News

Mon banquier, ce piètre conseiller

06 mai 2014
banquier piètre conseiller

06 mai 2014

‘Bonjour, j’ai un capital à placer. Que me conseillez-vous ?’ A cette question posée par nos enquêteurs, environ la moitié des agences bancaires que nous avons visitées ont répondu par un mauvais conseil en placement. Bien souvent, le profil du client est insuffisamment pris en considération.

Notre enquête

Vous voulez trouver un placement ou une formule d’épargne qui corresponde à vos besoins ? Vous cherchez des informations pour mieux investir ? Rendez-vous sur : 

Nous avons mené une grande enquête pour évaluer la qualité des conseils en placements dans les agences bancaires belges. Résultat ? Les informations données au client sont insuffisantes et l’identification de son profil d’investisseur n’est pas correctement réalisée. En clair, nous remettons aux banquiers un bulletin barré en rouge de la mention "insatisfaisant".

Nous avons eu l’impression que les conseillers sont souvent d’abord préoccupés de vendre leurs produits avant de considérer l’intérêt du client. Le placement proposé s’avère alors plus ou moins inadapté, avec des conséquences pour le client qui peuvent se révéler (très) négatives.
Ceci étant, tout n’est pas aussi noir. Dans chaque enseigne, nous avons en effet trouvé au moins un agent qui a donné un très bon conseil. Problème de formation du personnel, de manque de temps, d’objectifs commerciaux en conflit avec les intérêts du client, ou un peu de tout cela à la fois ? Nous déplorons que les banques ne mettent pas tout en œuvre pour assurer un conseil au client qui soit du plus haut niveau de qualité possible. Dès lors, nous exigeons un contrôle réellement efficace des obligations légales des banques en la matière, et des sanctions dissuasives en cas de non-respect de la loi.

Technique du ‘client mystère’

La vidéo de notre enquêteur qui filme en caméra discrète


Pour chacune des 8 grandes enseignes bancaires analysées, nos enquêteurs ont visité une dizaine d’agences dans le courant du mois de novembre 2013, à Bruxelles et dans tous les chefs-lieux de province. De manière anonyme (technique du ‘client mystère’), ils avaient pris rendez-vous au préalable afin d’être reçus par un conseiller en placement.

Deux scénarios ont été suivis : Dans le scénario "placement", l’enquêteur, environ 60 ans, précise son profil de la manière suivante si le conseiller lui pose des questions :
  • employé dans le secteur privé, salaire mensuel de 1900 € net, prendra sa retraite d’ici 3 à 5 ans max. Revenu mensuel estimé à la pension de 1100 €;
  • dispose de 120.000 € d’épargne totale;
  • séparé depuis 5 ans, plus d’enfants à charge;
  • achat d’un appartement envisagé au moment de la retraite; l’épargne devant servir au financement;
  • garantie exigée sur le capital: ne désire pas prendre le risque de perdre une partie de l’argent;
  • rendement intéressant souhaité.

Dans la section suivante, vous lirez les constatations que nous avons pu tirer pour ce scénario "placement".
Outre ces constatations, vous découvrirez également dans notre magazine Budget & Droits n°234 de mai, les résultats de notre enquête relative au scénario "Epargne".