Action collective Facebook

Réclamez, avec nous, une compensation de 200€ pour l'utilisation abusive de vos données.

27149 personnes inscrites
  1. Inscrivez-vous gratuitement en tant que victime.
  2. Nous introduisons en justice une action en réparation collective contre Facebook.
  3. Si le tribunal nous donne raison, vous recevrez une indemnisation que lui-même déterminera.

87 millions d’utilisateurs Facebook ont vu leurs données livrées, sans leur consentement, à Cambridge Analytica. Et ce scandale n’est vraisemblablement que la partie émergée de l’iceberg!
Le modèle économique du réseau social repose entièrement sur le partage et l’utilisation de données sans que les utilisateurs n’en soient correctement informés et sans leur consentement explicite à cette fin.

Facebook enfreint les règlementations

En agissant de la sorte, Facebook contrevient au respect de la vie privée et aux droits des consommateurs. 

Voilà pourquoi nous introduisons une action collective contre Facebook où seront représentés, non seulement les victimes du scandale Cambridge Analytica, mais tous les utilisateurs de Facebook. 

Nous réclamons pour TOUS les utilisateurs de Facebook : 

  • 200€ minimum par utilisateur à titre de dommage.
  • A tout moment, les consommateurs doivent être maîtres de leurs données, savoir à quelles fins elles sont utilisées, et recevoir un juste retour de la valeur créée par les entreprises qui les utilisent. Si leurs données sont utilisées abusivement, ils doivent être indemnisés. 
     

Vos données? Je joue avec elles.

Les excuses de Mark Zuckerberg ne suffisent pas! Les consommateurs ne sont pas de marionnettes avec lesquelles Facebook peut jouer à son gré.
Test Achats et  ses organisations sœurs italienne, portugaise et espagnole, lancent une action collective dans chaque pays.

Les questions fréquemment posées

1. Qu’est-ce que le scandale Cambridge Analytica?

Cambridge Analytica est une société spécialisée dans le profilage psychologique. 

Tout a commencé en 2014 lorsqu’Aleksandr Kogan, un chercheur de l’université de Cambridge, a proposé un test de personnalité aux utilisateurs via l’application « this is your digital life ». Pour participer à ce test, les utilisateurs devaient se connecter avec leur identifiant Facebook, avec leur nom et mot de passe. Ce test a été complété par 270 000 personnes, dont les informations et celles de leurs amis ont également été collectées, ce qui a permis au chercheur d’avoir au total accès aux données de 87 millions d’utilisateurs. Ces informations comprenaient la localisation, la liste d’amis, les likes, partages, etc.

Il a ensuite communiqué ces données à Cambridge Analytica qui s’en est servi pour établir des profils psychologiques et notamment influencer le comportement électoral de ces personnes en faveur du président Donald Trump.

 

2. Combien de personnes sont visées par le scandale Cambridge Analytica en Belgique?

61 000 personnes sont concernées en Belgique.

3. Comment savoir si je suis victime du scandale Cambridge Analytica?

Facebook était tenue d’informer toutes les personnes victimes du scandale Cambridge Analytica. Si vous n’avez pas été informé, vous pouvez cliquer sur ce lien pour vérifier si vous êtes concerné : www.facebook.com/help/1873665312923476 

4. Pourquoi Test Achats introduit-elle une action collective pour tous les utilisateurs de Facebook et non pour les seules victimes du scandale Cambridge Analytica?

Test Achats a décidé d’introduire une action collective pour tous les utilisateurs de Facebook qui sont au nombre de 7 100 000 en Belgique, et pas seulement pour les victimes du scandale Cambridge Analytica, parce que ce scandale ne semble être que la partie émergée de l’iceberg, celle d’un modèle économique basé sur le partage et l’utilisation (abusive) de données sans que les utilisateurs n’en soient correctement informés ou qu’ils aient donné leur consentement explicite à cette fin.

Beaucoup d’autres applications opérant sur Facebook ont par exemple pu avoir accès aux données des utilisateurs de la plateforme sans leur consentement. En mai 2018, Facebook annonçait avoir suspendu plus de 200 applications qui ont fait une utilisation abusive des données des consommateurs. 

Nous estimons que cette pratique de la collecte de données sans information correcte et consentement explicite du consommateur contredit la règlementation sur la vie  privée ainsi que celle protégeant les consommateurs. 

 

5. Comment le montant de 200€ par utilisateur Facebook a-t-il été déterminé?

Le montant de 200€ constitue une estimation minimale du dommage subi par les utilisateurs de Facebook sur base de plusieurs critères comme l’avantage commercial que Facebook a retiré en communiquant les données de ses utilisateurs à des tiers, mais également la valeur des données partagées par les utilisateurs sur Facebook, selon plusieurs outils, ainsi que sur base des chiffres publiés par Facebook même.

6. My Data is Mine (mes données m’appartiennent), qu’est-ce que c’est?

La nouvelle économie de données offre de nouvelles opportunités. Les consommateurs sont des partenaires essentiels pour le développement futur, durable et responsable de cette économie. Il est donc grand temps qu’ils soient reconnus en tant que tels. 

Aujourd’hui, nos données personnelles rapportent beaucoup d’argent aux entreprises. Certaines récoltent nos données pour envoyer des publicités ciblées, d’autres sont plutôt spécialisées dans la collecte de ces données afin de les vendre aux entreprises qui veulent atteindre un public spécifique.

La valeur globale de l’économie des données au sein de l’UE atteindrait en 2020, selon des estimations, plus de 700 milliards d’euros (4 % du PIB). Nous estimons qu’il est donc juste que les consommateurs reçoivent une part équitable du gâteau, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Notre action My data is Mine (mes données m’appartiennent) vise à ce que le consommateur redevienne maître de ces données : qu’il puisse décider quand, comment, et avec qui il souhaite partager ses données, et recevoir un réel avantage en retour. 
 

7. Pourquoi encore communiquer sur FB et ne pas les boycotter?

Contrairement à des campagnes notamment lancées aux USA, nos organisations de consommateurs en Europe n’ont jamais plaidé pour le boycot. De nombreux consommateurs y trouvent de l’intérêt pour se tenir informés. Nous l’utilisons aussi pour diffuser de l’information et nous sommes présents également pour pouvoir répondre aux questions de nos abonnés et des consommateurs en général. 

Notre objectif est de voir ces opérateurs se conformer aux règles applicable dans l’intérêt du plus grand nombre.
 

8. Comment gérer les informations partagées avec les autres apps et sites web?

Par la petite flèche en haut à droite et puis Paramètres > Apps et sites web, vous pouvez supprimer les applis dont vous n’avez pas besoin en les cochant puis en cliquant sur Supprimer en haut à droite. L’icône du crayon permet de modifier les accès et autorisations dont dispose chaque appli. Décochez toute information ou permission qui va trop loin.
Une solution plus radicale, vivement conseillée si vous n’utilisez jamais les applis tierces, consiste à leur refuser tout accès à votre profil. Toujours au même endroit, dans la rubrique Applications, sites web et jeux, cliquez sur Modifier > Désactiver  (l’accès pourra être réactivé ultérieurement).

Pour une explication plus détaillée, consultez le dossier "Protégez vos données en ligne.

Chronologie du scandale Facebook

17 mars 2018

Scandale Cambridge Analytica

1

Premiers développements

3

Lancement de l'action collective

30 mai 2018

Début de notre action collective contre Facebook.