L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Homéopathie et phytothérapie : ne méritent pas l’appellation "médicament"

14 mai 2019

14 mai 2019
Ils sont vendus en pharmacie et officiellement appelés "médicaments" mais leur efficacité et leur sécurité ne sont pas forcément garanties. Aucun des médicaments homéopathiques et des médicaments traditionnels à base de plantes que nous avons analysés n'a démontré son efficacité. Fiez-vous à notre base de données médicaments.

Il est inacceptable que des médicaments homéopathiques et des médicaments traditionnels à base de plantes puissent être vendus en tant que "médicament" en pharmacie sans que leur efficacité n’ait été démontrée. Il en va de même pour un certain nombre de médicaments classiques et de médicaments ordinaires à base de plantes, pour lesquels nous avons également de gros doutes quant à leur efficacité et/ou leur sécurité. Le statut de "médicament" leur confère une aura de crédibilité qu’ils ne méritent absolument pas. Notre banque de données de médicaments met un terme à cette tromperie et distingue les médicaments utiles de ceux qui ne le sont pas.

Exigences trop laxistes

Malheureusement, tous les médicaments ne doivent pas répondre aux mêmes exigences d’efficacité, de sécurité et de qualité pour pouvoir être commercialisés et pour pouvoir porter le nom de "médicament". Les exigences sont généralement plus sévères pour les médicaments classiques que pour les médicaments homéopathiques et les médicaments (ordinaires ou traditionnels) à base de plantes.

Les médicaments traditionnels à base de plantes et les médicaments homéopathiques sont simplement approuvés par "tradition", sans que leur sécurité ou leur efficacité n’aient dû être démontrées ou étudiées de manière active.

Plus d'infos dans notre dossier homéopathie

147 médicaments alternatifs à la loupe

Dans notre base de données médicaments, vous trouverez la valeur réelle de près de 6.300 médicaments. Parmi tous les médicaments évalués, 10 % sont évalués "d'utilité contestable", ce qui veut dire que de gros doutes subsistent quant à leur efficacité et/ou leur sécurité. 2 % sont "à déconseiller" : leurs inconvénients l’emportant sur leurs avantages, ils doivent être retirés du marché.

Parmi les médicaments à base de plantes et les médicaments homéopathiques, la proportion de produits douteux est dramatique. Sur les 60 médicaments ordinaires à base de plantes, 59 % sont d’une "utilité contestable" et 18 % sont "à déconseiller". Sur les 32 médicaments traditionnels à base de plantes, 97 % étaient d’une utilité contestable et 3 % doivent, selon nous, disparaître du marché. Pour les 55 médicaments homéopathiques avec indication, ces pourcentages sont tout aussi importants, respectivement 84 % à "utilité contestable" et 16 % "à déconseiller".

Critères identiques pour tous les médicaments

Nous sommes d’avis que tous les médicaments autorisés à être commercialisés sur le marché sous l’appellation de "médicament" doivent satisfaire aux mêmes normes en matière d’efficacité, de sécurité et de qualité. Cela vaut également pour les médicaments déjà sur le marché : une réévaluation de ces médicaments s’impose.

A défaut, il convient de signaler clairement pour les médicaments homéopathiques et les médicaments traditionnels à base de plantes que leur efficacité n’est pas prouvée et qu’un médecin doit être consulté en cas de symptômes persistants. Cette mention doit figurer sur l’emballage ainsi que sur la notice, tout comme dans les publicités, que nous préférerions quoi qu’il en soit voir supprimées pour tous les médicaments disponibles sans prescription.

Contrôlez vous-même vos médicaments

En attendant, nos analyses vous orientent quant à la sécurité et à l’efficacité d’un médicament. Consultez facilement et rapidement les résultats dans notre base de données de médicaments.

Vers notre base de données médicaments