L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Plainte contre Roche et Novartis pour pratiques contraires à l’éthique

26 novembre 2014
roche et novartis

26 novembre 2014

Nous avons introduit une plainte devant l’Autorité Belge de la Concurrence contre les géants pharmaceutiques Roche et Novartis pour pratiques illégales, contraires à l’éthique et onéreuses pour la sécurité sociale. Nous voulons qu’elles soient aussi condamnées en Belgique.

Les entreprises pharmaceutiques Roche et Novartis se sont entendues pour bloquer l’utilisation d’un médicament beaucoup moins cher contre la dégénérescence maculaire humide (Avastin) au profit d’un médicament 20 fois plus onéreux (Lucentis). En Italie, elles se sont déjà vues infliger une amende record. Nous voulons que ces firmes soient également condamnées en Belgique pour leurs pratiques contraires non seulement à la loi mais également à l’éthique. En 5 ans, cette pratique a coûté pas moins de 200 millions à notre sécurité sociale selon le syndicat des oculistes.

Entente contraire à l’éthique

Ces deux médicaments appartiennent à la même famille et ont une action similaire. L’Avastin (Roche) est le plus ancien sur le marché et est officiellement enregistré pour le traitement de différents cancers uniquement. Depuis 2005, ce produit est utilisé “off-label” par les ophtalmologues pour le traitement d’une affection oculaire grave, la dégénérescence maculaire humide (vieillissement de la rétine). Le Lucentis (Novartis) est un médicament coûteux, qui est, lui, bien enregistré pour le traitement de la dégénérescence maculaire.  
Roche et Novartis se sont entendues pour continuer à garantir la position dominante du coûteux Lucentis sur le marché. Roche a ainsi refusé de demander l’enregistrement pour le traitement de l’affection oculaire. Elle a même tout fait pour occulter l'efficacité de l’Avastin. Il est important de savoir que les intérêts des deux firmes sont étroitement liés : le Lucentis a en effet été développé par une firme aux mains de Roche, et Novartis est l’un de principaux actionnaires de Roche. 

Davantage d’argent pour la recherche non-commerciale

C’est grâce à l’argent débloqué par les pouvoirs publics et les instituts de recherche dans différents pays qu’il a été possible de démontrer que ces deux médicaments avaient la même efficacité. Nous souhaitons dès lors que davantage de moyens soient débloqués de manière structurelle en Belgique pour la réalisation d’études cliniques non-commerciales similaires. Nous avons écrit à ce propos à la Ministre Maggie De Block, en lui demandant l’agrément officiel de l’Avastin ainsi que des diminutions de prix pour les autres médicaments destinés au traitement de l’affection oculaire en question.


Imprimer Envoyer par e-mail