L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Convulsions fébriles chez les enfants

28 mars 2007
convulsions

28 mars 2007

En cas de forte fièvre, l'enfant peut présenter des convulsions. Tout à coup, les muscles se contractent, les yeux se révulsent et les membres s'animent de secousses involontaires. L'enfant ne répond pas à l'appel de ses parents car il est inconscient. Les convulsions fébriles sont parfois tellement angoissantes que les parents ont l'impression que leur enfant est en train de mourir. Que sont précisément les convulsions ? Ont-elles un effet nocif sur la santé et le développement de l'enfant ? Et que faire lorsqu'elles se produisent ?

Que sont les convulsions ?

Les convulsions sont une combinaison de perte de conscience et de spasmes musculaires dus à un trouble soudain dans le cerveau. Elles sont déclenchées par de la fièvre (p. ex. lors d'une otite, d'une inflammation de la gorge, d'une grippe...). L'enfant perd conscience, son corps se raidit et ses bras, ses jambes, son tronc et son visage s'animent de mouvements saccadés. Souvent, les lèvres deviennent bleues. Les convulsions fébriles ressemblent fort à une crise d'épilepsie. Elles ne durent généralement pas longtemps.
Les convulsions surviennent le plus souvent entre l'âge de 6 mois et 5 ans.

Simples ou compliquées

Les médecins font la distinction entre les convulsions fébriles "simples" et "compliquées".
Sont considérées comme compliquées, les convulsions qui durent plus de 15 minutes, ou qui ne touchent qu'un seul côté (p. ex. un seul bras ou seulement un côté du visage), ou qui se répètent dans les 24 heures. Les convulsions compliquées justifient toujours une admission à l'hôpital, pour une surveillance et des examens plus approfondis.

Sont-elles dangereuses ?

Même si les parents sont souvent effrayés lorsque leur enfant a une crise de convulsions, ce phénomène est généralement sans danger, mais il y a des exceptions (voir plus loin). Les convulsions n'ont pas d'impact sur le développement intellectuel ou moteur de l'enfant. Même les convulsions de longue durée (plus de 15 minutes) ne semblent pas avoir d'effet nocif.
Il n'y a que chez l’enfant de moins de six mois qu'elles ne sont souvent pas inoffensives et indiquent que l’enfant est gravement malade. Le cas échéant, il faut toujours appeler le médecin. Chez 1 à 4% des enfants souffrant de convulsions, on constate une méningite.

Evolution de la maladie

Tous les enfants ont de la fièvre de temps à autre, mais seuls 3 à 4% font des convulsions. Dans 70% des cas, l'enfant n'en présente qu'un seule fois, mais le phénomène peut se reproduire. Le risque de convulsions est le plus élevé autour de l'âge de 12 à 18 mois. S'il y a des antécédents de convulsions ou d'épilepsie dans la famille, le risque de récidive est plus élevé.

Traitement

Appelez toujours le médecin. Il essaiera en première instance d’identifier la cause de la fièvre. Il s’agit généralement d’une infection banale et il suffit d’administrer un simple fébrifuge. Il s’agit alors de simples convulsions dont il ne faut pas s’inquiéter. Tenez cependant compte du fait que votre enfant est sujet aux convulsions et qu’elles peuvent se reproduire à l’occasion d’un nouvel accès de fièvre.
Rarement, les convulsions peuvent être le symptôme d'une maladie grave, comme la méningite. Chez les jeunes enfants de moins d'un an, mais aussi chez les petits de 12 à 18 mois, il est conseillé de faire examiner l’enfant lorsqu'il n'y a pas de cause évidente aux convulsions. La méningite peut en effet se présenter chez les petits enfants sous forme insidieuse (sans raideur de la nuque, hébétude, vomissements...).

Que peut-on faire pendant les convulsions ?

  • Lorsqu'elles se produisent, l'enfant ne contrôle pas ses gestes. Vous devez donc écarter les objets auxquels il pourrait se blesser.
  • Voyez si vous pouvez coucher l'enfant sur le côté, pour faciliter sa respiration, car pendant les convulsions il y a souvent une salivation excessive et l'enfant peut aussi vomir. Contrôlez par ailleurs qu'il n'a rien en bouche.
  • Appelez le médecin. Si à son arrivée les convulsions sont toujours présentes (ce qui est hautement improbable), il peut les faire cesser par l'administration de diazépam (Valium).
  • Si l'enfant est encore très petit et que c'est la première fois qu'il a des convulsions fébriles, le médecin conseillera peut-être une très courte hospitalisation pour observation.

Imprimer Envoyer par e-mail