L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Vapeshops: ces magasins ont été recalés

27 septembre 2019
vapeshops

Les vapeshops se profilent comme spécialistes de la cigarette électronique. Toutefois, les vendeurs signalent-ils les risques pour la santé et que l'e-cigarette n’est pas un dispositif de sevrage tabagique agréé? S’en tiennent-ils aux règles en matière de vente aux mineurs? Nous avons visité 30 de ces magasins pour le découvrir.

Des mesures nécessaires

Cette enquête ne permet pas de se prononcer sur l’ensemble des vapeshops. Toutefois, les résultats tendent à démontrer que certains aspects doivent être améliorés dans ce secteur. 

Nous estimons d’ores et déjà que l’inspection du SPF Santé Publique doit obtenir l’autorisation de recourir à des clients mystères. Actuellement ce n’est pas le cas. La probabilité de prendre les vendeurs sur le fait en cas de vente à des mineurs est donc très faible. 

Pour véritablement faire de la prévention, il faut bien évidemment aussi analyser les raisons qui poussent les jeunes à acheter des cigarettes électroniques pour mieux les comprendre. Songez à tous ces goûts, ces emballages trendy et ces actions marketing qui attirent les jeunes. Selon nous, l'utilisation d'arômes dans les e-liquides devrait être interdite.

De plus, les pouvoirs publics doivent déployer davantage d’efforts pour fournir des informations objectives aux consommateurs souhaitant acheter une cigarette électronique tant en dehors qu’à l’intérieur de la boutique. 

Les pouvoirs publics doivent plancher de toute urgence sur l’accroissement des garanties de qualité. Les normes actuelles pour les e-liquids nicotinés sont trop limitées. Et, pour des raisons qui restent mystérieuses, ces normes ne s’appliquent pas aux e-liquids sans nicotine. Enfin, il serait nécessaire de créer un point de contact auprès duquel les consommateurs pourraient signaler d'éventuels effets indésirables. Ce centre de contact devrait évidemment être suffisamment promu.