News

Le sac de courses réutilisable en plastique (PEBD) moins impactant pour la planète

25 août 2021
le sac le moins polluant pour faire ses courses

Nous avons mesuré l’empreinte écologique de différents types de sacs à provisions parmi les plus fréquemment utilisés pour faire les courses. Nos résultats vont vous surprendre. Le pire ennemi de la planète n’est pas celui que l'on pourrait imaginer de prime abord : le vainqueur est le sac en plastique (PEBD) recyclé et réutilisable, qui bat ses concurrents à plate couture.

Peut-être vous êtes-vous déjà posé la question à la caisse du supermarché, alors que vous étiez en train d'empaqueter vos courses : quel est le sac le moins polluant pour la planète ? Celui qui pend sous notre nez près du tapis roulant, en plastique souple ? Ou le plus épais, avec son fond bien solide et ses poignées en nylon ? A moins que ce ne soit le simple sac en papier recyclé ?

Nous nous sommes nous aussi interrogés. Pour apporter une réponse utile et correcte aux consommateurs, nous avons mesuré l’empreinte environnementale de 9 sacs différents parmi les alternatives que nous utilisons tous au quotidien pour faire nos emplettes. Au total, nous avons analysé les impacts environnementaux (Life cycle analysis) de pas moins de 96 échantillons en collaboration avec nos organisations consœurs d'autres pays européens. 

Des résultats renversants

À bas les idées reçues : le sac réutilisable en plastique de type PEBD (PolyEthylène Basse Densité) - le plus courant, frappé du nom de l'enseigne de supermarché et souvent vendu à la caisse - s’avère la solution la plus « verte » (la moins polluante) : 1 à 2 utilisation(s), en fonction qu’il soit en matériaux recyclés ou non, suffisent pour amortir son impact environnemental.

Son homologue en plastique compostable réutilisable n’a pas, non plus, à rougir, avec deux usages pour être amorti. Suivent ensuite : le léger et pratique polyester (2 à 3 utilisations), le costaud polypropylène (3 à 4 utilisations), le sac en papier brun (8 utilisations), le sac en jute ou raphiat (36 à 68 trajets nécessaires), puis le trio coton (104), coton bio (154) et trolley à roulettes (709).

Comment avons-nous fait ?

D'une part, nous avons réalisé une analyse dite de cycle de vie (ACV, en jargon). Nous avons mesuré l'impact écologique de chaque sac, de sa naissance à sa mort: depuis l’extraction des matières premières qui le composent jusqu’à son élimination/recyclage final, en passant par sa fabrication (colorants, encre des slogans écrits dessus, pays d’origine et transport, utilisation de matériaux recyclés ou compostables, etc.). Pour cela, nous avons retenu les indicateurs d’empreinte carbone les plus pertinents comme, par exemple, la toxicité pour l’humain, l’écotoxicité sur les eaux douces ou l’encore l’épuisement des ressources en eau.

Nous avons ensuite soumis chaque sac à un scénario précis : effectuer un trajet avec 10 kg / 20 l de courses (à l'aide d'un ou deux sacs en fonction de leur volume). Une fois le contenant le ‘moins pire’ pour la planète identifié (en l'occurrence, le PEBD), nous avons calculé combien de fois il faut utiliser les autres sacs pour faire aussi bien.

Des questions ? Un conseil en fonction de votre profil de consommateur ? Consultez sans tarder notre dossier consacré aux différents sacs de shopping.

Vers notre dossier complet

 

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

2 Commentaires

trier par :

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

02-09-2021

Décomposition dans la nature des différents PE?, et pourquoi le sac en papier a-t-il besoin d'autant de temps pour être comparable au plastique?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

02-09-2021

Quid du panier que l'on réemploie pendant des années?