News

Payer pour son propre argent? NON.

07 février 2020

Aujourd’hui, utiliser son propre compte à vue coûte de plus en plus cher. La pression des banques vers une société sans cash et totalement digitale augmente sans cesse. Nous exigeons un gel des tarifs bancaires et un élargissement du service bancaire de base.

Depuis février 2019, nous alertons l’opinion publique et interpellons les autorités sur les questions d’une société sans cash, de la digitalisation des services bancaires et de l’augmentation des frais, principalement des opérations dites manuelles.

 

Toujours plus cher, toujours plus de frais

Parallèlement à la diminution du nombre d’agences et de distributeurs, une nouvelle forme de discrimination est apparue à l’occasion de la digitalisation des services bancaires. Tous les moyens sont bons  pour dissuader les clients d’effectuer ou de faire effectuer des opérations dites manuelles.

L’impression des extraits de compte, par exemple, est rendue plus difficile, voire impossible, et leur envoi à domicile est désormais plus coûteux, les retraits en espèces sont plus lourdement comptabilisés, les virements papier toujours plus chers, etc.

Cette situation met les clients devant le fait accompli et tout particulièrement les personnes moins aguerries à la banque par ordinateur ou sur mobile ou celles qui ne disposent pas de l’équipement nécessaire. Elles sont extrêmement nombreuses. Pour elles, les banques semblent n’avoir qu’un projet : imposer une tarification de plus en plus étendue et en constante augmentation.

 

Nous menons le combat

C’est la raison pour laquelle nous combattons ces pratiques. En février, nous avons lancé une pétition (voir ci-dessous) qui a déjà réuni près de 23 000 signatures et autant de personnes insatisfaites de cette tendance à décourager, voire à exclure certains clients.

Le problème n’est pas neuf, mais Belfius annonce une nette augmentation au 1er avril du coût de la plupart de ses comptes et des retraits aux distributeurs (presque tous ses clients, digitalisés ou non, seront impactés) ainsi que du prix des virements papier qui passeront de 1,25 € à 2 €. 

C’est d’autant plus choquant que la banque a un profil public et qu’elle continue de verser des dividendes importants à son actionnaire principal qu’est l’État belge. Nous demandons instamment le retrait de cette mesure à la ministre Muylle.

Pas sans soutien

Nous ne pouvons accepter que cette évolution se fasse au détriment des consommateurs, de manière trop rapide et agressive, à l’aide de mesures unilatéralement imposées par le secteur bancaire.  C'est pourquoi nous avons établi ces six exigences dans une pétition que vous pouvez signer ci-dessous :

  • Retrait de la nouvelle augmentation prévue à Belfius et gel des frais bancaires jusqu'à l'application d'un nouveau service bancaire de base (voir dernier point).
  • Retraits gratuits aux automates de son propre réseau et 5 retraits gratuits par mois aux automates des réseaux des banques concurrentes.
  • Un compte gratuit dans chaque banque, disponible pour les clients qui souhaitent tout faire eux-mêmes sur internet.
  • La mise à disposition pendant 10 ans (délai légal de prescription) des extraits de compte dans chaque banque.
  • La mise en place d’une plateforme de réflexion sous l’égide de la Banque Nationale au sein de laquelle les consommateurs et le secteur peuvent réfléchir à l’avenir du service bancaire.
  • Et surtout, l’adaptation et l’extension du service bancaire de base pour faire face à l’évolution unilatérale et trop brutale de la digitalisation.