Guide d'achat

Guide d'achat d'un écran d'ordinateur

02 octobre 2019

A priori, rien ne ressemble plus à un écran d’ordinateur qu’un autre écran d’ordinateur... Et pourtant, l’un peut se différencier de l’autre à de multiples points de vue. Alors, dans ces conditions, comment faire le bon choix ?

Il faut déterminer dans un premier temps quel sera son usage principal : la bureautique de base et internet ? Le visionnage de films ? Les jeux vidéo ? L’édition photo ou vidéo ?

Ces activités différentes requièrent idéalement de tenir compte d’une série de caractéristiques techniques : définition, temps de réponse (ou réactivité), luminosité, contraste, reproduction des couleurs, angle de vision, fréquence de rafraîchissement, toutes liées à la technologie de l’écran (la “dalle”).

S’ajoutent ensuite des critères comme la diagonale et le format de l’écran, ses possibilités de réglage et de connection.

 

Définition et format d'écran

La multiplication des deux valeurs (horizontale x verticale) fournies par le constructeur donne le nombre de pixels de l’écran, c'est-à-dire sa définition (couramment et à tort appelée résolution). Plus ce nombre est élevé, plus l’affichage sera détaillé.

La répartion horizontale/verticale donne le format de l’écran. Les formats d’origine de 4/3 et 5/4 sont actuellement supplantés par le 16/9 et le 16/10.

Temps de réponse

C’est la mesure (en millisecondes) du temps requis pour qu’un pixel passe du noir au blanc puis revienne au noir.

Moins élevée est cette valeur, plus l’écran est dit réactif et plus il est susceptible de convenir à un adepte des jeux vidéos. Cette caractéristique n’est cependant pas importante pour un usage bureautique.

Luminosité / Contraste

Il s’agit ici de l’intensité lumineuse maximale (en candela par mètre carré ou cd/m²) émise par l’écran. Les valeurs usuellement mesurées varient de 200 à 400 cd/m². Une valeur élevée garantira une image bien lisible même dans une pièce fortement éclairée.

Le contraste s’exprime quant à lui par le rapport entre la luminosité d’un écran totalement blanc et celle d’un écran totalement noir. On mesure généralement des valeurs comprises entre entre 600 et 1000 pour des moniteurs grand public.

Reproduction des couleurs
Un écran ne peut reproduire qu’un certain nombre de couleurs. Plus ce nombre est élevé, plus la reproduction des images est riche. On mesure l’espace colorimétrique des écrans en le comparant à l’espace normé sRGB. Le résultat est exprimé en % de cette norme. Plus ce dernier est élevé, plus riche est la palette de couleurs disponibles. 
Angle de vision
Idéalement, un écran devrait rester parfaitement lisible si on l’observe sous un angle horizontal ou vertical prononcé. Malheureusement ce n’est pas toujours le cas et avec certains types d’écran on assiste à une dégradation rapide de la qualité de l’image (luminosité, contraste et/ou couleurs).
Fréquence de rafraîchissement

Il s’agit du nombre d’image affichées en une seconde (exprimé en Hz). Les valeurs habituelles sont de 50 ou 60 Hz. Sur les moniteurs LCD à usage généraliste, ces valeurs sont suffisantes pour garantir une image stable. Elles sont cependant trop faibles aux yeux des gamers convaincus, pour lesquels cette caractéristique est très importante.

Les différents types de dalles

Les fabricants font principalement appel à 3 types de dalles ou à des variantes de ces dernières.

  • TN (Twisted Nematics) : c’est la version la plus ancienne et, jusqu’à récemment, la plus courante. Elle se caractérise par un excellent temps de réponse mais elle ne brille généralement pas ni par son contraste ni son angle de vision. Les moniteurs PC premier prix font encore souvent appel à ce type d’écran.
  • IPS (In Plane Switching) : au contraire de la précédente, une dalle IPS offre un très large angle de vision et son temps de réponse, au départ médicocre, est maintenant correct. Les couleurs sont précisément reproduites.  Cette technologie couvre maintenant une part importante du marché. A diagonale d’écran égale, le prix des moniteurs IPS est équivalent ou légèrement supérieur à celui des écran TN.
  • VA (Vertical Alignment) : cette dalle, un peu plus chère que les précédentes, brille surtout par son contraste très élevé, un bon rendu des couleurs et un large angle de vision.
  • OLED (Organic LED) : ces écrans, encore actuellement très coûteux, ne font plus appel à un système de rétroéclairage mais bien à des sources de lumière en LEDs organiques pour chaque pixel de l’image. Ils offrent des noirs profonds, des couleurs fidèles et un temps de réponse quasi-instantané mais on leur reproche parfois un certain manque de luminosité.
Diagonale et format d'écran
Il s’agit ici d’un choix laissé à l’appréciation de l’utilisateur (et/ou de son budget) ainsi qu’à l’usage et à l’espace disponible pour l’installer. Cette dimension est exprimée en pouces (1“ = 2.54 cm). Une dimension de 24 ou 27” (60 ou 69 cm) est souvent choisie par les utilisateurs lambda. Il existe aussi des écrans nettement plus grands ou incurvés, en général plutôt utilisés par les gamers.
Connectique

Selon son âge, ses performances et son prix, un écran peut recevoir l’image du PC par l’intermédiaire d’une connectique très variée. 

  • Connecteur VGA (Video Graphics Array) : il s’agit d’un ancêtre... Ce connecteur analogique est encore présent sur certains ordinateurs mais, obsolète, disparait rapidement.
  • Connecteur DVI (Digital Video Interface) : ce dernier existe en plusieurs déclinaisons permettant des définitions et des performances de plus en plus élevées. Il existe même une version permettant une connexion analogique (DVI-A), laquelle tend également à disparaître.
  • Connecteur HDMI (High Definition Multimedia Interface) : c’est actuellement “la bonne à tout faire”. On le trouve sur la plupart des ordinateurs récents. Il en existe deux versions : HDMI 1.4 qui suffit pour la plupart des utilisateurs et HDMI 2.0, moins répandu, qui permet de meilleures performances vidéo (définition et taux de rafraîchissement).
  • Connecteur DisplayPort / Mini DisplayPort : ils équipent de nouveaux ordinateurs ou appareils et permettent des performances encore supérieures au HDMI 2.0 .
  • Connecteur USB 3.1 ou USB C : vu la prolifération actuelle des appareils munis d’une prise USB C réversible très pratique, cette connexion connaît un franc succès.
  • Connecteurs Thunderbolt 1,2 ou 3 : principalement utilisés par Apple, la dernière version (Thunderbolt 3) est associée à un connecteur USB C et offre des performances supérieures à la norme USB C.
Equipement

Il n’est pas rare de passer beaucoup de temps devant son écran d’ordinateur. Il importe donc de pouvoir l’installer de façon à pouvoir l’utiliser confortablement. Deux réglages devraient être idéalement présents pour garantir ce confort : un pied réglable en hauteur et la possibilité d’incliner l’écran vers l’arrière.

Certains écrans sont équipés de prises USB additionnelles, pratiques pour y connecter facilement l’un ou l’autre périphérique ou servir de docking station pour un ordinateur portable, si l’on y raccorde à demeure une souris, un clavier, etc.

Community