News

Pantogastrix : sans prescription, pas sans précautions

15 septembre 2011 Archivé
pantagastrix

15 septembre 2011 Archivé

Depuis peu, un nouveau médicament contre les brûlures d’estomac est en vente : le Pantogastrix. Toutefois, une certaine prudence est de mise !

Les brûlures d’estomac ou "reflux" peuvent être très inconfortables, surtout lorsqu’elles sont fréquentes. Heureusement, il existe des médicaments pour contrer ces désagréments. Certains d’entre eux sont en vente libre, mais ça ne signifie pas pour autant qu’ils peuvent être consommés à la légère.

De préférence le moins longtemps possible

Actuellement, les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont considérés comme les médicaments les plus efficaces dans le traitement du reflux : omeprazole, lansoprazole, rabeprazole, pantoprazole... Récemment encore, les IPP étaient uniquement disponibles sur prescription. Mais depuis le 1er juin 2011, un IPP pour lequel aucune prescription médicale n’est requise est également disponible en Belgique, à savoir le Pantogastrix 20 mg, à base de pantoprazole. Prix : € 7,50 pour 14 comprimés. Vente libre ne signifie toutefois pas que vous ne devez pas faire preuve de prudence avec de tels médicaments.

Les IPP réduisent drastiquement la production d’acide gastrique. Comme tous les IPP, le Pantogastrix a également une action lente : deux à trois jours peuvent s’écouler avant que vous ne ressentiez le moindre soulagement. Dès que les maux disparaissent, vous suspendez le traitement. Si aucune amélioration n’est constatée au bout de deux semaines, mieux vaut consulter un médecin. En aucun cas, vous ne pouvez prendre du Pantogastrix pendant plus de quatre semaines d’affilée, sous peine de déclencher un « effet rebond ». Ce qui signifie que les douleurs peuvent revenir de plus belle et en force dès l’arrêt du traitement.

Consultez le médecin ou le pharmacien

Dès lors, utilisez le Pantogastrix uniquement pour ce à quoi il est destiné : les symptômes de brûlures d’estomac. Si vous n’êtes pas certain de présenter ces signes spécifiques, consultez un médecin. Sinon, il se peut que vous preniez des comprimés pour un problème qu’en réalité vous n’avez pas et que vous déclenchiez véritablement des brûlures d’estomac ! Ce médicament n’agit pas à titre préventif. Bref, de tels médicaments sont à prendre uniquement lorsque vous présentez ces symptômes, le moins longtemps possible sans dépasser en aucun cas les quatre semaines.

Le Pantogastrix s’adresse uniquement aux adultes et ne peut être administré aux personnes de moins de 18 ans. A partir de 55 ans, il est recommandé de consulter un médecin ou un pharmacien lorsqu’on présente pour la première fois des signes évoquant des brûlures d’estomac.

Si les douleurs sont modérées et ne surviennent que de temps à autre, il se peut même que vous n’ayez pas besoin de médicaments. Il n’y a pas de risque à ne pas traiter des reflux gastriques modérés et irréguliers. D’autant plus que même les médicaments les plus sûrs peuvent avoir des effets secondaires. Certains signes portent à croire que l’utilisation prolongée d’IPP va de pair avec un risque accru de fracture osseuse.

Les solutions alternatives souvent actives plus rapidement

Outre le Pantogastrix, d’autres médicaments contre le reflux sont disponibles sans prescription. Ils agissent souvent plus rapidement mais certaines précautions sont de mise. Il s’agit principalement d’antacides, de substances telles que les sels d’aluminium, les sels de magnésium, le carbonate de calcium et le bicarbonate de sodium qui neutralisent l’acide gastrique. Parmi les exemples connus, citons Gaviscon, Maalox, Rennie, Riopan, Maglid et Gastricalm. Tous soulagent les patients le plus souvent rapidement et doivent être pris plusieurs fois par jour pour contrôler les symptômes.

Contre les douleurs plus fréquentes et plus fortes, des antihistaminiques H2 sont souvent prescrits en plus des IPP. De nombreuses recommandations conseillent même de commencer par prendre un antihistaminique H2 et, s’il est sans effet, de passer à un IPP. Un seul médicament de cette catégorie est disponible sans prescription, l’Acidine, à base de ranitidine. À l’instar de tous les antihistaminiques H2, cette substance agit elle aussi relativement vite, bien souvent après une heure déjà. La dose maximale conseillée est de deux comprimés par 24 heures et le traitement peut s’étendre sur deux semaines maximum. Si les symptômes persistent ou s’aggravent, le traitement doit être interrompu et il faut consulter un médecin.

Importance principalement commerciale

En théorie, un médicament exempt de prescription présente l’avantage que vous ne devez pas vous rendre chez le médecin au préalable. Ce qui peut constituer un réel avantage pour qui souffre régulièrement de brûlures d’estomac. Mais ce médicament répond-il à une véritable demande des patients ? La question reste ouverte. La décision de vendre désormais librement certains médicaments soumis à une obligation de prescription est davantage induite par des considérations commerciales plutôt que par la préoccupation des besoins du public.


Imprimer Envoyer par e-mail