Dossier

Comment fabriquer votre propre disque SSD externe

25 novembre 2020

L’achat d’un SSD externe, plus rapide qu’un disque dur classique, vous tente peut-être. Mais pourquoi ne pas le fabriquer vous-même ? La méthode est simple avec, à la clé, un double avantage : une garantie plus longue et la possibilité d’améliorer le disque par la suite à moindre coût.

Dans le compte-rendu de notre dernier test de disques SSD (Test Achats 658, décembre 2020), nous vous suggérons de fabriquer vous-même un SSD externe, à partir d’un modèle de SSD interne.

L’idée a germé chez nos experts quand ils se sont rendus compte que la garantie d’un disque interne est habituellement plus étendue que celle d’un disque externe. En général, on parle d’une différence de deux ans minimum, ce qui n’est pas négligeable.

Moins cher sur la durée

Le coût de l’opération, quoique dans un premier temps très similaire à celui de l’achat d’un disque préfabriqué, est en fait amorti ultérieurement.

En effet, en remplaçant séparément des éléments d’un SSD "fait maison", il est possible de l’améliorer. Le tarif est alors bien moins élevé que celui d’un tout nouveau disque.

Les éléments nécessaires

Un SSD externe est composé de trois éléments :

  • Un disque SSD interne. Il existe deux interfaces et deux formats qui nous intéressent ici :
    - m.2 ou 2,5 pouces : Il s’agit du format du SSD. Le 2,5" est plus grand, semblable à la plupart des disques durs externes (un rectangle de la taille de la paume de la main). Le m.2 est plus récent et se présente sous la forme d’une barrette bien plus petite.
    - SATA ou NVMe : Il s’agit de l’interface du SSD (la forme de son connecteur). Le SATA est plus ancien, moins intéressant pour cette opération. Le NVMe est plus récent et évolutif.
  • Un boîtier de protection qui fait aussi souvent office de dissipateur thermique
  • Un circuit imprimé qui gère l’alimentation électrique et la connexion USB

Le plus souvent, il est possible de se procurer d’un côté le boîtier avec son circuit intégré, et de l’autre le disque. Ce qui porte le nombre d’éléments à acheter au nombre de deux.

Vérifiez bien, à l’achat du disque, qu’il bénéficie de cinq ans de garantie minimum.

A l’avenir, pour mettre à jour votre disque externe, vous n’aurez qu’à changer soit le boîtier (avec circuit intégré), soit le disque lui-même, pour une somme moindre qu’un SSD externe entier. Il est d’ailleurs très probable que vous souhaitiez mettre à jour le boîtier en premier, car la majorité des SSD sur le marché sont en fait plus rapides que la limite actuelle des boîtiers (sauf les boîtiers connectés en Thunderbolt 3 mais, pour la grande majorité des utilisateurs, un boîtier USB-C 3.1 ou 3.2 est suffisant).

Selon le type de disque (SATA ou NVMe), vous devrez faire attention au boîter utilisé. L’un n’est pas compatible avec l’autre. Les disques SATA sont les plus anciens, et il y a peu de chances qu’ils s’améliorent en vitesse à l’avenir. En revanche, les disques NVMe sont promis à une belle évolution.

Comment s'y prendre ?

Assembler un disque au format m.2

Voici les éléments dont vous avez besoin :

  • Un disque SSD interne au format m.2 (en ce qui concerne l’interface, faites attention à ne pas mélanger un boîtier NVMe avec un disque SATA ou vice-versa)
  • Un boîtier externe USB-C pour disque SSD m.2 (avec câble inclus)
  • Un tournevis de précision (parfois livré avec le boîtier)


Attention : pour chaque étape de l’opération, vérifiez les consignes livrées avec le produit !

1. Placez le disque sur son circuit imprimé.


2. Placez l’écrou en cuivre à l’endroit qui lui est destiné (avec l’extrémité saillante orientée vers le trou de la vis).


3. Vissez le disque au circuit imprimé tout en maintenant l’écrou en place.

4. Insérez le circuit imprimé avec SSD dans le boîtier. Attention à son orientation : suivez bien les instructions fournies.


5. Montez la plaque frontale du boîtier avec ses deux vis. Attention à son orientation : suivez bien les instructions fournies.

6. Votre disque SSD externe est prêt à être configuré !

Assembler un disque au format 2,5"

Voici les éléments dont vous avez besoin :

  • Un disque SSD interne de type 2,5" SATA
  • Un boîtier externe USB (de préférence USB-C) pour disque SSD SATA 2,5" (avec câble inclus)

Attention : pour chaque étape de l’opération, vérifiez les consignes livrées avec le produit !

1. Ouvrez le boîtier en le déclipsant

2. Insérez le disque jusqu’à ce qu’il soit correctement branché dans le port SATA. Attention à son orientation : suivez bien les instructions fournies.
3. Fermez le boîtier en le reclipsant 

4. Votre disque SSD externe est prêt à être configuré !

Initialiser et formater un disque externe

1. Connectez votre SSD à votre ordinateur.

2. Sous Windows, faites un clic droit sur l’icône Windows et choisissez Gestion des disques.

3. La fenêtre montre la liste des disques en haut et les détails de leur contenu en bas. C’est ici qu’apparaît votre disque SSD externe qui n’est pas encore initialisé (par exemple : "Disque 1"). Référez-vous à la notice d’utilisation du disque pour savoir comment l’initialiser.

4. Faites un clic droit sur le disque et sélectionnez Nouveau volume simple. Suivez les étapes de l’assistant. En ce qui concerne le système de fichiers, formatez ce volume en exFAT pour pouvoir utiliser le SSD à la fois sous Windows et macOS (et pour qu’il soit compatible également avec une console PlayStation). Ou alors, sélectionnez NTFS pour l’utiliser exclusivement sous Windows.

5. Suivez les dernières étapes. L’assistant vous confirme la réussite de l’opération. Votre disque SSD est configuré !

Choisir le bon disque

Vous préférez vous procurer un disque SSD externe préassemblé ? Notre comparateur de SSD est là pour vous aider à comparer les différents modèles et à faire le bon choix.

Vers le comparateur SSD

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

Commentaires

Soyez le premier à commenter