L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Vapeshops: ces magasins ont été recalés

27 septembre 2019
vapeshops

27 septembre 2019
Les vapeshops se profilent comme spécialistes de la cigarette électronique. Toutefois, les vendeurs signalent-ils les risques pour la santé et que l'e-cigarette n’est pas un dispositif de sevrage tabagique agréé? S’en tiennent-ils aux règles en matière de vente aux mineurs? Nous avons visité 30 de ces magasins pour le découvrir.

Pas innocent

Une cigarette électronique n’est pas un produit inoffensif. Elle contient des substances potentiellement nocives. Les effets à long terme sur la santé ne sont pas encore connus. Les informations récentes des autorités américaines au sujet du lien avec maladie pulmonaire et convulsions ne sont pas vraiment rassurantes.

Cela aide-t-il à arrêter de fumer ? Il n'existe aucune certitude à ce sujet. Les études sont contradictoires. La cigarette électronique n'a en tout pas été reconnue officiellement comme un dispositif de sevrage tabagique, à l'inverse des substituts nicotiniques classiques (patches, chewing-gum...). Ceux-ci sont plus sévèrement régulés, les preuves de leur utilité sont plus nombreuses et ils constituent dès lors le premier choix. 

Lorsqu’un consommateur demande des renseignements, un vendeur de cigarettes électroniques doit faire preuve d’honnêteté sur ces points, surtout les vendeurs opérant dans des vapeshops, car ceux-ci se présentent comme spécialistes. Le font-ils ? Pour en avoir le cœur net, nous avons envoyé des clients mystère dans 30 vapeshops répartis sur tout le territoire belge. Outre la fourniture d’informations, une attention particulière a également été portée à la vente éventuelle aux moins de 16 ans dans ces magasins. 

9 magasins sur 30 vendent à des jeunes de 15 ans

L’un des clients mystère était un jeune de 15 ans qui affirmait ne pas fumer lorsque le vendeur l’interrogeait. Ce jeune a pu obtenir une cigarette électronique et/ou un e-liquid sans le moindre problème dans 9 des 30 magasins. Dans 8 magasins, il a même pu obtenir un e-liquid contenant de la nicotine. 

Problématique ? Oui, car les jeunes deviennent plus vite accros à la nicotine que les adultes. Et une fois qu’ils le sont, il leur est plus difficile de s’en débarrasser. Vendre des cigarettes électroniques aux moins de 16 ans (18 ans à partir de novembre) est dès lors prohibé à juste titre. Cette interdiction vaut également pour les cigarettes électroniques sans nicotine. 

La fourniture d’informations laisse à désirer

Les magasins ont également reçu la visite d’un client mystère adulte. Ce dernier a posé des questions sur la nocivité des cigarettes électroniques et sur leur efficacité en tant que dispositif de sevrage tabagique. 

Dans 4 magasins sur 30 seulement, les vendeurs ont fourni une réponse de qualité au sujet des risques. Les autres les ont minimisés au moyen d’allégations inexactes. Par exemple:

  • Ce n’est que de la vapeur d’eau que vous inhalez. Ce n’est pas vrai ! La vapeur que vous inhalez pendant le vapotage est produite après réchauffement du propylène glycol, de glycérol et d’additifs. La vapeur n’est pas du tout la même que celle qui émane d’une bouilloire.
  • La seule substance nocive qu’elle contient, c’est de la nicotine. Là encore, ce n’est pas vrai. La vapeur des cigarettes électroniques contient déjà des aldéhydes, des particules de métal ainsi que d’autres substances potentiellement nocives.
  • Les arômes sont inoffensifs, car on les utilise aussi dans l’alimentation. Un non-sens. Il reste encore à démontrer, pour la plupart des arômes, qu’ils peuvent être inhalés en toute sécurité. Ils peuvent néanmoins être utilisés dans les e-liquides.
  • Les cigarettes électroniques sont 95% plus sûres que les cigarettes ordinaires. D’une manière générale, la plupart des experts estime que les vapeurs sont moins nocives que la fumée de cigarette. Oui, mais dans quelle mesure ? La question reste ouverte. Des études à long terme doivent le démontrer.

La plupart des vendeurs présentent la cigarette électronique comme un dispositif de sevrage tabagique particulièrement efficace. Certains prétendent même qu’elle est plus efficace qu’un patch de nicotine, car le geste du fumeur est préservé. Le fait qu’elle puisse avoir un effet contre-productif est passé sous silence. Dans aucune boutique, le vendeur n’a souligné qu’une cigarette électronique n’est pas un dispositif de sevrage tabagique agréé.

Sur la page suivante, vous trouverez les résultats pour les 30 magasins examinés.

Vers les résultats par magasin

Arrêter de fumer

Lisez notre dossier (Tabac: il est temps d'arrêter!) et trouvez une solution à votre tabagisme.

Arrêter de fumer