Communiqué

Test Achats appelle le Parlement européen à ne pas céder sur les tests PCR gratuits pour les voyageurs

18 mai 2021

Les discussions s’annoncent mouvementées ce mardi 18 mai pour le premier trilogue (débat entre la Commission, le Conseil et le Parlement européens) sur la question du pass covid européen ou Digital Green Certificate.

Pour rappel, ce pass a pour objectif de faciliter la libre circulation en toute sécurité dans l'UE durant la pandémie de COVID-19. Il prouvera qu'une personne a soit été vaccinée contre la COVID-19, soit a reçu un résultat négatif à un test de dépistage ou a guéri de la COVID-19. Il doit être opérationnel pour la fin du mois de juin.

L’initiative de ce certificat – qui date du 17 mars - émane de la Commission européenne. Moins d’un mois plus tard, le Conseil adoptait sa position en vue des négociations avec le Parlement européen sur le sujet. Alors que la Commission visait une ‘approche commune permettant d’éviter la fragmentation’, le Conseil insistait sur la possibilité pour les Etats membres de prévoir des mesures additionnelles au certificat, telles que des quarantaines. Dans sa position du 28 avril, accompagnée du résolution spécifique sur l’accessibilité et le caractère abordable des tests de dépistage de la COVID-19 adoptée le jour suivant, le Parlement européen insistait quant à lui sur l’importance de prévoir des tests gratuits afin d’éviter les discriminations entre personnes vaccinées et non vaccinées, et sur le fait de ne pas imposer de quarantaine ou de test aux détenteurs du certificat.

Avant même la publication par la Commission EU de son initiative, Test Achats publiait sa position sur la forme et les conditions auxquelles devraient répondre un potentiel « passeport européen ». Parmi celles-ci, l’organisation insistait tout particulièrement sur la mise à disposition de tests PCR gratuits. Or, c’est précisément l’un des points sur lequel buttent aujourd’hui les discussions. Certains Etats membres, à l’image de la Belgique ou des Pays-Bas, ne sont pas favorables à la gratuité des tests PCR alors que d’autres, tels que la France, l’ont déjà introduite. La Ministre des Affaires Etrangères, Sophie Wilmès, ainsi que le Ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke ont tous deux tenus des propos indiquant clairement qu’ils ne soutiendraient pas l’idée de tests PCR gratuits.

« Le coût d’un test PCR en Belgique peut parfois atteindre plus de 130 euros. Cela représente un budget de 1040 euros pour effectuer des tests à l’aller et au retour pour une famille de 4 personnes non vaccinées qui vient s’ajouter au prix des billets d’avion, du logement, etc. Si l’Europe veut vraiment créer un Digital Green Certificate non discriminatoire, comme elle le déclare fièrement, alors elle n’a d’autre choix que de rendre les tests PCR gratuits » détaille Julie Frère, porte-parole de Test Achats. « Faut-il rappeler que la majorité des belges n’a même pas encore eu l’opportunité de se faire vacciner ? Et que certains, tels que les jeunes, ne peuvent actuellement pas se faire vacciner ? Il n’y a aucune justification acceptable pour les contraindre à payer plus que les personnes vaccinées pour pouvoir voyager. Nous attendons du Parlement européen qu’il ne cède pas sur ce point » déclare-t-elle. Si l’objectif visé par ce pass est également de relancer un secteur de l’économie, à savoir le tourisme, qui est resté près d’un an sans activité, il convient d’être coherent et quelque part subsidier cette activité en rendant le test PCR gratuit, estime Test Achats.

L’organisation rappelle enfin que cet outil doit servir à faciliter la vie des voyageurs, et non pas à la compliquer. « Nous demandons de ne pas accepter que certains Etats membres puissent prévoir des mesures additionnelles au pass covid européen, telles que des quarantaines. Il y a là une réelle opportunité pour l’Europe de montrer la valeur ajoutée concrète qu’elle peut signifier pour les citoyens et citoyennes » conclut-elle.

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.