Dossier

Des alternatives plus vertes aux classiques diesel et essence

13 janvier 2016
des-alternatives-plus-vertes-aux-classiques-diesel-et-essence

13 janvier 2016

L’avenir fera une part de plus en plus belle aux énergies dites "alternatives" permettant de réduire en partie, l’impact de la voiture sur l’environnement. Nous pointons ici les avantages et inconvénients de ces solutions et en épinglons l’un ou l’autre modèle déjà sur le marché ou sur le point de l’être.

Des solutions existent déjà

Des solutions existent déjà

Nos enquêtes le révèlent : les aspects environnementaux sont encore loin d’être déterminants dans le choix d’une nouvelle voiture. Ils passent largement derrière le prix d’achat, la durée de vie, le coût au kilomètre, etc.

Mais la situation peut rapidement évoluer. En fonction de considérations écologiques, du coût et performances des véhicules proposés mais aussi et surtout, des différents incitants – fiscaux ou autres – qui pourraient être offerts au consommateur, comme la prime prévue en Flandre, à partir de 2016, à l’achat d’un véhicule électrique.

La voiture électrique va-t-elle sauver la planète ?

La voiture électrique est imbattable au niveau des émissions. Mais ses batteries sont polluantes, notamment du fait de l’extraction des métaux nécessaires à leur fabrication. Elles doivent impérativement faire l’objet d’un recyclage qui réduit alors l’impact environnemental de la voiture qui reste alors sensiblement moindre que celui d’un véhicule classique.
On estime qu’en Belgique, l’impact d’un véhicule électrique sur le climat est 4 fois moindre par rapport à un véhicule comparable classique quand il est rechargé la journée, et 5 fois moindre quand il est rechargé la nuit, avec de l’électricité essentiellement d’origine nucléaire, sans émissions de CO2. Si l’on recharge avec de l’électricité éolienne par exemple, l’impact est 13 fois moindre que pour les voitures classiques. Par contre, si l’électricité est produite à partir d’hydrocarbures ou de charbon, l’impact est le même.
Les émissions de particules fines sont 4 fois moindres, et les émissions de N0x, rendues fameuses par l’affaire VW sont, elles, divisées par 20. La voiture électrique fait donc incontestablement partie des solutions à court terme, mais elle n’est pas seule.

Aucune source d’énergie totalement exempte de nuisances, mais…

Si le scandale Volkswagen a mis particulièrement le diesel à l’index, rappelons d’abord que toutes les voitures polluent. L’impact sur le climat et sur l’environnement est par ailleurs d’autant plus complexe à calculer qu’il faut prendre en considération tout le cycle de vie du véhicule, depuis sa fabrication jusqu’à sa destruction.
Mais d’ores et déjà, sachez que vous pouvez vous tourner vers d’autres sources d’énergie plus vertes que les classiques diesel et essence.
Nous avons fait le tour de ces différentes solutions, en pointant chaque fois leurs avantages et inconvénients, et en épinglant l’un ou l’autre modèle disponible sur le marché, ou sur le point de l’être. Si vous avez la fibre environnementale, à vous de jouer.

Nos propres tests

Sans même parler des cas de tricherie avérée, les résultats des tests effectués selon les protocoles officiels sont trop éloignés de la réalité pour pouvoir être pris au sérieux. C’est pourquoi nous ajoutons au protocole européen (NEDC) celui, plus réaliste, qui devrait entrer en vigueur en 2017 (WLTP), un cycle autoroutier, simulant les conditions dans lesquelles le moteur est sollicité au maximum ainsi qu’un un test RDE, mesurant la consommation réelle sur route. Les chiffres que vous découvrirez ci-après sont donc fiables.

Imprimer Envoyer par e-mail