Dossier

Comment se protéger des cambriolages

26 juillet 2019
Cambriolages

26 juillet 2019
Chaque année, 3 % des logements belges sont cambriolés. Avec des conséquences financières et psychologiques pour les victimes. Des gestes de prévention aux alarmes perfectionnées en passant par les dispositifs physiques de sécurité, il y a heureusement des solutions pour éviter ça. Sans verser dans l’obsession sécuritaire, voyez nos conseils.

Un cambriolage constitue toujours un traumatisme qui peut engendrer un sentiment d’insécurité durable.Et faire très mal au portefeuille. Notre enquête sur la protection de la maison a montré qu’un cambriolage "coûte" en moyenne 4 416 €, alors que le Belge n’investit que 2 422 € pour protéger son habitation contre le vol. Mais avant d’investir dans du matériel de sécurité coûteux, il convient d’analyser sereinement votre situation.

En commençant par traquer les mauvaises pratiques qui facilitent l’effraction.

Ne pas tenter le diable

Laisser les portes ou les fenêtres ouvertes, glisser ses clefs sous le paillasson ou un pot de fleur, oublier une échelle contre le mur, ne pas activer le système d’alarme en quittant l’habitation, voilà des négligences plus courantes qu’on ne le croit. Non seulement elles rendent la tâche des malandrins plus aisée, mais elles peuvent annuler l’efficacité d’autres mesures de sécurité. Il en va de même avec les réseaux sociaux. Une photo publiée avec la légende "Youpiiie, 3 semaines à Bali!" est toujours susceptibles de tomber sous les yeux de personnes malveillantes.

Garder les yeux ouverts

Afin de ne pas laisser votre maison complètement sans surveillance, vous pouvez tout faire appel à des personnes de votre quartier ou de votre famille. Quelqu'un qui vient arroser les plantes ou s'occuper des animaux peut en profiter pour vérifier si tout est en ordre. Nous voyons aussi de plus en plus apparaître des groupes d'entraide. Les quartiers ont parfois un groupe Whatsapp sur lequel - en plus de toutes sortes de questions et d'évènements - des mouvements suspects peuvent être signalés. Les réseaux d'information de voisinage se multiplient également. Ces groupes visent spécifiquement à accroître la sécurité dans un quartier. Vous pouvez également demander une surveillance habitation auprès de votre zone de police locale. Cela signifie qu'une patrouille passe régulièrement devant votre domicile pour voir si tout est en ordre. Vous pouvez en faire la demande via www.police.be.

Pour un avis professionnel, nous vous conseillons de faire appel à un conseiller en prévention vol. Policier ou fonctionnaire communal spécialement formé à cette matière, il fera le tour de votre domicile et vous conseillera sur les mesures à adopter. Et cette visite-là ne vous coûtera rien ! 

Des techniques efficaces

En croisant les données relatives aux dispositifs de sécurité installés, aux tentatives de cambriolages et aux effractions réussies, nous avons identifié toute une série de mesures efficaces :   

  • portes blindées
  • limitateurs d'ouverture des fenêtres
  • alarmes installées par des professionnels
  • chiens de garde
  • barre transversale de sécurité aux portes 
  • charnières de sécurité
  • fenêtres munies de poignées à clé
  • vitres anti-effraction
  • lampes extérieures équipées d'un détecteur de mouvements. 

Essayez d’examiner votre domicile avec les yeux d’un voleur pour déterminer ses points faibles et choisir les systèmes qui compliqueront le plus le travail des visiteurs inopportuns.

Les serrures à cylindre

Ce type de serrures permet de sécuriser votre maison. Faites attention à différents critères. Le cylindre contient des goupilles qui bloquent la serrure. Leur nombre est donc important ainsi que la variation des longueurs. Plus il y a de goupilles et plus leur longueur est irrégulière, plus il est difficile de forcer la serrure. Un renforcement supplémentaire autour du cylindre empêche que la serrure cède sous les coups de marteau. La mention SKG sur de nombreuses serrures indique la résistance de la serrure au cambriolage. Plus il y a détoiles, plus de temps aura le cambrioleur.

La serrure doit s'insérer très exactement dans la porte. Si elle dépasse, ne fût-ce que de quelques millimètres, la sécurité est mise en péril. Il est donc essentiel de mesurer avec précision l'épaisseur de la porte. Si le cylindre de votre serrure dépasse un peu, il est judicieux d'y aposer une rosace de protection en acier. Ses bords arrondis n'offriront aucune prise à une pince. 

Vous avez le choix entre une serrure classique, qui ne peut être ouverte si une clé est déjà engagée à l'intérieur, et une serrure double face, qui, elle, le permet.

Les alarmes électroniques

Associées à certaines techniques citées ci-dessus, elles rendent la maison quinze fois mieux sécurisée qu’un logement sans protection. Mais les alarmes sont aussi coûteuses et elles peuvent mettre les nerfs à rude épreuve si elles ne sont pas fiables ou d’un usage trop complexe. Nous vous conseillons donc l’installation sur mesure par un professionnel, après étude préalable du mode de vie des habitants et de leurs animaux.

Ces alarmes sont surtout recommandées si le coût des systèmes mécaniques est trop élevé, si la maison recèle des biens de grande valeur, si la propriété est fort isolée ou rarement occupée, si l’assurance l’exige. Mais attention : dès que l’alarme possède une sirène extérieure, elle doit être enregistrée auprès de la police. Ce serait dommage de récolter, en plus, une amende.

Les caméras de surveillance IP

De plus en plus de gens achètent une caméra de surveillance IP (Internet Protocol). IP indique qu'il s'agit de caméras connectées à l'internet. Elles vous offrent une vue d'ensemble sur ce qu'il se passe dans et autour de votre maison. A condition toutefois de disposer d'une connexion wifi ou d'une connexion de données mobiles. 

Lors de l'installation, vous devez donc l'intégrer dans votre réseau domestique. Il faut veiller à avoir un bon signal wifi. Certaines caméras sont toutefois pourvues d'un port Ethernet pour une connexion par la câble. Ce dernier vous permet de bénéficier d'une connexion internet plus fiable et plus rapide que par wifi, mais il vous oblige à faire passer un câble à travers le mur extérieur jusqu'au routeur. Vous devrez aussi éventuellement encore tirer vers l'intérieur un câble d'alimentation. Certaines caméras résolvent ce problème en utilisant le même câble pour l'électricité et le transfert des données ("¨Power over Ethernet"). Lors de l'achats, tenez compte aussi de l'angle de vue et de la résistance aux intempéries.

La sécurité est évidemment très importante quand on utilise une caméra IP. Les caméras IP modernes essaient de limiter les risques en passant au "cloud-only": les images sont envoyées cryptées et conservées dans le cloud du fabricant, auquel vous avez accès via une application sur votre smartphone ou une tablette. Sous réserve d’un mot de passe solide, vos images y sont en principe bien protégées. Certains fabricants mettent également les images à disposition via leur cloud mais proposent, en parallèle, un système de streaming "local". En d’autres mots, vous pouvez regarder les images en temps réel au sein de votre propre réseau domestique via une connexion directe à la caméra – généralement via un serveur web local – sans devoir d’abord vous connecter à un cloud. Cela va de pair avec des risques sécuritaires, surtout lorsque le flux est ouvert vers l’internet. Elles permettent à ce moment-là aux hackeurs d’entrer en contact avec votre caméra et, par exemple, de regarder les images ou de l'utiliser comme entrée vers d’autres appareils de votre réseau domestique. Les données doivent en outre toujours être cryptées.