Dossier

Mémoire

24 juillet 2007
Mémoire

24 juillet 2007

Vous avez la réponse sur le bout de la langue ? Vous ne savez plus où vous avez mis vos clés ? Pas de panique ! L'oubli et la confusion sont des phénomènes naturels et qui semblent s'accentuer à mesure que l'on avance en âge. Le recul de la mémoire peut néanmoins donner lieu à de la démence, c-à-d une dégénérescence généralisée du cerveau, dont la maladie d'Alzheimer est la forme la plus fréquente. Comme fonctionne notre mémoire ? Peut-on freiner la perte de la mémoire ?

Comment fonctionne notre mémoire ?

Le mode de fonctionnement précis de la mémoire humaine n'est pas encore totalement éclairci. On sait toutefois qu'elle se compose de différents niveaux :

  • la mémoire sensorielle garde l'information plusieurs secondes avant que celle-ci ne soit transférée vers le cerveau. Ainsi, lorsque vous voyez la plaque d'immatriculation d'une voiture qui passe devant vous, vos yeux vont retenir le numéro un petit temps ;
  • la mémoire de travail ou à court terme conserve pendant une courte période les informations entrantes. Elle vous permet de retenir des noms et de numéros de téléphone, d'effectuer de petits calculs... Si cette information est suffisamment répétée, elle est stockée dans la mémoire à long terme ;
  • la mémoire à long terme enregistre non seulement les données, elle entremêle aussi des informations nouvelles et utiles avec les souvenirs plus anciens, déjà présents. On présume que ce processus se déroule durant certaines phases du sommeil. La mémoire à long terme se compose d'une mémoire implicite et d'une mémoire explicite. L'implicite conserve des aptitudes telles que conduire une voiture, l'explicite nous permet d'une part de retenir des événements personnels et d'autre part de relier entre eux des noms et des significations, comme un nom et la personne qui porte ce nom.

Perte de mémoire

La perte de mémoire, ou amnésie, est provoquée soit par une maladie du cerveau (démence, dépression), soit par l'usage de certaines substances (alcool, calmants, anesthésie), soit par un traumatisme à la tête (coup sur la tête, électrocution). L'amnésie peut concerner le passé (rétrograde) ou le présent, auquel cas on a des difficultés à enregistrer de nouvelles informations (antérograde).
On peut comparer la manière dont notre mémoire fonctionne à la construction d'une maison : les couches de souvenirs se superposent les unes au-dessus des autres. Quand ces couches sont bien ordonnées, il est facile de retrouver une information. Certains facteurs tels que des nuits trop courtes, une dépression, un coup sur la tête, une crise d'épilepsie... peuvent perturber ce fonctionnement. Les couches s'entassent alors les unes sur les autres en désordre, et l'information contenue dans la mémoire à long terme est moins accessible.

Démence

Le démence est bien plus qu'une simple perte de mémoire. Il s'agit d'une détérioration de toutes les fonctions gérées par le cerveau, dont la mémoire. Les personnes démentes se souviennent parfois de détails d'un passé lointain, mais elles ne savent plus ce qu'elles viennent de dire. La maladie d'Alzheimer est la forme de démence la plus fréquente.
La démence peut survenir à un âge jeune, mais elle frappe le plus souvent des personnes âgées.

Facteurs favorisants

Le recul de notre forme mentale peut être retardé par :

  • du sommeil en suffisance
  • la modération de la consommation d'alcool
  • l'arrêt du tabagisme
  • de l'activité cérébrale (puzzles, devinettes, étude, lecture)
  • de l'activité physique (vélo, marche)
  • des contacts sociaux
  • la non-consommation de médicaments déterminés (certains somnifères).

Traitement

  • Les exercices de mémorisation sont le plus souvent basés sur le modèle CASSA, pour Concentration, Associer, Structurer, Sélectionner et Accepter. Ils ne permettent pas d'améliorer la mémoire, mais ils offrent des stratégies et des techniques pour l'utiliser de manière plus efficace.
  • Les médicaments stimulants tels que la lécithine, le Ginkgo biloba, le ginseng et la vitamine E sont réputés stimuler les fonctions cérébrales, mais il n'y en a pas de preuve scientifique convaincante.
  • De même, l'effet à long terme de certains nouveaux médicaments pour le traitement de démence débutante n'est pas encore établi.

Imprimer Envoyer par e-mail