Réponse d’expert

Serai-je indemnisé pour le retard du vol de retour?

18 janvier 2022
Armand Van Steenwinckel © photo: Hendrik De Schrijver

Armand Van Steenwinckel voulait savoir s'il avait droit à une indemnisation digne de ce nom pour le fait que son vol de retour a atterri non pas à Maastricht mais à Amsterdam et qu'il est donc arrivé à Maastricht beaucoup plus tard que prévu. Notre expert Laurens Deforce explique que vous ne pouvez pas prétendre à une telle indemnisation dans tous les cas.

Armand Van Steenwinckel (photo), de Berchem-Sainte-Agathe : “Au cours de notre voyage, Corendon nous a informés que notre vol retour d’Antalya à Maastricht atterrirait finalement à Amsterdam. On nous avait promis un trajet en bus jusqu’à Maastricht mais, quand l’appareil a atterri à 4 h du matin, aucun bus n’était en vue. Nous avons passé le reste de la nuit à l’aéroport. Le bus n’est finalement arrivé qu’à 10h30. Le seul dédommagement proposé par Corendon est un bon de valeur de 25 €. Devons-nous nous en contenter ?”

La réponse de notre expert

Cela dépend. 

Quand une compagnie aérienne modifie en dernière minute la destination finale de votre vol retour, elle doit d’abord supporter les frais du transport d’un aéroport à un autre. C’est pourquoi Corendon a prévu un bus jusqu’à Maastricht pour ses passagers coincés à Amsterdam. Mais, si ce changement retarde l’arrivée à votre destination finale, Maastricht en l’occurrence, vous pouvez dans certains cas réclamer une compensation complémentaire. Ce qui compte, c’est le moment où vous atteignez votre destination initiale, à savoir Maastricht. Dès que vous y arrivez avec plus de 3 heures de retard, vous avez droit à une indemnité. Cette condition est largement remplie dans votre cas, puisque vous avez dû attendre plus de 6 heures votre bus pour Maastricht. 

L’indemnité est un montant forfaitaire, en fonction de la distance du voyage. Pour un vol entre 1 500 et 3 500 km en dehors de l’Union Européenne, comme dans votre cas, elle s’élève à 400 € par passager. 

Mais il y a une importante exception à cette obligation d’indemniser : si la compagnie aérienne peut prouver que le retard est dû à des circonstances extraordinaires que des mesures raisonnables n’auraient pas permis de prévenir, vous n’avez pas droit à l’indemnité. Des conditions météo extrêmes sont un exemple classique de circonstances extraordinaires. 

Un problème ? Nous pouvons vous aider

Vous aussi vous avez un problème? N’hésitez pas à faire appel à un expert de notre Service Conseil via notre formulaire de contact en ligne. Vous pouvez également consulter un de nos experts en formant le 02 542 33 33, du lundi au vendredi de 9 h à 12h30 et de 13 h à 17h (16 h le vendredi).

Contactez un expert de notre Service Conseil


Imprimer Envoyer par e-mail