L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Sel: pas plus de 5 grammes par jour

13 mars 2018

13 mars 2018
On mange trop de sel. Mais diminuer sa consommation n'est pas si facile: pain, céréales, charcuteries, plats préparés et autres en contiennent en quantité. Notre analyse.

section

Le Belge consomme chaque jour environ 9g de sel. Soit le triple de ce dont il a réellement besoin (3g/jour). Cependant, viser cette valeur serait utopique. A peu près tous les aliments, contiennent naturellement du sodium. C’est pourquoi l’OMS a fixé à 5 grammes l’apport journalier recommandé en sel.

Préservez votre santé

Réduire la consommation de sel est important pour la santé. Il s'agit d'un facteur central de la prévention de l’hypertension, et par conséquent, des maladies cardiovasculaires, ainsi que d’autres maladies comme le cancer de l’estomac ou l’ostéoporose.

Où se cache-t-il ?

Vous évaluez peut-être le sel que vous ajoutez vous-même en cuisinant ou en mangeant, mais celui-ci ne représente que 15% de votre consommation journalière. Et pour cause: 75% du sel que vous ingérez chaque jour provient de produits tels que le pain, les céréales, les fromages, ou les produits préparés. Des produits dont la composition n’est pas de votre ressort. Enfin, les 10 % restants se trouvent naturellement dans les aliments.

Le pain et les produits de boulangerie ne peuvent pas contenir plus de 2 % de sel par rapport à la matière sèche, ou 17 grammes de sel par kilo de farine. Mais cette limite légale n’est pas toujours bien respectée. Notre analyse de 50 pains blancs et 50 pains complets a révélé des teneurs en sel entre 1,88 % et 2,92 %. Il n’y avait pas de véritables différences entre les deux sortes de pains, mais nous avons constaté que les pains bio contenaient significativement moins de sel ajouté. Si l’on souhaite (doit) réduire sa consommation de sel, mieux vaut donc se tourner vers le pain bio. 

 
En outre, nous sommes en faveur d'un étiquetage avec la valeur nutritive complète (par exemple, sel, graisse, fibre, sucre, ...) sur les pains non préemballés, de sorte que vous sachiez ce que vous mangez.

Diminuer, mais comment ?

Bouder la salière est un premier pas et reste une mesure facile sur laquelle vous avez une emprise. Vous pouvez également scruter les étiquettes pour sélectionner les denrées les plus pauvres en sel. Depuis décembre 2016, la teneur est toujours indiquée dans le tableau nutritionnel. Attention: celle-ci peut fortement varier d’une marque à l’autre pour une même catégorie d’aliments. Pour 100g de produit, si la teneur en sel est de 0 à 0,3g, l'aliment est pauvre en sel. Si l'aliment contient entre 0,3g et 1,5g de sel, il est considéré comme acceptable. Et s'il contient plus de 1,5g de sel, il est alors trop riche en sel et donc à limiter autant que possible.



Il est donc évident que la diminution de sel doit principalement venir de l’industrie alimentaire. Pas facile d’utiliser moins de sodium: habitude du consommateur, procédés technologiques de production et concurrence étrangère ne facilitent pas la tâche des fabricants. Si la dynamique doit se poursuivre, on peut tout de même souligner les efforts consentis dans de nombreux secteurs. Cette diminution doit se faire dans un contexte obligatoirement européen, car un Etat ne peut, à lui seul, inverser la tendance.


Imprimer Envoyer par e-mail