News

Les Samsung Galaxy voient triple et pliable !

12 février 2020

Samsung a présenté, ce 12 février 2020, la nouvelle mouture de ses Galaxy S, qui ne s’appelleront pas S11 mais bien S20. Pour l’occasion, le fabriquant sud-coréen a dévoilé trois modèles de ses fleurons : le Galaxy S20 (écran de 6,2 pouces), le Galaxy S20+ (6,7 pouces) et le gigantesque Galaxy S20 Ultra (6,9 pouces). Sans parler du Z Flip, le premier (du moins vendu en Belgique) smartphone... pliable!
 

Galaxy S20 et S20+

Pour les deux premiers cités, peu de choses les séparent. Ils embarquent tous deux le même processeur (Exynos 990) et la même technologie d’écran (Super Amoled). Ils sont tous deux équipés de 8 GB de RAM et de 128 GB de mémoire de stockage (extensible grâce à une carte mémoire Micro-SD).  

Au niveau esthétique, Samsung a apporté quelques modifications: l’appareil photo frontal est toujours intégré à l’écran, mais ne se situe plus sur le côté, il est désormais centré sur la partie haute de la dalle. 

A noter, pour les plus impatients, que la sortie des Galaxy S20 est prévue à partir du 13 mars, tandis que le Galaxy Z Flip sera, lui, commercialisé le 21 février.

Plus de mini-jack!

Autre changement, la disparition du port mini-jack, ce qui nous déçoit: les Galaxy S étaient l’une des dernières séries de téléphones qui en possédaient. Désormais, il faudra donc acheter un adaptateur pour pouvoir continuer à écouter de la musique avec son casque filaire préféré.

Enfin, les capteurs photo arrières se voient regroupés sur le coin supérieur gauche, et non plus en une barre horizontale.

Une plus grande fluidité d'affichage

Comme d’habitude avec Samsung, les écrans sont de très belle facture, avec un rendu agréable à l’œil. La nouvelle mouture embarque des dalles Amoled dont le temps de rafraîchissement est porté à 120 Hz, ce qui permet une plus grande fluidité d’affichage, mais consomme aussi plus d’énergie. Samsung a prévu la possibilité de repasser à un taux de rafraîchissement normal (de 60 Hz) afin d’augmenter son autonomie.

Toutefois, la grande capacité des batteries (4000 mAh pour le S20 et 4500 mAh pour le S20+) rassure, l’autonomie devrait être convenable. Nous regrettons que les appareils soient livrés avec un chargeur de 25W, alors qu’ils sont capables de se recharger jusqu’à 45W, mais Samsung vend ce chargeur plus performant séparément…

Prise en main

La principale différence entre les deux modèles est dans la prise en main. Avec ses 6,2 pouces, le Galaxy S20 parait presque compact à côté de ses frères, mais il reste un smartphone imposant comparé à ce qui se faisait il y a quelques années encore. Néanmoins, c’est celui dont la prise en main nous a le plus convaincu car il tient bien dans la paume et peut être utilisé à une main sans trop de difficultés.

De plus, le téléphone est léger (163 g), il ne se fait donc pas trop remarquer dans une poche. 

 

Photo : à gauche, le S20, où le pouce n’est pas trop loin du haut de l’écran. Le S20+: le pouce est loin du haut de l’écran. 

Pas de révolution en mode photo

Au niveau photographie, Samsung a optimisé les S20 et S20+, mais ils n’ont rien de particulièrement révolutionnaire. Seul le S20+ dispose d’un capteur ToF en plus afin de mieux gérer la profondeur de champ et de donner des portraits toujours plus réalistes.

Notre première impression est bonne, même si quelques détails devraient encore être peaufinés dans la version définitive du logiciel (les appareils que nous avons pu prendre en main n’étaient pas les définitifs). Nous ne manquerons pas de tester leurs performances photo, ainsi que vidéo (ils sont capables de filmer en 8K) dès leur sortie.

Les prix de vente de ces deux appareils sont les suivants : 
• Galaxy S20 : 128Go LTE pour 899 €
• Galaxy S20+ : 128Go LTE pour 999 €

Le Galaxy S20 Ultra

Vient ensuite le Galaxy S20 Ultra. Il est tout simplement gigantesque (comme son prix). Avec son écran de 6,9 pouces et ses 222g, il est destiné aux passionnés de technologie et aux professionnels.

 

Avec son module photo très imposant, il bénéficie d’un très grand zoom qui permet de capturer des sujets éloignés. Si Samsung l’appelle « 100x Space Zoom », nous n’irons pas jusqu’à dire qu’il s’agit d’un vrai zoom 100x utilisable facilement car, dans la réalité, il est très difficile de pouvoir capturer un détail en zoomant si fort sans utiliser un pied pour stabiliser l’appareil. Néanmoins, lorsque nous avons utilisé le zoom sur une plus petite portée, les premiers résultats nous ont paru convaincants.

