L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

L’effet placebo

11 septembre 2013
placebo

11 septembre 2013

La blouse blanche de votre médecin traitant, une chambre d’hôpital dotée d’une belle vue, la conviction que tel médicament résoudra votre problème… Il n’y a pas que l’effet thérapeutique d’un médicament ou d’une intervention qui détermine le succès d’un traitement, un tas d’autres facteurs, dont vous n’êtes pas toujours conscient, influencent ce dernier.

Qu’est-ce que l’effet placebo ?

La réussite d’un traitement ne dépend pas seulement de l’effet thérapeutique d’un médicament ou d’une intervention, mais aussi d’un tas d’autres facteurs dont, en tant que patient, vous n’avez pas toujours conscience. Cet effet positif s’appelle l’effet placebo.
Le mécanisme exact de l’effet placebo est encore en grande partie un mystère, mais il ne fait aucun doute que ce soit l’oeuvre d’une combinaison de facteurs.

 

Les facteurs favorisant l’effet placebo

La maladie elle-même : l’effet placebo est plus grand lorsque le problème comporte un élément psychologique (ex. le stress), comme dans le cas de douleurs d’estomac. Quand ce n’est pas le cas, avec une septicémie par ex., l’effet placebo est quasiment impossible.
Les attentes du patient et du médecin : la confiance du médecin dans un traitement et celle du patient dans son efficacité rendent une réaction placebo plus probable.
La relation médecin-patient : un médecin qui explique et suscite la confiance stimule la réaction placebo. L'aptitude d'un médecin à communiquer n'est donc pas à sous-estimer.
Les circonstances : certaines circonstances (une chambre avec vue, par ex.) peuvent créer des conditions de rétablissement plus rapide.
Certaines caractéristiques du médicament : la couleur, le prix, le nom du produit, le mode d’administration.

 

Restez critiques

Il est clair que les maladies graves exigent une approche médicale sérieuse. L’importance des médicaments contre le cancer ou des antibiotiques est une évidence. Néanmoins, nous devons être conscients que dans certains cas, l’effet placebo est en partie ou totalement responsable d'une amélioration, surtout lorsqu’il s’agit de symptômes tels que douleur, anxiété et dépression.
La même chose vaut pour certaines opérations et pour les thérapies alternatives. Cela ne veut pas dire que nous devons nous abstenir de traiter certaines maladies. Mais une attitude critique à l’égard de traitements (alternatifs) coûteux est souhaitée. Nous ne devons pas sous-estimer l’effet placebo de ces traitements.


Imprimer Envoyer par e-mail