News

Gel désinfectant: la mention du pourcentage d’alcool est un minimum

02 juillet 2020

Les gels désinfectants se vendent comme des petits pains: au supermarché, en pharmacie, à la station-service... Nous avons voulu savoir si ces produits vous apportaient une protection suffisante contre le coronavirus et en avons acheté 15. Le résultat nous rassure, même s’il reste du pain sur la planche au niveau de l'étiquetage.

Pour prévenir une contamination au coronavirus, une bonne hygiène des mains est cruciale. Votre premier choix : de l’eau et du savon. Au cas où vous n’en auriez pas à disposition, un gel désinfectant peut apporter la solution. Du moins, pour autant qu’il contienne suffisamment d’alcool. Nous avons acheté 15 produits et analysé si le pourcentage d'alcool que nous y avons trouvé correspondait à ce que le producteur indiquait sur l'emballage. Nous avons également examiné le reste de l'étiquette en détail.

59 Qualité
moyenne
Gels hydroalcooliques
Prix de référence 0,99 
72 Bonne
qualité
Gels hydroalcooliques
Prix de référence 0,99 
68 Bonne
qualité
Gels hydroalcooliques
Prix de référence 2,49 

Une teneur suffisante en alcool est cruciale

D’une manière générale, il a été démontré que les désinfectants à base d’alcool sont plus efficaces contre les virus et les bactéries que leurs pendants sans alcool. Pour être efficace, le pourcentage d’alcool doit se situer entre 60 et 95 %. Les pouvoirs publics belges appliquent un pourcentage minimum de 70%, tandis que différentes autres sources de premier plan comme l’Organisation Mondiale de la Santé place la barre à 60 %. Plus le pourcentage est faible, moins le gel est efficace et plus le contact entre le gel et le virus doit être prolongé. Dans le cas d’un gel dont le pourcentage oscille entre 60 et 70 %, mieux vaut frotter longtemps. 10 des 15 produits testés contenaient plus de 70 %, 3 étaient entre 70 et 65 %, 2 entre 65 et 60 %. Dès lors, tous vous protègent; à des degrés divers, contre le coronavirus. 

Information perfectible

Vous pourrez retrouver le pourcentage d’alcool de tels gels sur l’étiquette sous différences dénominations : alcool dénaturé, isopropanol, éthanol ou 1-propanol. Enfin, tel devrait être le cas. 

Sur cinq produits (cf. photo ci-dessus), ce pourcentage ne figure pas sur l’emballage, même si tous avaient un pourcentage d’alcool supérieur à 70 %. Nous estimons pourtant que cette information est un minimum. Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons déterminer l’efficacité de la protection. 

Quatre produits ne présentaient même aucune liste d’ingrédients, et sur six autres, la liste était affichée en caractères si petits qu’elle en était pratiquement illisible. Pour les gels hydroalcooliques relevant de la législation sur les biocides, la liste d’ingrédients n’est pas une obligation légale. C’est pourtant la seule façon de déterminer si le produit contient ou non des substances susceptibles d’entraîner des réactions allergiques. Étant donné que trois produits du test en contenaient effectivement, cela reste une exigence pour nous.

Tendance à la baisse pour les prix

Parallèlement à ce test, nous avons également monitoré (principalement sur internet) pendant sept semaines le prix d'environ 30 gels différents commercialisés dans les supermarchés, les pharmacies et les boutiques de cosmétiques. Nous avons ainsi pu constater que les prix affichaient une tendance à la baisse. Alors qu’il fallait encore débourser en moyenne 57,48 € fin avril pour un litre de gel désinfectant contenant minimum 70 % d’alcool, la moyenne est actuellement descendue à 38,6 €. Naturellement, l’abaissement de la TVA de 21 % à 6 % a pu jouer un rôle. Le prix des gels pour les mains dont le pourcentage d’alcool n’était pas clairement mentionné a également diminué, même si la différence était moins élevée. Si fin avril il fallait encore débourser 34,98 €/litre pour un tel produit, il vous en coûtera aujourd’hui 30,81 €.