Opinion

Lettre ouverte - publicité forcée

20 août 2021

Lettre ouverte à l'attention de Madame la ministre des Médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard.

section

Madame la Ministre,

Bientôt, plus personne ne pourra échapper aux publicités télévisées pour des crèmes contre les hémorroïdes, des croquettes pour chats ou le tout dernier produit lessive “super ultra méga” efficace pour enlever les tâches de nos vêtements. En effet, l’accord conclu entre les chaînes de télévision belges et les opérateurs obligera les téléspectateurs/trices à subir une minute de publicité avant de pouvoir visionner leur programme télévisé en différé. Cela concerne en premier lieu Telenet, pour les chaines VTM et Play, ainsi que la radio publique flamande, la VRT. Heureusement, les pauses publicitaires qui interrompent le programme en cours pourront toujours être avancées rapidement.

Nous vous interpellons en tant que Ministre des Médias francophone parce que, bien que pour l'instant, la contrainte sur la publicité reste limitée à Telenet, il s'agit néanmoins d'un accord de principe entre tous les diffuseurs belges et les sociétés de distribution. Les autres chaînes ne manqueront dès lors pas de suivre. Les clients de Proximus qui regardent une émission de télévision de rattrapage ne peuvent déjà plus faire d'avance rapide des publicités  depuis un certain temps déjà.

Il est vrai, Madame la Ministre, qu'il ne fait pas bon être une chaîne de télévision de nos jours. D'une part, il faut concurrencer les Netflix, Apple TV et Disney + de ce monde avec leur offre démesurée de séries et de films, et d'autre part, les consommateurs sont bombardés d'innombrables publicités sur Internet. Ces mêmes consommateurs regardent également de moins en moins les émissions en direct et zappent allègrement les pauses publicitaires lorsqu'ils regardent des programmes en différé. Il est évident qu'il devient moins intéressant pour les marques de faire de la publicité par le biais des chaînes de télévision, alors que les recettes publicitaires restent la principale source de revenus des chaînes de télévision commerciales dans notre pays.

Néanmoins, nous ne devons pas perdre de vue le fait que le client belge du câble paie beaucoup plus cher que les consommateurs des pays voisins. Tout récemment, nous avons analysé les prix des abonnements Internet uniquement, 3play et 4play. Si l'on se contente d'examiner les offres groupées des trois services les plus fréquemment utilisées, on constate qu'une offre 3Play coûte en moyenne environ 32 % de moins en Allemagne que dans notre pays. En France, ce chiffre atteint même 59 %. Malgré ces prix élevés, le consommateur qui a maintenant l'habitude d'appuyer sur la touche “forward” de sa télécommande pour ne pas être ennuyé par les publicités ne pourra plus y échapper.

 

Jean-Philippe Ducart, Manager Public Affairs & Media Relations
Julie Frere, Public Affairs & Media Relations Officer

 

 

Les jeunes d'aujourd'hui délaissent toujours un peu plus la télévision au profit des contenus en ligne ou en streaming. Ne les y pousse-t-on pas encore un peu plus avec cette nouvelle politique publicitaire? De plus, pour les annonceurs, il n'y a aucune garantie que davantage de personnes regarderont les publicités.  Une minute est toujours parfaite pour une pause pipi ou une visite au réfrigérateur.

A notre sens, une alternative pourrait être de travailler avec deux alternatives différentes: une avec publicité et une sans publicité, à l’exemple de ce que fait Spotify. Dans cette optique, Telenet pourrait baisser ses prix pour les personnes qui ne peuvent pas zapper les publicités, et garder le même prix pour celles qui le peuvent.

Selon nous, cette nouvelle politique de publicité obligatoire finira par revenir comme un boomerang dans la figure des opérateurs et pourrait avoir un impact négatif sur les chiffres d'audience de nos chaînes. Le nombre de clients de la télévision numérique risque de diminuer (encore) plus rapidement et les services de streaming vont devenir encore plus populaires.

C'est pourquoi nous vous demandons de consulter les acteurs concernés pour leur faire comprendre clairement que s’ils continuent de s’accrocher à ce modèle publicitaire obsolète, la conséquence inéluctable sera contraire à celle recherchée: moins d’audience télévisée, et plus de streaming.

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.