News

Signez notre pétition pour une énergie abordable!

17 novembre 2021
Gaz et électricité. Les prix flambent.

L'énergie est un besoin essentiel, et la facture résultante, pas une feuille d’impôt. Pour protéger les consommateurs du choc des prix, il est temps de revenir sur la prolifération des coûts commodément inclus ces dernière années à la facture d’électricité. Mobilisons-nous en ce sens. Signez notre pétition.
 

Les prix du gaz et de l'électricité explosent. Commençons par mettre fin à la multitude de taxes et prélèvements qui alourdissent les factures d’énergie, en particulier celle d’électricité.

Je signe la pétition

La Belgique est championne d’Europe, le saviez-vous? Avec une facture moyenne tournant autour 1250€ par an pour l'électricité, nous avons dépassé l'Allemagne, le plus cher des pays limitrophes et même d'Europe. 

 Source : CREG

La facture annuelle moyenne d’un ménage qui se chauffe au gaz monte quant à elle à 2500€ par an depuis l’automne. Ce qui nous vaut la deuxième place du podium parmi les pays limitrophes les plus chers. 

source : CREG

Sans doute, cette « modeste » seconde place est-elle due au fait que notre facture de gaz échappe davantage que notre facture d’électricité aux multiples taxes et redevances. Alors que le gaz naturel représente lui-même 50% de la facture de gaz en Belgique, le chiffre pour l'électricité est à peine de 32%.

Une feuille d’impôt déguisée en facture

Les deux autres tiers de votre facture d’électricité se composent donc de cotisations et prélèvements: coûts de réseau (distribution et transport), financement des 4 régulateurs de l'énergie (fédéral et régionaux), démantèlement des installations nucléaires de Mol, éclairage public, mesures sociales (comme le tarif social), soutiens régionaux et fédéral en faveur des énergies renouvelables, primes d'isolation et d'énergie, redevance en faveur des communes pour l'utilisation de la voirie, etc. 
Et pour couronner le tout, ajoutez 21 % de TVA sur la quasi-totalité de ces obligations. 

Cher, opaque, injuste et contre-productif

Les consommateurs n’ont aucune maîtrise sur ces frais et prélèvements qui alourdissent leur facture d’électricité. Leur intégration se révèle non seulement opaque mais aussi injuste dans la mesure où l’impôt qui ne tient pas compte des revenus impacte proportionnellement plus lourdement les plus précaires. Enfin, l’accumulation de ces prélèvements va clairement à l'encontre de l’objectif d’électrification du transport et du chauffage poursuivi par les gouvernements. 

Notre message est clair

La facture d'électricité des ménages doit être abordable, transparente et juste. 
Seuls les électrons et leur acheminement y ont leur place. Les autres coûts inclus par les pouvoirs publics doivent être financés différemment. D’autres alternatives plus équitables existent, comme les moyens budgétaires généraux ou encore la création d'un fonds “climat”, alimenté par une contribution climatique sur les biens, carburants, services ou activités les plus émettrices en CO2.