoquées par l’herpès, qui sont très petits (1 à 3 mm) et très nombreux (jusqu’à cent en même temps).

Les causes des aphtes ne sont pas véritablement connues. Selon l’hypothèse la plus vraisemblable, il s’agirait d’une réaction immunitaire du corps à une lésion dans la bouche. La muqueuse peut être blessée pendant les soins dentaires, par un appareil dentaire, une brosse à dents dure, une morsure en mangeant, une dent ébréchée ou un aliment pointu (comme des chips). Certaines personnes seraient plus prédisposées que d’autres. Certaines personnes sensibles sont susceptibles de faire une réaction à l’un ou l’autre aliment spécifique, comme le chocolat, les fraises, les agrumes, les noix, certains fromages, les tomates, les crustacés, etc.

D’autres facteurs qui peuvent également jouer un rôle sont le manque de vitamines, le stress, les changements hormonaux, etc. Mais sans que le lien de cause à effet ne soit scientifiquement établi. Par ailleurs, il n’existe aucune preuve que les aphtes soient provoqués par un virus ou une bactérie. On n’attrape donc pas un aphte et on peut encore moins le transmettre.


Imprimer Envoyer par e-mail