Dossier

Châssis et vitrages

15 février 2019
chassis et vitrage

15 février 2019
La pose de nouveaux vitrages et châssis coûte facilement entre 10 000 € et 20 000 €, voire plus. Il s’agit par ailleurs d’une décision que vous ne prendrez sans doute que 1 ou 2 fois dans votre vie. Mieux vaut donc faire immédiatement le bon choix.

Vitrage: du simple vitrage au haut rendement

Selon une étude récente, les habitations présentant encore du simple vitrage voient leur prix de vente diminuer (près de 5 % de moins) par rapport à celles ayant au moins du double vitrage. En Flandre, toutes les habitations devront même obligatoirement disposer de double vitrage minimum d’ici 2020.

Si c’est indéniablement un argument pour bannir le simple vitrage, le caractère énergivore de ce dernier en est un autre, sachant que la perte en énergie peut atteindre 20 €/an par m². Sans compter que se trouver à proximité d’un simple vitrage vous donnera assez vite une impression de froid.


 

Le double vitrage normal a connu ses heures de gloire dans les années ’80 et ’90. Il est pourtant moins efficace en termes d’économie d’énergie et de confort d’habitation que le vitrage à haut rendement qui est maintenant utilisé de manière standard dans les nouvelles habitations ou lors de rénovations.

Le verre à haut rendement a un pouvoir isolant deux à trois fois supérieur à celui du double vitrage ordinaire et près de cinq fois supérieur à celui du simple vitrage. Ceci est entre autres dû au fait que l’interstice entre les vitres est rempli de gaz rare (argon ou le plus onéreux krypton) au lieu d’une lame d’air, ainsi qu’à l’apposition d’un revêtement métallique contre l’un des verres, réduisant la perte de chaleur.

Cet effet est encore renforcé en cas de triple vitrage. Deux des trois verres bénéficient alors d’un revêtement métallique. 

La température côté intérieur en fonction du type de vitrage, en cas de température extérieure de 0°C et intérieure de 20°C dans l’habitation. Ceci explique l’impression de froid pouvant être ressenti selon qu’il s’agit d’un verre simple ou double classique. 

La perte de chaleur provoquée par le verre s’exprime à l’aide de la valeur U (différence entre l’intérieur et l’extérieur en watt par mètre carré par degré <K>). Au plus la valeur U est basse, au moins il y a déperdition de chaleur. Le simple vitrage présente une valeur U de 5,8 W/m².K, alors que celle du double vitrage classique avoisine les 3.

Actuellement, le vitrage à haut rendement a généralement une valeur U de 1,1 ou de 1,0. Des espaceurs « warm edge » peuvent contribuer à optimaliser cette valeur, ces éléments placés au bord des vitres réduisent plus les déperditions thermiques que les espaceurs classiques. Le triple vitrage atteint une valeur U d’environ 0,6 W/m².K.

La composition du vitrage est déterminée par l’épaisseur des feuilles de verre successives, exprimée en mm et séparée par un trait d’union ou une barre oblique, à commencer par la couche extérieure.

Exemple : « 4-15-6 » décrit un double vitrage avec une feuille de verre extérieure de 4 mm d’épaisseur, un remplissage d’air ou de gaz de 15 mm et une feuille de verre intérieure de 6mm d’épaisseur.