L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Hôpitaux: supprimons les suppléments d'honoraire en chambres particulières !

19 février 2018
Le b.a.-ba de l'assurance hospitalisation

19 février 2018
Devoir prendre une chambre particulière, nettement plus onéreuse, pour avoir la garantie d'être opéré par le professeur et non son assistant est chose intolérable. C'est la porte ouverte à une médecine de classe. Nous continuons à plaider pour la suppression des suppléments d'honoraires en chambre individuelle.

L'info a suscité un tollé. A l'hôpital universitaire de Louvain, les patients sont clairement placés devant un choix: soit prendre une chambre individuelle et avoir la garantie d'être opéré par un professeur chef d'équipe, soit opter pour une chambre à plusieurs lits et savoir qu'un assistant tiendra peut-être le scalpel.

Cet hôpital n'est pas le seul à pratiquer de la sorte, mais ici les choses sont clairement exprimées.

Ce "choix" laissé au patient renvoie clairement à une médecine de classe, le coût d'un séjour en chambre individuelle se révélant nettement plus onéreux qu'en chambre à plusieurs lits.

Des factures qui s'envolent

Voir, à ce propos, les rapports statistiques que publient chaque année les mutualités.

Parmi les dernières parutions, celle de Solidaris (Mutualité socialiste). Ses affiliés hospitalisés en 2016 dans une chambre particulière ont payé 100 millions d'euros en suppléments d’honoraires, soit 20 millions d'euros en plus qu'en 2012.

Le pourcentage moyen de ces suppléments varie selon les régions: 114% en Flandre, 173% en Wallonie et 206% à Bruxelles! Mais aussi, évidemment, d'un établissement à l'autre.

Il faut en finir avec les suppléments d'honoraires

Nous réaffirmons donc ici notre position. Cela fait des années que nous plaidons pour la suppression des suppléments d'honoraires (dont une partie est reversée par les médecins aux hôpitaux, ce qui permet de combler le manque de financement des pouvoirs publics).

Que le patient paie pour le confort d'une chambre individuelle, passe encore. Mais que le choix d'une telle chambre débouche sur une facture de soins trois fois plus élevée et une différence de traitement, non !

Ce combat n'est malheureusement pas (encore) gagné. Réagissant à chaud, la ministre de la Santé publique Maggie De Block a certes souligné que les pratiques de l'UZ Leuven dépassaient les bornes et étaient même illégales, se référant à la nouvelle loi sur les hôpitaux qui stipule que chaque patient doit bénéficier de la même offre de soins, qu'il séjourne en chambre individuelle ou commune.

Mais la même ministre avait précédemment indiqué que la suppression des suppléments d’honoraires en chambre particulière n’est pas une option car elle mettrait les hôpitaux en difficulté…

Des outils à votre disposition

En attendant que les choses évoluent dans le bon sens, nous mettons à votre disposition deux précieux outils.

Un dossier intitulé La déclaration d'admission de A à Z tout d'abord, qui comprend un calculateur. Il est en effet très important de lire et comprendre ce document où sont mentionnés les choix concernant le type de chambre et le médecin ainsi que les montants qui vous seront réclamés.

Et parce que la note d'un séjour à l'hôpital peut être (très) salée, notre comparateur assurances hospitalisation permet de dénicher le contrat individuel qui vous protège au mieux.

Accédez ici au comparateur assurances hospitalisation


 


Imprimer Envoyer par e-mail