Communiqué

Test Achats crée une alliance européenne contre le problème des Joy-Con de Nintendo

27 janvier 2021

Pas moins de 650 propriétaires belges de Nintendo Switch ont signalé leurs manettes défectueuses dans la base de données "Trop Vite Usé" de Test Achats au milieu de l'année dernière. En pleine épidémie de coronavirus, la console de jeu du fabricant japonais a été vendue encore plus rapidement que d'habitude.

 

Extension de garantie

L'année dernière, Test Achats avait déjà confronté Nintendo à la mauvaise qualité de ses manettes. Au départ, Nintendo n'offrait qu'une garantie d'un an, qui était également utilisée par les commerçants dans leurs relations avec les consommateurs. Ce n'est que sous la pression de Test Achats, que le fabricant japonais a répondu aux préoccupations des gamers belges et s'est conformé à la loi en offrant une garantie de deux ans. Nintendo a également accepté de reconnaître publiquement le problème afin d'informer correctement les consommateurs. Seules les organisations de consommateurs en France et en Belgique ont réussi à le faire jusqu'à présent.

 

Une plainte européenne inévitable

L'extension de la garantie ne résout évidemment pas le problème du “Joy-Con drift”, mais elle assure une protection plus correcte aux propriétaires de Nintendo. En outre, Test Achats continue de signaler de nouveaux cas chaque jour. Début 2021, le compteur indiquait déjà 1.021 consoles signalées pour ce problème du “Joy-Con drift”. Pas moins de 75 % de ces consommateurs ont déclaré que leurs manettes sont devenues défectueuses dans les deux ans suivant la date d'achat. Un chiffre qui apparaît également dans les données européennes d'autres organisations de consommateurs.

En collaboration avec le Bureau européen des organisations de consommateurs (BEUC) et 8 autres organisations en France, aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, en Norvège, en Slovaquie, en Slovénie et en Grèce, une plainte officielle est déposée auprès de la Commission européenne et des autorités nationales de protection des consommateurs pour obsolescence programmée et pratiques trompeuses concernant des informations essentielles pour les consommateurs (sur base de la directive européenne sur les pratiques commerciales déloyales). L'organisation britannique de consommateurs Which ? a également lancé une enquête auprès des utilisateurs de Nintendo pour identifier le problème.

 

Imposer des produits plus durables pour les consommateurs et l'environnement

Test Achats, en collaboration avec le BEUC et d'autres organisations de consommateurs, demande qu'une enquête officielle sur l'obsolescence programmée soit lancée au niveau national et européen. Dans le même temps, Nintendo devrait être obligé de résoudre d'urgence les problèmes des manettes présentant des défauts dus au “Joy-Con drift”. Tant que le problème n'est pas réglé, les manettes en question ne doivent plus être vendues.

 

Julie Frère, porte-parole de Test Achats, déclare que "Nintendo ne devrait pas vendre des produits qui ne répondent pas aux attentes en matière de durabilité. Les consommateurs devraient pouvoir s'attendre à une durée de vie normale sans avoir à acheter des pièces de rechange coûteuses. C'est à Nintendo de trouver une solution appropriée.

Test Achats veut que les entreprises cessent de mettre sur le marché des produits qui présentent des pannes trop rapidement. Pour aider les consommateurs à prendre les bonnes décisions et pour s'attaquer au problème croissant des déchets électroniques, les fabricants doivent fournir avant l'achat des informations sur la durabilité du produit.

 

La lettre (en anglais) du BEUC concernant la plainte officielle à la Commission européenne et au CPC peut être consultée en annexe.

 

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.