L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Ingrédients cosmétiques: nous vous aidons à y voir clair

24 juillet 2017
cosmétiques ingrédients

24 juillet 2017
La méfiance règne quand il s’agit des ingrédients contenus dans les produits que nous nous étalons quotidiennement sur la peau. Pour vous aider à y voir plus clair nous avons testé une série de produits cosmétiques et nous vous fournissons une liste d’ingrédients potentiellement problématiques.

Dans certaines conditions et à certaines concentrations, une série de conservateurs, parfums et substances chimiques ajoutés pour faire mousser ou fluidifier les produits peuvent avoir des effets indésirables. Les perturbateurs endocriniens peuvent agir sur le système hormonal et dérégler la croissance ou le métabolisme, ou entraîner des problèmes de fertilité.

Pas de panique

Depuis plusieurs années, nous testons régulièrement la possible présence de perturbateurs endocriniens dans les cosmétiques. Et les résultats sont plutôt rassurants:

  • sur 18 crèmes solaires testées, seuls deux produits contenaient de l’OMC (ethylhexyl methoxycinnamate), un perturbateur endocrinien. Il s’agissait de la crème Nuxe Sun lait délicieux et Uriage BariéSun.
  • Aucun perturbateur endocrinien n’a été trouvé dans les 13 crèmes solaires 50 + pour enfants.
  • Quant au test réalisé sur des crèmes hydratantes en 2016, seule une sur 16 contenait du propylparabène: la Diadermine essential hydra balance.
  • Deux BB/CC crèmes sur 14 contenaient également cette substance: la Olay Olaz CC crème (7 in one) et Yves Rocher Sublimatrice.

Les allergènes, par contre, sont plus présents dans les cosmétiques: 10 crèmes solaire Indice 30 sur 18 en contenaient et 7 crèmes hydratantes sur 16. Ces produits doivent être évités par les personnes souffrant d’allergies (environ 1 à 3 % de la population européenne).

Outils pratiques pour les consommateurs

Difficile de s’y retrouver parmi la liste des ingrédients aux noms incompréhensibles. C’est pourquoi nous avons élaboré un dossier listant chaque substance potentiellement problématique sur base des études les plus récentes des autorités de santé.

Vers le dossier sur les ingrédients cosmétiques

Nous mettons également à votre disposition un tableau qui simplifie ces informations en indiquant les produits sans risque et ceux qu’il vaut mieux éviter, selon que l’on soit un adulte/enfant ou un bébé. Vu qu’il n’existe aucune donnée scientifique pour les bébés, nous appliquons le principe de précaution, ce qui nous amène à être plus sévère dans ce cas précis.

La règle d’or à retenir pour la plupart des perturbateurs endocriniens contenus dans les cosmétiques est que le risque est plus élevé lorsque la substance reste longtemps sur la peau comme pour les crèmes solaires et les lotions corporelles par exemple.

 


Imprimer Envoyer par e-mail