Dossier

Entretien des chaudières

26 octobre 2020
entretien chaudière

Pourquoi est-il si important de faire contrôler votre chaudière ? À quelle fréquence devez-vous procéder à un tel entretien ? Qu’est-ce que cela inclut ? Quel est le tarif correct d’un tel entretien ? À quoi être attentif ?

Quels contrôles?

Chaque Région a défini ses propres règles ; cependant, pour les chaudières de plus de 20kW un contrôle périodique est requis en Flandres et à Bruxelles, en Wallonie, toutes les chaudières sont concernées quelle que soit leur puissance.
Pour les chaudières au mazout la fréquence du contrôle est annuelle alors que pour le gaz la fréquence est de deux ans dans les trois Régions (depuis janvier 2019 pour Bruxelles et la Wallonie). Cette différence entre gaz et mazout s’explique par le fait que la combustion du mazout dégage des suies dont il faut éviter l’accumulation.

Mesures de la combustion

Concrètement, l’entretien comprend un nettoyage complet de la chaudière, mais aussi la prise de mesures de combustion. Lors de notre sondage réalisé en 2015 auprès de 8 chauffagistes, le nettoyage de la chaudière a toujours été effectué de manière complète et correcte. Mais dans la moitié des cas, l’entretien s’est limité à cela. En effet, la moitié des techniciens n’a pas procédé aux mesures de combustion. Il s’agit néanmoins de la seule manière de déterminer si l’installation fonctionne correctement et si une pièce ne doit pas être changée. Dans certains cas, des réglages pourraient être effectués (surtout le cas sur les chaudières mazout, très rare sur les chaudières gaz). Cette mesure de combustion est réalisée au moyen d’un appareil spécifique avec une sonde placée dans la cheminée d’évacuation (pour autant que cela soit possible en pratique).
Entre-temps, le rendement des chaudières - même celui des appareils déjà en place - doit atteindre au minimum 88 à 90 % dans toutes les Régions.

Le rendement de votre appareil devra être supérieur à 90 % pour toutes les chaudières au mazout, par contre pour les chaudière gaz une distinction est faite en fonction du brûleur qui équipe votre chaudière. Si le brûleur est sans « premix » alors votre chaudière devra avoir un rendement supérieur à 88%, dans tous les autres cas, l’exigence reste à 90%. Pour rappel: un brûleur sans premix, c’est un brûleur dans lequel le gaz et l’air ne sont pas mélangés avant d’être brûlés.

Ces nouvelles exigences ne signifient toutefois pas que toutes les anciennes chaudières sont appelées à disparaître. Une ancienne chaudière de haute qualité peut encore faire l’affaire. Toutefois, les chaudières moins performantes, anciennes et plus récentes, ayant un rendement trop faible et très polluantes, disparaîtront.

La ventilation

Dans le cas d’un appareil dit atmosphérique ou ouvert, c’est-à-dire utilisant l’air du local pour son fonctionnement, un contrôle de la ventilation a lieu. Si elle est insuffisante, le tirage de la cheminée à laquelle la chaudière est raccordée en sera d’autant plus réduit, avec un risque non négligeable de retour des gaz de combustion dans la pièce. Cette situation représente bien entendu un risque majeur pour la sécurité des habitants.
La réglementation PEB impose des normes uniquement dans certains cas : pour les nouveaux locaux, pour ceux dans lesquels d’importants travaux ont été exécutés, pour ceux où une chaudière a été récemment remplacée. Tous les locaux datant d’avant cette réglementation ne sont donc pas concernés.
Si la chaudière fonctionne correctement et que la ventilation pose problème, les pouvoirs publics régionaux préconisent qu’une attestation de non-conformité de la ventilation uniquement soit délivrée et donc pas de l’installation dans son intégralité. Bien entendu, il faut que le technicien prévienne le client en cas de réel danger. Concrètement, la réglementation PEB indique que, pour chaque kW de puissance d’une chaudière, une ouverture exprimée en cm² être prévue. En région de Bruxelles Capitale par exemple l’exigence porte sur une ouverture de 6cm² par Kw de puissance. En prenant une puissance courante de chaudière (24 kW), cela correspond donc à une ouverture de 144 cm2, soit 12 x 12 cm. Ce qui est tout à fait réaliste à mettre en œuvre. En Flandres cette exigence d’apport d’air passe à 3cm² par kW de puissance

Vous pouvez déterminer facilement la puissance de votre chaudière en lisant la plaquette signalétique qui y est aposée. Cette plaquette comporte une grande partie des informations techniques utiles pour votre chauffagiste (année de fabrication, puissance, modèle, …).

Nettoyage de la cheminée

Dans le cadre d’un entretien ou d’un contrôle périodique, la cheminée doit être contrôlée et nettoyée. Cela ne doit pas impérativement être réalisé par un chauffagiste agréé, une autre personne pouvant se charger de cette tâche à un autre moment. Demandez une attestation de nettoyage afin d’être couvert en cas de problème dans le futur.