L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

La pilule Diane refait la une

05 mars 2013
pilule diane

05 mars 2013

En France, la pilule anti-acné Diane a été récemment retirée du marché. On apprend maintenant par les médias qu'elle aurait causé la mort de dix patientes aux Pays-Bas. Mais quelle est donc sa réelle dangerosité ?

La pilule Diane (et ses variantes génériques) a récemment fait beaucoup de bruit avec son association, en France, à plusieurs incidents thromboemboliques (formation de caillots dans les veines), dont quatre mortels. Le 29 janvier 2013, l'agence française du médicament a dès lors annoncé le retrait de ce médicament du marché. Aujourd'hui, c'est en Hollande qu'elle fait parler d'elle. L'EMA (agence européenne des médicaments) prévoit quant à elle une révision de ce médicament et de ses génériques. La pilule Diane est aussi très souvent prescrite chez nous.

Pas le premier choix en tant que contraceptif

Diane est un médicament pour les femmes qui agit contre un excès d'hormones masculines, également appelées androgènes. Les indications en Belgique, telles que mentionnées sur la notice, sont l'acné, une pilosité excessive et d'autres affections de la peau. Le médicament est constitué de la combinaison d'un œstrogène (éthynilestradiol) avec de la cyprotérone. Une combinaison qui a aussi pour effet de protéger les femmes qui prennent ce médicament contre une grossesse. Or, la plupart des femmes prennent en premier lieu cette pilule comme contraceptif alors que ce n'est pas sa fonction première et qu'elle ne peut pas constituer le premier choix dans ce cas. Cette indication ne figure du reste pas sur la notice. Ensuite, il n'a pas été démontré que ce médicament était réellement plus efficace contre l'acné que les contraceptifs classiques. Les pilules classiques ont en effet toutes un léger effet anti-acné.

Risque globalement faible

S'il n'y a pas d'autre indication que la prévention d'une grossesse (contraception), le choix pour ce médicament est difficilement justifiable. Il est du reste aussi souvent plus intéressant d'essayer d'abord d'autres médicaments pour le traitement de l'acné. Il existe pour cela plusieurs alternatives sur le marché. Les femmes qui souhaitent se protéger contre une grossesse non souhaitée mais recherchent aussi un médicament ayant un effet positif sur l'acné ont plutôt intérêt à opter pour une pilule contraceptive classique, pas pour la Diane. Le premier choix va, dans ce cas, aux pilules de deuxième génération (par ex. Eleonor, Nora 30), plutôt que de troisième (par ex. Deso 30) ou quatrième génération (par ex. Yasmin). Ces dernières présentent en effet, au même titre que la pilule Diane, un risque accru d'effets secondaires thromboemboliques sévères (formation de caillots dans les veines). Globalement, le risque reste toutefois faible avec 3 à 4 cas sur 10.000 femmes chaque année, alors qu'il est de 2 cas sur 10.000 pour les pilules de deuxième génération.

Et maintenant ?

Si vous prenez donc déjà la Diane (ou une variante générique) ou une pilule de troisième ou quatrième génération, nous ne voyons pas de raison d'arrêter subitement, surtout de votre propre initiative. Chaque médicament a en effet des effets secondaires. Rien ne sert donc, selon nous, de prendre une décision dans la précipitation tant que l'Europe ne s'est pas penchée plus attentivement sur ce médicament. En cas d'inquiétude trop importante, parlez-en à votre médecin et envisagez éventuellement - en concertation avec lui - de passer à une pilule aux effets secondaires moins importants (deuxième génération).

De quelle génération est votre pilule ?

Vous voulez savoir à quelle génération appartient exactement votre pilule ? ! Vous trouverez les différentes pilules par catégorie dans notre dossier complet sur la contraception.Vous y trouverez aussi de plus amples informations sur les autres contraceptifs possibles.


Imprimer Envoyer par e-mail