Communiqué

Crise énergétique: le gouvernement se moque des ménages

27 janvier 2022

Alors que la crise énergétique frappe de plein fouet de nombreux ménages, le gouvernement n’a toujours pas pris de décision pour les en préserver, alors que tout le monde s’accorde pour dire qu’il y a urgence.

Cela fait des semaines que les discussions vont bon train sur les mesures à adopter face aux prix records de l’énergie. Pour rappel, quelqu’un qui conclut un contrat au mois de janvier paiera environ 1800 EUR/an pour son électricité et quelque 3700 EUR/an pour le gaz. Bref, quelque 5500 EUR/an pour un besoin de base permettant de se chauffer et de cuisiner chez soi.

Hier, les ministres du gouvernement fédéral réunis en comité restreint devaient enfin s’accorder sur les mesures urgentes à adopter. En réalité, ils et elles se sont quitté.e.s jeudi peu avant 2h00 du matin sans consensus outre une prolongation du tarif social. Courant du mois de janvier, Test Achats en avait demandé la prolongation pour éviter un choc tarifaire violent de plusieurs milliers d’euros pour les ménages qui n’y auraient plus été éligibles.

Nous sommes profondément choqués par la désinvolture avec laquelle notre gouvernement traite cette crise énergétique. Nous demandons la baisse de la TVA à 6 % depuis le mois de septembre 2021, cette mesure aurait déjà pu être mise en place et aurait permis de soulager le portefeuille de nombreuses familles” réagit Julie Frère, porte-parole de Test Achats. “Alors que d’autres pays, tels que l’Allemagne et la France ont déjà adopté des mesures très fortes pour protéger les ménages, notre gouvernement en est toujours au stade de la discussion quant à l’adoption de mesures prétendument “urgentes”. C’est inacceptable” conclut-elle.

Sur base des tarifs de janvier, et d’une consommation moyenne, Test Achats a calculé qu’une baisse de la TVA pouvait faire économiser 223 euros par an pour l’électricité et 459 euros pour le gaz, soit 682 euros par an. A ceux qui répliquent qu’une telle mesure coûterait trop cher à l’Etat, Test Achats rappelle que si les prix augmentent, la TVA augmente proportionnellement, et que les recettes de l’Etat ont dès lors gonflé ces derniers mois.

Quelles que soient les mesures finalement adoptées – accises, chèque énergie, baisse de la TVA, mise à contribution de la rente nucléaire, etc – celles-ci doivent être urgemment mises en œuvre pour permettre aux ménages de faire face à une inflation que l’on n’a plus connue dans notre pays depuis 2008”, selon Test Achats.

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.