News

La coupe menstruelle est-elle vraiment plus dangereuse que le tampon?

27 juillet 2017
coupe menstruelle tampon

27 juillet 2017
Les médias ont récemment publié des messages contradictoires concernant les coupes menstruelles. Encourt-on un risque accru de "syndrome du choc toxique" ou non? C’est ce que devra déterminer une recherche plus approfondie, mais en attendant, mieux vaut ne pas prolonger l’utilisation d’une coupe au-delà de 6 heures.

Les médias ont récemment publié des messages contradictoires concernant la sécurité de la "coupe menstruelle", une petite coupe réutilisable en silicone destinée à récolter les fluides menstruels dans le vagin.

D'après certaines sources d’information comme Flair, une telle coupe est plus dangereuse qu’un tampon. Elle créerait un environnement favorable au développement des bactéries, faisant courir à celles qui l’utilisent un risque accru de contraction du très rare et dangereux syndrome du choc toxique (SCT), aussi appelé "maladie du tampon". D’autres sources d’information réfutent ces allégations et prétendent que la coupe menstruelle n’est absolument pas plus dangereuse que le tampon.

 Que faut-il finalement croire? Notre analyse des faits semble démontrer qu’aucune de ces conclusions ne tient la route. Nul n’est pour l’instant en mesure de savoir si une coupe menstruelle est plus sûre qu’un tampon ou non. 

Qu'est-ce qui a déclenché cette suite de publications contradictoires?

Un communiqué de presse du Centre National de Référence des Staphylocoques des Hospices Civils de Lyon  est à la source de la confusion. Il révèle les résultats d’une étude portant sur l’analyse de tampons (de 11 marques différentes) et coupes (deux marques) usagés. Ce qui a permis de cartographier tant la croissance de bactéries que la présence de toxines réputées favoriser le déclenchement du SCT.

Apparemment, les coupes contenaient relativement plus d’agents pathogènes que les tampons. Certains journalistes en ont donc conclu que les coupes menstruelles étaient plus dangereuses que les tampons, mais il s’agit d’une conclusion un peu hâtive. Les quantités de bactéries et de toxines retrouvées ont été considérées comme restant "rassurantes" par les chercheurs.

Faut-il en déduire qu’une coupe menstruelle offre la même sécurité qu’un tampon? Les données de recherche disponibles ne permettent pas non plus de l’affirmer. De plus amples études seront donc nécessaires.

Les mêmes précautions d'utilisation

La coupe menstruelle est une invention relativement récente, il reste donc sans doute encore bien des choses à découvrir à son sujet. Si les chercheurs ont qualifié les quantités de bactéries et de toxines détectées comme rassurantes, cela ne veut pas dire que les femmes utilisant de telles coupes ne courent aucun risque de SCT. La littérature scientifique a déjà décrit au moins un cas de contraction de SCT par une utilisatrice de coupes.

Tout comme pour un tampon, c’est sans doute la façon d'utiliser la coupe qui détermine le risque de choc toxique. Le Centre National de Référence des Staphylocoques conseille de prendre les mêmes mesures de précaution que pour un tampon : ne prolongez pas le port d’une coupe menstruelle au-delà de 6 heures d’affilée et de préférence pas la nuit.


Imprimer Envoyer par e-mail