Dossier

Médecins conventionnés ou pas?

23 février 2018
Tarif médicaux: conventionné ou pas ?

23 février 2018

Pour les prestations (en partie) remboursées par la mutuelle, la plupart des médecins pratiquent les tarifs officiels, au moins certains jours et certaines heures. Mais comment savoir si votre médecin pratique les tarifs officiels?

Tarifs officiels

Quand un médecin souscrit à l’accord national régissant les relations entre médecins et organismes assureurs, il est tenu de pratiquer les tarifs officiels pour les prestations remboursées. On dit alors qu’il est “conventionné”. Un médecin peut toutefois ne s’engager que partiellement, voire ne pas être conventionné du tout. Dans ce cas, il peut pratiquer, à volonté, des tarifs plus élevés y compris pour les prestations remboursées. 

En tant que patient, vous devriez être tenu au courant du statut de votre médecin et des heures de convention dès la salle d’attente. Dans la pratique, c’est rarement le cas. La majorité des médecins de famille sont conventionnés, mais pour certains spécialistes c'est tout à fait différent. Ainsi, plus de la moitié des ophtalmologues et spécialistes de la peau peuvent vous compter des suppléments. Il en est de même pour les gynécologues, les radiologues, et les chirurgiens esthétiques qui sont rarement conventionnés. Le problème est qu’un médecin, même conventionné, n’est pas toujours tenu de respecter les tarifs officiels. Ils doivent pourtant vous en tenir informé.

Exceptions pour les médecins généralistes

Un médecin généraliste peut demander plus que les tarifs officiels :

  • lorsque, sans raison médicale urgente, vous lui demandez une visite à domicile en dehors des horaires habituels ;
  • lorsqu’une visite à domicile implique pour le médecin un "déplacement d’une importance inhabituelle" ;
  • pendant la nuit, le week-end ou un jour férié, lorsque le médecin n’est pas de garde et qu’un service de garde organisée est accessible.

Exceptions pour les spécialistes

Un spécialiste peut également demander des suppléments d’honoraires pour des prestations remboursées :

  • lorsque le patient demande à être hospitalisé dans une chambre individuelle pour des raisons de convenance personnelle n’ayant rien à voir avec son état de santé ;
  • lors d’une consultation chez le spécialiste, sur rendez-vous en dehors des heures prévues, ou dans le cas d’une consultation à domicile, à moins que la consultation soit effectuée à la demande du médecin traitant.

Conseils pour mieux contrôler les honoraires à payer

  • Vous pouvez vérifier le statut de votre médecin généraliste ou spécialiste sur Internet. L'INAMI et différentes mutuelles possèdent une banque de données dans laquelle vous pouvez retrouver les médecins qui respectent les tarifs officiels et ceux qui ne le font pas.  
  • Lorsqu’un médecin conventionné n’informe pas ses patients au préalable des jours et heures auxquels il applique ses propres tarifs, il est tenu de pratiquer les tarifs officiels.
  • Il peut arriver qu’à l’hôpital, certains médecins vous demandent de payer comptant des honoraires ou des suppléments d’honoraires. D’autres vous écrivent pour vous demander de leur virer le montant dont vous leur seriez redevable. C’est illégal. Vous ne devez payer que ce qui se trouve sur la facture d’hospitalisation.
  • Au besoin, demandez vous même si votre médecin est conventionné ou non.
  • En cas de visite à domicile le médecin ne peut vous compter que le tarif qui s’applique au moment où vous appelez pour fixer un rendez-vous. Si, par exemple, vous lui téléphonez pendant la journée et qu’il arrive après 18 heures, vous avez droit au tarif de jour.
  • Les honoraires que peut vous demander le médecin pour une consultation dans son cabinet sont ceux qui s’appliquent au moment où vous pénétrez dans sa salle d’attente.
  • Quand vous devez revenir en consultation à la demande du médecin, vous avez droit au tarif en vigueur au moment de la première visite.
  • Dans le cas d'une chambre individuelle à l’hôpital, tous les médecins (indépendamment de leur statut) peuvent vous compter des suppléments. Informez-vous bien à l'avance à ce propos sur les sites des mutuelles et via le document d'admission que l’hôpital doit vous fournir. 

Imprimer Envoyer par e-mail