L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Canestene aiderait à retrouver le sourire, mais pas sans avis médical

23 mars 2020

Ces dernières semaines, nous avons régulièrement vu passer des publicités sur le médicament Canestene, un produit utilisé pour des problèmes vaginaux. Nous avons néanmoins de fortes réserves quant à l’utilisation de ce genre de produits sans avis médical.

Pour promouvoir son médicament « Canestene », une firme pharmaceutique a mis sur pied une campagne publicitaire à grande échelle sur les chaînes nationales. Cette crème vise à combattre l’infection fongique vaginale. Après utilisation, les femmes « retrouveraient leur sourire », nous affirme le spot publicitaire. Nous en déconseillons toutefois l’utilisation sans avis médical.

Pas d’auto-diagnostic fiable

Prendre soi-même des médicaments pour de tels problèmes nécessite bien évidemment un auto-diagnostic fiable. Toutefois, une enquête a révélé que de nombreuses femmes se fourvoyaient dans leur auto-diagnostic des infections vaginales. Elles prennent donc souvent des médicaments superflus, voire inadaptés.

À nos yeux, ce médicament peut être utile, mais nous sommes d’avis qu’il doit toujours faire l’objet d’une prescription médicale.

Effets secondaires superflus et résistance accrue

Une utilisation autonome erronée est en effet lourde de conséquences. Vous vous exposez en effet inutilement à la substance active de ce médicament, à savoir le clotrimazol, ainsi qu’aux effets secondaires possibles de celle-ci. Songez à la desquamation au niveau des organes génitaux, aux démangeaisons, éruptions cutanées, gonflements (œdèmes), rougeurs etc.

En outre, les substances présentes dans de telles crèmes vaginales peuvent altérer le caoutchouc des préservatifs, de sorte que la sécurité contraceptive et la protection contre les maladies sexuellement transmissibles diminuent pendant le traitement, et jusqu’à 3 jours après l'utilisation de la crème.

De plus, le recours inutile à de tels antifongiques a une incidence néfaste sur l’immunorésistance. Les infections seront, de ce fait, de plus en plus difficiles à traiter dans le futur. 

Sachez d'ailleurs qu'un traitement dans le cas d’une infection vaginale est totalement superflu. La plupart des infections guérissent en effet spontanément. Un traitement n’est indiqué qu’en cas de douleurs invalidantes.

Infraction à la loi

À travers ce genre de publicités, l’utilisation de ce médicament est pourtant encouragée pour des indications pour lesquelles il est bien souvent superflu. Selon nous, cela enfreint également la législation sur la publicité.

L’article 9, §1 de la loi sur les médicaments du 25 mars 1964 stipule que « Toute publicité faite à l'égard d'un médicament doit favoriser l'usage rationnel de ce médicament… ». Etant donné que cette publicité encourage une utilisation inadaptée du médicament, elle va à l’encontre de l’usage rationnel des médicaments. 

Réévaluation nécessaire

Ce n’est toutefois pas la première fois que Canestene lance une telle campagne publicitaire. Par le passé, nous avons déjà enjoint l’AFMPS de bien vouloir réévaluer cette publicité. Nous insistons à nouveau auprès de ses représentants pour que cette publicité soit examinée avec attention en raison des intérêts pour la santé qui sont en jeu.

Vous souhaitez consulter notre évaluation de ce médicament ou d’autres médicaments? Vous pouvez dans ce cas consulter notre banque de données médicaments.

Vers la banque de données