Communiqué

Test Achats informe les consommateurs au sujet des nouveaux labels énergétiques

24 février 2021

À partir du 1er mars, le label énergétique bien connu apposé sur chaque appareil électrique sera revu et simplifié : le A accompagné de “+” disparaîtra et la classification passera de A à G. L’objectif de ce changement est de mieux refléter l'évolution des performances énergétiques des appareils actuels et de stimuler la fabrication d’appareils plus efficients. Le code couleur du vert au rouge foncé est conservé. Les réfrigérateurs et les congélateurs, les lave-vaisselle, les lave-linge, les machines à laver et les écrans électroniques (tels que les téléviseurs) sont les premières catégories de produits concernées par ce nouveau label. Les commerçants ont jusqu'au 18 mars pour réétiqueter ces catégories dans leurs magasins physiques et en ligne. La période du 1er au 18 mars promet d'être particulièrement confuse, car l'ancien et le nouveau label coexisteront pendant un certain temps. Test Achats, partenaire du programme BELT, s’engage à informer au mieux les consommateurs, en étroite collaboration avec les autorités, sur ce nouveau label.

 

Ancien label obsolète ...

L'ancienne échelle utilisée depuis 1992 pour indiquer la performance énergétique des appareils est devenue obsolète. En effet, vu les progrès technologiques, de très nombreux produits peuvent se prévaloir de la classe supérieure, A +++, ce dernier label étant presque devenu un standard. Quant à la connotation A +, elle est devenue la norme minimale pour les lave-vaisselle par exemple. Pour Test Achats, une révision s’imposait donc de toute urgence.

 

Nouveau label plus clair ...

C’est donc chose faite ! Le nouveau label prévoit une échelle simplifiée : les signes “+” disparaîtront, et les catégories iront simplement de A à G. Le calcul à la base du label a également été revu. Par exemple, pour les machines à laver et les lave-vaisselle, le calcul ne sera plus basé sur une consommation annuelle, mais sur une consommation par 100 cycles de lavage. Enfin, des pictogrammes accompagneront le label avec des informations utiles sur les caractéristiques du produit, telles que la capacité de chargement d'un lave-linge ou d'un lave-vaisselle, le contenu d'un compartiment de réfrigération ou de congélation ou le bruit du produit. De plus, grâce à un code QR, qui distingue le nouveau label de l'ancien, les consommateurs pourront consulter à partir du 1er mars la base de données européenne sur l’étiquetage énergétique (EPREL) pour trouver encore plus d'informations.

 

Premiers produits concernés

Les réfrigérateurs, congélateurs et caves à vin, les lave-vaisselle, les lave-linge et lave-linge séchants et les téléviseurs et écrans d'ordinateur doivent être réétiquetés à partir du 1er mars avec une période de transition jusqu'au 18 mars 2021. Les vendeurs ont donc trois semaines pour changer l’étiquetage des catégories concernées à la fois dans les magasins physiques et en ligne. Cette période de transition risque de créer beaucoup de confusion dans le chef du consommateur vu que l'ancien et le nouveau label coexisteront. Par ailleurs, les produits commercialisés sous l'ancien label avant le 1er novembre 2020 pourront encore être vendus jusqu'au 30 novembre 2021, ce qui risque de compliquer encore les choses. D'autres produits suivront telles que les lampes en septembre, suivies par les systèmes de climatisation et de ventilation, par exemple. 

 

Plus strict...

Test Achats se félicite que les nouveaux labels soient également beaucoup plus stricts, ce qui signifie que les appareils qui se trouvaient auparavant dans la classe énergétique la plus élevée devront désormais se contenter d'un label B, C ou inférieur, même s'ils ne sont pas nécessairement moins économiques qu'auparavant sous un label A +++. "Pour les consommateurs, cela peut véritablement prêter à confusion, d'où l'importance de bien les informer. L'UE a délibérément placé la barre très haut pour encourager les fabricants à fabriquer des appareils encore plus efficaces sur le plan énergétique. Les produits à très haute efficacité énergétique qui obtiennent un A dans le cadre du nouveau régime sont encore rares", déclare l'organisation de consommateurs. Faut-il pour autant se ruer sur les produits affichant un A sous le nouveau label pour remplacer ses anciens appareils ? “D'un point de vue écologique, il est bien préférable de conserver les anciens appareils en état de marche plutôt que d'en acheter de nouveaux : une part importante de l’empreinte en CO2 d'un produit a lieu lors de productionexplique Julie Frère

 

Un système clair pour les écochèques svp !

La question de savoir quels produits pourront être achetés avec des écochèques demeure en suspens. Il semble en effet que ce point fasse débat au sein du CNT, qui devait pourtant se prononcer à ce sujet le 23 février. Certains au sein du CNT poussent pour que l’on puisse acheter des produits allant jusqu’à la catégorie E avec des écochèques, d’autres s’y opposent. “Nous demandons que seuls les produits dotés d’un label allant de A à maximum D puissent être achetés avec des écochèques. À défaut, les incitants pour que les fabricants produisent des appareils toujours plus performants d’un point de vue énergétique seraient amoindris” déclare Julie Frère, porte-parole de Test Achats.

https://www.test-achats.be/nouveau-label-energetique

 

 

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.