News

Greenwashing : nouvelle directive de la Commission pour protéger le consommateur

06 avril 2023
greenwashing

La Commission européenne a publié récemment une nouvelle proposition de loi dans le cadre de la lutte contre le greenwashing. Elle exige plus de clarté pour le consommateur et l'assurance qu'un produit commercialisé et labellisé comme étant « écologique » le soit réellement.

La définition du greenwashing et les problèmes qu'il pose actuellement

On entend souvent parler du terme de « greenwashing » mais que signifie-t-il exactement ? On parle de greenwashing ou d’écoblanchiment lorsqu'une entreprise commercialise ses produits ou services en les présentant comme étant "écologiques", "verts" ou "soucieux de l'environnement" sans être en mesure de le prouver

Il s'agit donc d'une forme de tromperie car les entreprises capitalisent sur le fait que les consommateurs optent de plus en plus pour des alternatives écologiques et sont parfois prêts à payer un peu plus cher pour les obtenir. Le greenwashing est déjà interdit car il s'agit d'une pratique commerciale déloyale, mais les règles actuelles sont insuffisantes,

Plus de 50 % des allégations écologiques sont fausses ou trompeuses selon des études

Aujourd’hui, certains écolabels présents sur le marché européen sont trompeurs ou encore trop peu fiables. Les recherches de la Commission européenne à ce sujet montre que plus de la moitié des allégations environnementales sont trop vagues, non prouvées ou carrément trompeuses. Et ce, à une époque où de plus en plus de consommateurs s'efforcent de réduire leur empreinte écologique.

Il est donc clair que les règles actuelles sont insuffisantes pour protéger les consommateurs contre cette pratique commerciale déloyale

Nouvelles lignes directrices de la Commission Européenne contre le greenwashing

La nouvelle législation devrait garantir :

  • Que toutes les allégations environnementales soient prouvées avec respect des mêmes normes internationales.
  • Que toutes ces allégations soient régulièrement contrôlées par les autorités nationales et que ces informations soient également être rendues publiques.
  • Que les entreprises qui induisent les consommateurs en erreur doivent s'attendre à des amendes

Il est trop tôt pour juger de la nouvelle législation et de son efficacité, mais il est clair qu'il faut aller plus loin dans la lutte contre l'écoblanchiment. Il faudra probablement attendre un certain temps avant que les nouvelles règles n'entrent en vigueur.

Autres types d'allégations : des règles similaires sont nécessaires

« Social washing » : pourquoi une réglementation est nécessaire

Outre l'écoblanchiment, il existe une autre forme similaire de tromperie appelée "social washing". Il s'agit d'une pratique par laquelle une entreprise trompe les consommateurs en se donnant une fausse image de responsabilité sociale. Par exemple en affirmant qu'un produit ou un service particulier est "exempt d'esclavage", alors qu'en réalité ce n'est pas tout à fait vrai. 

Les affirmations relatives aux droits de l'homme, à la confidentialité des données ou aux conditions de travail peuvent également constituer une forme de « social washing » si celles-ci ne sont pas suffisamment étayées.

Le « social washing » est également une pratique commerciale déloyale et doit donc, par principe, être combattu. Instaurer des règles plus strictes et cohérentes en la matière est nécessaire.

Des questions sur le greenwashing ou sur d'autres pratiques commerciales déloyales?

Vous avez des questions à propos du greenwashing ou sur une autre pratique commerciale déloyale ? N'hésitez pas à contacter nos avocats et experts. En cas de conflit, ceux-ci peuvent directement intervenir auprès de l’entreprise ou de la société en question.

Appelez nos experts