Communiqué

Test Achats demande des améliorations substantielles du PEB

21 mai 2022

Initialement, le certificat PEB -Performance Energétique des Bâtiments- ne servait qu'à comparer la consommation d'énergie de différents logements. Il est désormais devenu un outil de gestion destiné à encourager les consommateurs à rénover. Pour Test Achats, il est crucial que ce document devienne plus complet, concret et utile.  Les consommateurs doivent pouvoir compter sur davantage de soutien et de conseils. Et de nombreux points d’interrogation demeurent…

Le certificat PEB de simple outil de comparaison à un instrument de gestion

Lorsque le certificat PEB a été rendu obligatoire pour les logements proposés à la vente ou à la location, le chiffre de consommation - auquel était associé un code couleur et/ou un label énergétique (A, B, C, D, etc.) - donnait une idée de l’(in)efficacité énergétique d'un logement. De cette façon, les consommateurs pouvaient comparer les habitations afin de faire leur choix. Mais ce certificat a tendance à se transformer en un instrument de gestion pour les gouvernements régionaux dans la poursuite des objectifs liés à l'efficacité énergétique des logements. Bruxelles prévoit par exemple de rendre obligatoire l’obtention d’un certificat PEB pour chaque logement existant, en dehors de toute transaction immobilière, avec un calendrier de rénovation lié à celui-ci. Toutes les régions visent des logements à énergie quasi nulle d'ici 2050.

 

Lourde responsabilité pour le consommateur

Bien que l’objectif du PEB visant des habitations à énergie quasi nulle d'ici 2050 est évidemment louable, il fait peser une lourde responsabilité sur les ménages. Rénover une maison existante de manière à obtenir le label requis peut être une tâche difficile et coûteuse. Il faut commencer par s’assurer que l’on dispose du bon outil pour ce faire, et le PEB, dans sa forme actuelle, présente plusieurs lacunes” réagit Julie Frère, porte-parole de Test Achats. “Par ailleurs, nous nous demandons si certains propriétaires ne devront pas supporter des coûts déraisonnables ou disproportionnés pour mettre leur logement en conformité avec les normes requises. Toutes les familles sont-elles en mesure de faire face à cet effort ? Ne devrait-on pas fournir davantage de soutien et de conseils ? Que se passe-t-il si une famille ne parvient pas à améliorer son logement ? Qu'en est-il des contrôles et des sanctions éventuelles ?”. L’organisation de consommateurs a interpellé les différents Ministres de l’énergie pour obtenir des réponses claires à ses questions.  

 

Cinq points d’amélioration

En parallèle, Test Achats propose 5 points pour rendre le certificat PEB plus concret et plus utile pour le consommateur :

  1. Le certificat devrait contribuer à empêcher les installateurs de surdimensionner les systèmes de chauffage, comme c’est trop souvent las cas aujourd’hui. Sur la base des informations recueillies, le certificat pourrait donner une indication correcte de la capacité requise pour le chauffage de la maison. Cela éviterait au consommateur de payer trop cher inutilement.
  2. Le certificat ne devrait pas seulement permettre de comparer la consommation d'énergie par m², comme c'est le cas actuellement, mais aussi de comparer rapidement la consommation totale d'énergie des habitations. Par exemple, les grandes maisons qui ont un bon rendement énergétique au m² peuvent se retrouver avec une facture énergétique élevée.
  3. La consommation d'énergie mesurée devrait être moins théorique et davantage liée à la consommation et au comportement réels des ménages dans les foyers.
  4. Les recommandations formulées dans le certificat PEB devraient tenir compte des coûts des travaux à réaliser. Cela fait complètement défaut à Bruxelles et en Wallonie.
  5. Les informations utiles du certificat devraient également parvenir à la partie qui rénove, ce qui n'est souvent pas le cas actuellement. Et les Régions doivent pouvoir donner toutes les garanties sur la compétence technique et les aptitudes sociales des certificateurs qui établissent le certificat.

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.