News

Passeport vaccinal : nous réclamons de sérieuses balises

17 mars 2021
passeport vaccin covid

Ce passeport ne peut être la seule base autorisant les citoyens à se déplacer dans l’Union européenne. Et les autorités doivent faire le maximum pour éviter les discriminations entre personnes vaccinées et non vaccinées.

Le débat autour du passeport vaccinal fait rage, et divise la population. Rien de surprenant. Le sujet est éminemment complexe, qui touche à la liberté de déplacement, au caractère volontaire de la vaccination, au respect de la vie privée…

Une réponse proportionnée et temporaire

Rappelons ici que les restrictions à nos libertés fondamentales ne sont acceptables que si elles sont nécessaires, proportionnées et temporaires. Il est donc impératif que les restrictions à la liberté fondamentale de déplacement que constitue l’obligation de présenter un certificat de vaccination ou un test PCR négatif soient constamment réévaluées en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique.

Des éléments tels que la situation sanitaire et la couverture vaccinale sur les lieux de départ et d’arrivée doivent être pris en considération pour vérifier si les restrictions imposées sont toujours justifiables. Dans le cas contraire, elles doivent être levées. Selon nous, il convient d’adopter des mesures distinctes pour des situations distinctes (zones rouge, orange, verte) et de ne pas imposer de mesures globales (interdiction générale des voyages).

L’Europe doit s’accorder pour les vacances d’été

Nous tenons aussi à rappeler l’importance d’une coordination européenne et demandons urgemment à l’Europe et à ses Etats membres d’élaborer un plan pour les vacances d’été. Les consommateurs ont besoin d’informations pour pouvoir faire des choix éclairés.

Rien ne justifie, selon nous, qu’un passeport vaccinal constitue la seule base autorisant les déplacements au sein de l’UE. D’autant plus que l’on ne dispose pas de suffisamment de données pour certifier que les personnes vaccinées ne sont pas contagieuses, que l’on ne connaît pas la durée de protection offerte par le vaccin, ni son degré d’efficacité contre les variants. Dans le cadre d’une gestion de risque acceptable, la présentation d’un certificat de vaccination pourrait venir s’ajouter à la possibilité de réaliser un test PCR (suivi ou non d’une quarantaine) pour pouvoir voyager.

Pas de discriminations entres vaccinés et non vaccinés

Pour que le système du passeport vaccinal soit le plus juste possible, il faut donner la possibilité de se faire vacciner le plus rapidement possible à une large partie de la population. A défaut, certains pourraient voyager librement et d’autres devraient respecter des éventuelles quarantaines.

Nous insistons aussi pour que le coût des tests PCR soit strictement encadré par les autorités afin qu’il reste abordable. Il ne faudrait pas ajouter une autre discrimination, entre ceux pouvant voyager "gratuitement" et ceux devant payer plusieurs centaines d’euros en tests PCR pour partir en vacances.