Communiqué

Site web d’Alibaba: progrès suite aux actions de Test Achats et d’organisations européennes de consommateurs

19 février 2021

En mai 2019, Test Achats avait analysé les conditions générales du site web AliExpress, propriété d’Alibaba. Après avoir relevé plusieurs clauses abusives, l’organisation avait averti le SPF Economie ainsi que le Ministre de l’Economie, et interpellé le géant chinois. Cette interpellation avait mené à une rencontre avec des représentants de la plateforme chinoise qui avait ensuite amélioré certaines clauses problématiques. Suite aux plaintes introduites par diverses organisations de consommateurs auprès de leurs instances nationales, AliExpress a modifié son site internet et s’est engagée à respecter les droits des consommateurs.

330 millions de consommateurs

AliExpress, propriété d’Alibaba, est une plateforme qui met en relation des vendeurs, principalement en Chine, avec des consommateurs étrangers. Outre sa version anglaise disponible dans le monde entier, AliExpress est désormais disponible en néerlandais, français, allemand, italien, espagnol, portugais et polonais, ce qui lui permet de toucher 330 millions de personnes dans l'UE.

 

Clauses abusives

L’analyse effectuée par diverses organisations de consommateurs, dont Test Achats, avait mis en évidence diverses clauses problématiques : conditions générales difficilement accessibles, un renvoi vers un tribunal arbitral à Hong Kong en cas de litige, aucune mention de la garantie légale, un droit de rétractation non conforme à la règlementation européenne, etc.

 

AliExpress modifie son site web

Sur base de ces constats, Test Achats avait demandé – en mai 2019 - au SPF Economie d’intervenir et avait interpellé le géant chinois. Cette interpellation avait mené à une rencontre en juillet 2019 entre, d’une part, des représentans d’AliExpress, et d’autre part, des représentants de Test Achats, du Bureau Européen des consommateurs et d’autres organisations de consommateurs. Plusieurs points problématiques avaient alors été améliorés, d’autres points demeurant ouverts.

C’est pour finir l’autorité hollandaise qui s’est saisie de ce dossier, en collaboration avec la Commission européenne, avec des résultats très concrets. AliExpress informe désormais correctement les consommateurs au sujet du droit de rétractation de 14 jours mais aussi de la garantie légale. La plateforme s’est engagée à indiquer si des coûts additionnels devront être supportés par l’acheteur, tels que des droits de douane. Elle donnera clairement l’identité du vendeur, et sera tenue d’indiquer si le ranking du vendeur est lié au fait que celui-ci a payé pour apparaître en haut des résultats. Enfin, le site devra indiquer l’endroit vers lequel les consommateurs devront se tourner en cas de plainte ou litige, qui devra se trouver dans le pays du consommateur et non plus à Hong Kong.

Bien que tout ne soit pas parfait sur le site d’AliExpress, nous nous réjouissons de voir que les actions menées par des organisations de consommateurs mènent à des résultats très concrets et améliorent la protection des acheteurs” déclare Jean-Philippe Ducart, porte-parole de Test Achats. “En ces temps de pandémie où les achats en ligne explosent, il est plus que jamais crucial de s’assurer que le droit européen qui protège les consommateurs soit respecté par tous les acteurs qui s’adressent à eux” conclut-il.

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.