L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Maladies cardiovasculaires

01 octobre 2007
maladies-cardiovasculaires

01 octobre 2007

Les maladies cardiovasculaires constituent la première cause de mortalité en Belgique. Près d'un décès sur quatre y est lié. Plusieurs facteurs incontrôlables jouent un rôle, comme l'âge, le sexe et l'hérédité. Mais il y a également des facteurs de risque sur lesquels vous avez un impact, comme le mode de vie et d'alimentation, le cholestérol, le tabagisme, le stress, le manque d'exercice physique... Plus il y a de facteurs de risque présents, plus le risque de souffrir d'un infarctus, d'une attaque ou d'une autre affection cardiovasculaire augmente.

Facteurs de risque

  • Tabac : chez les hommes, 40% des décès sont attribuables au tabac. Plus vous fumez, plus le risque est élevé. 
  • Obésité : avant 50 ans, les personnes obèses courent deux fois plus de risques que les autres de développer un problème cardiaque ou coronarien. En particulier lorsque la graisse est concentrée au niveau de l'abdomen. L'obésité trouve souvent son origine dans un régime alimentaire déséquilibré. 
  • Manque d'exercice physique : il suffit de pratiquer un exercice physique modéré durant 30 à 45 minutes trois fois par semaine (vélo, natation, marche rapide, etc.). Le sédentarisme multiplie en effet par deux le risque de maladie cardiovasculaire. 
  • Hypertension : l'hypertension (au-delà de 14/9) est influencée par l'hygiène de vie en général (habitudes alimentaires, stress, etc.). C'est bien sûr la première chose à adapter mais l'hypertension peut aussi se combattre au moyen de médicaments. 
  • Cholestérol : un niveau trop élevé de "mauvais" cholestérol LDL et un niveau trop bas de "bon" cholestérol HDL augmente le risque cardiovasculaire. Modifier ses habitudes alimentaires peut améliorer la situation. 
  • Alcool et drogues : une consommation modérée d'alcool a un effet protecteur mais l'abus d'alcool et/ou de drogues augmente sensiblement les risques cardiovasculaires. 
  • Stress : maladie de la société moderne où rapidité et pression sont des maîtres-mots, le stress augmente la tension artérielle et accroît dès lors les risques cardiaques. 
  • Diabète : le diabète multiplie par trois le risque de décès par maladie cardiovasculaire. Entre 70 et 80% des décès chez les diabétiques sont en effet dus à des maladies cardiovasculaires. On estime que la moitié de ceux qui ont un diabète de vieillesse ne le savent pas encore. Un dépistage et un traitement précoce sont donc importants, si on ne veut pas charger inutilement ses vaisseaux (et son coeur). 
  • Hérédité, âge et sexe : des facteurs sur lesquels personne n'a prise. Ainsi, le fait qu'une autre personne de votre famille ait développé un problème cardiovasculaire avant l'âge de 55 ans (homme) et 65 ans (femme) augmente sensiblement la probabilité que vous développiez vous aussi ce type de maladie. Il est alors encore plus important de surveiller les facteurs sur lesquels vous avez prise. 

Le risque de décès est deux fois plus élevé pour les hommes que pour les femmes, chez qui les problèmes surviennent en moyenne 10 ans plus tard. Les femmes semblent devoir moins se préoccuper de la question que les hommes mais ne perdez pas de vue que les femmes qui entreront d'ici 20 ans dans les statistiques mènent une toute autre vie que les femmes des générations précédentes. Nous conseillons donc aux femmes actives d'aujourd'hui d'être prudentes.

 

Limiter les risques

Un mode de vie sain est indispensable pour limiter le risque de maladies cardiovasculaires. Optez pour des aliments sains avec peu de graisses saturées, arrêtez de fumer ou ne commencez pas, pratiquez suffisamment d'exercice physique, soyez le moins stressé possible et modérez votre consommation d'alcool. Surveillez votre tension (pas plus de 14/9), de même que votre cholestérol et votre poids.

 

Examen

Si vous vous faites des soucis quant à votre santé, n'hésitez pas à en parler à votre généraliste. Il pourra contrôler votre tension, votre poids et votre cholestérol et décider sur cette base ce qui est important pour vous et quels sont les éventuels traitements adéquats.

 

Et en cas de risque élevé ?

S'il apparaît lors d'un examen que votre risque cardiovasculaire est élevé, des examens complémentaires et des médicaments préventifs peuvent parfois être utiles. Certaines maladies sont également traitées par voie chirurgicale. Retenez que votre santé est en grande partie dans vos mains et qu'il convient avant tout de modifier votre mode de vie et d'alimentation.


Imprimer Envoyer par e-mail