L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Ne croyez pas la publicité pour Tasectan !

07 février 2020
Tasectan

La publicité qui est passée cette semaine à la radio et à la télévision pour Tasectan vous a également interpellé ? Ce dispositif médical n’a toutefois rien du remède miracle en cas de diarrhée. En, effet, rien ne prouve son efficacité. 

L’année dernière, nous avons examiné de très près plusieurs dispositifs médicaux "en zone grise", ces produits flirtant avec la frontière entre médicaments et dispositifs médicaux. Tasectan était l’un d’entre eux. 

Dispositif médical versus médicament

A première vue, Tasectan a des allures de médicament. Il fait pourtant partie d’une autre catégorie qui n’est autre que celle des dispositifs médicaux. Et que ce soit pour l’entreprise ou pour vous, il y a un monde de différence entre les deux. 

Les dispositifs médicaux peuvent en effet être mis sur le marché sans les études indispensables pour pouvoir déterminer leur efficacité et leur sûreté, le suivi de cette dernière après commercialisation étant par ailleurs très limité. Le consommateur n’a, de plus, accès qu’à peu, voire aucune information fiable concernant ces dispositifs dits médicaux. Les firmes pouvant en outre lancer des campagnes publicitaires pour leur produit quasi sans restriction.

Aucune action mécanique

Tous les dispositifs médicaux ont une chose en commun : ils ont une action mécanique ou physique. Prenons le pansement, un autre dispositif médical : il s’agit d’une barrière entre une blessure et l’air environnant. 

Le producteur de Tasectan affirme que l’action de ce dernier est elle aussi mécanique : le produit déposerait un film protecteur sur les parois de l’intestin. Il n’a pourtant pas été en mesure de présenter le moindre essai corroborant ses dires. Une telle affirmation ne tient d’ailleurs pas la route : comment 500g de poudre pourraient-ils tapisser l’intestin grêle, long de 6 mètres et présentant, de par ses plis, une surface de 300 m2 ?!

Aucun effet avéré 

Tasectan affirme être "la solution rapide et naturelle pour toute la famille". L’emballage affiche d’ailleurs fièrement la mention "cliniquement prouvé". Aucune preuve tangible ne vient pourtant confirmer que Tasectan a un effet efficace sur les symptômes de la diarrhée. Quelques études cliniques ont bien été menées sur des enfants. La majorité est toutefois de mauvaise qualité (au cours de l’une d’entre elles, des médecins pouvaient à leur gré prescrire des antibiotiques alors qu’ils sont justement générateurs de diarrhée). La seule étude menée dans les règles de l’art n’a rien prouvé du tout. Les données disponibles pour le traitement des adultes sont particulièrement maigres, sans parler de leur qualité déplorable.

Peu d’effets secondaires ont été constatés lors des études menées. Cependant, ces données sont loin d’être suffisantes. Le nombre de patients est systématiquement plutôt limité et le temps de suivi (trop) court. Il n’est par exemple pas exclu que certains composés de ce produit puissent (gravement) endommager le foie. Ce point n’a pas fait l’objet d’une étude suffisante avant le lancement sur le marché.

Nous exigeons des mesures structurelles

Il y a environ quatre mois, nous avons envoyé une lettre à la Ministre de la Santé publique Maggie De Block et à l’AFMPS concernant les produits situés en zone grise. Nous y demandions entre autres des mesures structurelles pour éviter la commercialisation de produits médicaux sous le mauvais statut, ainsi qu’un renforcement des règles en matière de publicité. Nous n’avons à ce jour pas encore obtenu de réponse.

Vous avez vu ou entendu une publicité pour un autre produit et vous vous demandez ce que nous en pensons ? Consultez notre module "produits en zone grise".