News

Campagne sur les troubles de l'érection : info ou intox ?

11 octobre 2011 Archivé
troubles érection

11 octobre 2011 Archivé

La publicité pour les médicaments est interdite, mais cela n’arrête pas certains fabricants. Ils font tout simplement de la publicité pour… la maladie même !

Voici quelques années de cela, en 2009, nous constations déjà que la firme pharmaceutique Eli Lilly diffusait de pseudo-informations au travers d’un site web anonyme.

À première vue, cela pouvait sembler un site purement informatif et objectif, affirmant qu’un quadragénaire sur trois souffre de problèmes d’érection et qu’heureusement "des solutions existent", à découvrir chez le médecin.

En fait, l'objectif réel était selon nous de dynamiser les ventes du Cialis, un médicament contre les problèmes d’érection. Aujourd'hui, la firme récidive, avec une nouvelle campagne "de sensibilisation". 

L’information scientifique n’est qu’une façade

Dans un premier temps, les spots radio attirent l’attention. L’auditeur apprend que les troubles de l'érection sont un problème de santé sérieux pour un quadragénaire sur trois, c’est-à-dire pour près de 30 millions d’Européens. Heureusement, "des solutions existent", clame le spot radio.

Sur le site web correspondant, qui ne mentionne toujours pas le nom de la firme sponsor, le consommateur crédule découvre des informations soi-disant objectives et scientifiques. Le site semble pétri de bonnes intentions et précise que 80 % des problèmes d’érection auraient une origine physiologique. Manière subtile de suggérer que le meilleur traitement est un médicament. Ne reste plus qu’à consulter son médecin.

Les risques et effets secondaires potentiels d’un éventuel traitement médicamenteux sont bien sûr passés sous silence. En guise de caution scientifique, la campagne bénéficie du soutien de la Belgian Society for Sexual Medecine, une ASBL fondée en 2008. Le site omet toutefois de préciser que les membres fondateurs de l'ASBL ont des liens étroits avec Eli Lilly, en tant que consultants et/ou orateurs. Cela n'est pas de nature à nous inspirer confiance.

Les risques passés sous silence

Le site Web n’a pas tant pour but d’informer le consommateur que de l’inciter à consulter son médecin. Simultanément, Eli Lilly "sensibilise" évidemment aussi les médecins. Ainsi, récemment, la revue "Le Généraliste", envoyée gratuitement aux médecins généralistes, contenait aussi un exemplaire du Belgian Journal for Sexual Health, organe de l'asbl susmentionnée, avec des considérations à propos du tadalafil (Cialis) et de la publicité pour le médicament. Les représentants de la firme font aussi le siège des médecins afin de vanter tous les mérites du traitement.

Mais qu’en est-il finalement du Cialis ? Ce médicament comporte quand même certains risques, qu'il est bon de connaître : maux de tête, dyspepsies, douleurs du dos, douleurs musculaires, troubles auditifs, dont des pertes d'audition, troubles visuels, pouvant aller juqu'à la cécité.

La prudence est donc de rigueur avec les messages publicitaires déguisés en campagnes d’information et mieux vaut se fier à des sources vraiment indépendantes. 
 


Imprimer Envoyer par e-mail