C’est aussi le seul terminal 5G présenté aujourd’hui, bien qu’elle ne soit pas près d’arriver en Belgique, ce smartphone en sera déjà équipé. De plus, sa configuration est très musclée, avec deux versions : l’une de 12Gb de RAM et 128Gb de mémoire de stockage, et la plus puissante de 16Gb de RAM et 512Gb de mémoire de stockage.

Voici les prix exorbitants de cette « Formule 1 »  des smartphones :

• Galaxy S20 Ultra : 128Go 5G pour 1 349 € / 512Go 5G pour 1549 €

Flip, le premier smartphone pliable

Enfin, la véritable nouveauté de ces annonces Samsung est l’arrivée du Galaxy Z Flip, le premier modèle de smartphone pliable qui sera vendu en Belgique.

Contrairement au premier modèle produit par Samsung (mais non commercialisé en Belgique), celui-ci s’ouvre comme une palette de maquillage ou un coquillage, dans un design qui rappelle les anciens téléphones à clapet.

Cela permet d’avoir un téléphone qui, lorsqu’il est replié, n’est pas trop volumineux, bien qu’il soit encore assez épais (à cause de sa charnière et des deux bords). Il est doté d’un petit écran extérieur qui permet de voir ses notifications, et de viseur de fortune pour prendre des photos lorsque l’appareil est fermé.

Samsung se targue d’avoir renforcé la charnière de son smartphone, force est de constater qu’il renvoie un aspect de solidité dont les premiers téléphones pliables ne peuvent se vanter. L’une des innovations est la possibilité d’entrouvrir le Z Flip et de le bloquer à 90° afin de le faire tenir sur une table et de se filmer comme on le fait avec un ordinateur portable, pratique pour les appels vidéo. Malgré son écran de 6,7 pouces une fois déplié, il dispose d’un bonne ergonomie et son aspect allongé permet de bien le tenir en main.

 

 

La pliure reste visible

Autre nouveauté, l’écran n’est pas fait de plastique comme les premiers modèles du genre, mais il est constitué d’un verre ultra fin qui devrait être plus résistant aux rayures. Seule déception au niveau de la conception, la pliure reste visible même si elle se fait discrète, et ce n’est pas particulièrement gênant lorsque l’on est devant l’écran.

Reste qu’avec un prix d’achat de 1 509€, on ne peut pas le catégoriser d’appareil grand public. Il intéressera les technophiles et les plus fortunés. Mais nous voyons dans le Z Flip le lancement d’une nouvelle tendance parmi les smartphones, tendance qui pourrait dans le futur se démocratiser et permettre à des écrans toujours plus grands de rentrer dans nos poches de pantalon.

Nous vous communiquerons les résultats de ces nouveaux appareils lorsque les versions définitives seront disponibles.

Nous avons testé plus de 120 modèles de smartphones jusqu'à présent, dont 9 sont actuellement toujours en test. Découvrez tous les résultats dans notre comparateur de smartphones.

Vers le comparateur de smartphones


User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question.

2 Commentaires

trier par :

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

15-07-2020

Bonjour. J'ai reçu en cadeau de fin d'année, un smartphone. Un temps, j'ai essayé d'utiliser cet engin, mais je n'arrive pas à trouver comment faire pour rester des heures le regard braqué sur l'écran. Je regrette mon ancien téléphone car je ne téléphone pas plus avec le smartphone qu'avec lui. Une petite chose est peut-être "intéressante" : la visio-conférence quand l'interlocuteur habite bien loin de chez nous.
Mis à part cela, l'engin consomme beaucoup plus que l'ancien et doit être rechargé au mieux tous les 3 jours. L'autre tenait sans problème une semaine entière.
Chinoiserie ou "japoniaiserie", c'est un outil qui a été créé pour créer un pseudo besoin de communication. L'outil a créé le besoin alors que ce doit être le contraire : un outil correspond à un besoin existant.
Ne parlons pas des évolutions incessantes qui vous font croire que votre smartphone est déjà obsolète après quelques mois seulement. Là aussi, on crée un outil pour provoquer le besoin.

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

14-07-2020

Bonjour,
Pour cette fois, il ne s'agira peut-être pas d'une camelote chinoise supplémentaire. J'en ai connu trois en un an. Pour moi, c'est terminé ... pour autant que j'aie la possibilité de déterminer l'origine du produit proposé ce qui est trop souvent impossible.
Raymond Salmon