L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Réponse d’expert

De l’aspirine avant l’envol ?

01 octobre 2014
question réponses conseils

01 octobre 2014
Madame V. doit prendre l’avion pour un vol de longue durée. Son médecin lui a conseillé de l’aspirine en prévention pour réduire le risque de thrombose. Elle se demande si c’est vraiment nécessaire.

Les voyages de longue durée qui contraignent à l’immobilité vont de pair avec un risque accru de thrombose veineuse profonde ou "phlébite", la formation d’un caillot dans une jambe. Cela peut déboucher sur des complications graves, comme l’embolie pulmonaire. C’est surtout pour des vols de 4 heures ou plus qu’il y aurait un risque accru. Certaines personnes pensent se protéger en prenant préventivement de l’aspirine à faible dose.

Que faut-il en penser ? Si tout le monde qui prend l’avion se met à avaler des médicaments, cela fera plus de tort que de bien. L’immobilisation contrainte augmente un peu le risque, mais pour l’immense majorité des voyageurs, le risque est extrêmement faible. C’est un peu comme si tout le monde se mettait à porter un casque les jours de grand vent, par crainte de recevoir une tuile sur la tête.

Par contre, on peut envisager des mesures de prévention pour qui a déjà un risque de base élevé, par exemple en raison d’antécédents médicaux. On conseille de choisir si possible un siège le long de l’allée centrale, de bouger autant que faire se peut et d’exercer les mollets pendant le voyage.

En ce qui concerne les autres mesures possibles, une conférence de consensus belge sur les thromboembolies veineuses de 2013 conclut qu’en cas de risque très élevé on peut envisager des bas de compression élastiques (qui doivent toutefois être parfaitement adaptés à la personne).

Quant aux médicaments, l’aspirine n’est pas conseillée. Son efficacité pour réduire le risque de phlébite en cas de voyage de longue durée est sujette à caution, alors qu’elle peut entraîner des effets indésirables. Si une prévention médicamenteuse est souhaitée, on conseille plutôt prudemment l’injection d’un anticoagulant comme l’énoxaparine. Bref, nous ne recommandons pas la prise d’aspirine en prévention d’une hypothétique phlébite. Et certainement pas d’automédication sans avis médical.

Vous aussi, vous avez une question sur le prix ou l’utilité d’un médicament, sur le traitement que vous suivez ou sur un examen médical à passer ?

Contactez-nous


Imprimer Envoyer par e-mail
Exclusivité membre

Accédez à ce contenu

Découvrez ce contenu et de nombreux autres pour seulement 2 € pendant 2 mois !


Je découvre Test Achats pour 2 €