L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Trouble panique

11 juin 2020

Au cours de son existence, une personne sur trois connaît une crise de panique, une vague soudaine d’anxiété intense ou de malaise sans raison apparente. Lorsqu’une telle crise se manifeste à plusieurs reprises en peu de temps, nous parlons de trouble panique.

Affection

La panique est une peur ou une angoisse soudaine et intense qui nous submerge suite à une menace. Elle peut être physique (lorsqu’on vous attaque en rue), ou psychologique (ex. un échec à l’école ou au travail). L’angoisse remplit une fonction importante, parce qu’elle entraîne la lutte contre le danger ou la fuite.

Toutefois, il est possible qu’une angoisse importante vous assaille sans qu’il soit question d’un réel danger. Une fausse alerte en somme. Notre organisme réagit avec des symptômes sévères, comme de la tachycardie ou de l’hyperventilation (accélération de la respiration). Il ne s’agit plus d’une réaction adaptative, mais d’une pathologie: une crise de panique. 

En cas de manifestation régulière de ce genre de crises imprévisibles et lorsque celles-ci occasionnent de l’angoisse supplémentaire pendant plus d’un mois à l’idée d’une nouvelle attaque ou entraînent un comportement déviant (comme l’évitement de situations anxiogènes), nous parlons de trouble panique.

Facteurs de risque

Il est probable que les crises soient déclenchées par une combinaison d’hérédité, de facteurs circonstanciels comme une jeunesse difficile et des déclencheurs spécifiques comme un stress aigu ou chronique. Certains traits de personnalité, comme une sensibilité à la culpabilité, la colère ou le chagrin sont des facteurs de risque.

Les femmes ont deux fois plus de risque de développer un trouble panique que les hommes. Des affections comme une glande thyroïde hyperactive, des problèmes pulmonaires comme de l’asthme ou un trouble de stress post-traumatique peuvent par exemple déclencher des crises de panique.

Si les crises sont déclenchées par un médicament, de la drogue, une affection médicale ou un autre trouble psychiatrique, il ne s’agit pas d’un trouble panique.