Dossier

Panneaux photovoltaïques et chauffage électrique: pas le duo gagnant que l'on croit

06 septembre 2016
Chauffage électrique photovoltaique

06 septembre 2016
La combinaison « installation photovoltaïque + chauffage électrique » aiguise l’intérêt des consommateurs soucieux de diminuer leur facture de chauffage. Cette solution est-elle réellement gagnante? Attention aux apparences trompeuses.

Elements à considérer

Quelques radiateurs électriques et des panneaux photovoltaïques sur le toit, promettent-ils vraiment de réduire à zéro votre note de chauffage? Rien n’est moins sûr. Vous serez confronté à quelques obstacles.

Prix de l'installation

Placer des panneaux, ce n'est pas gratuit ! Pour fournir 10.000 kWh d'électricité grâce à une installation parfaitement orientée, cela coûte +/-13 000 €, à amortir sur 20 à 25 ans. Donc, cela fait +/-500 à 650 € par an dans un calcul d'amortissement simplifié. A Bruxelles, c'est sans objet puisqu'on ne peut pas obtenir 10 000 kWh (limite de 5 kW).

Utilisation et paiement du réseau

Le propriétaire de chauffage électrique + panneaux photovoltaïques ne sera jamais indépendant du réseau. D'octobre à mars, la production électrique des panneaux ne couvrira réellement le chauffage qu'à raison de 10 à 20% des besoins, et ce sont des chiffres optimistes. 80 à 90% de l'énergie nécessaire sera puisée du réseau.
C'est un niveau d'autoconsommation deux fois plus bas que celui de l'électroménager, qui varie de 35 à 50%, sans batteries. En effet, c'est d'avril à septembre que 75% de l'électricité photovoltaïque est produite, pas pendant la saison de chauffe.

ensoleillement

En Flandre, il y a déjà la redevance réseau ("prosumententarief"); elle est annoncée en Région wallonne pour 2020.

Dans l'exemple des 10.000 kWh, c'est +/-800 à 1100 € par an de redevance à payer qui s’ajoute à l'amortissement des panneaux.

A titre de comparaison, 10.000 kWh de gaz naturel coûtent dans les 500 € (sans tenir compte du coût de la chaudière et des radiateurs).

A Bruxelles, les 5 kW de puissance maximale limitent fortement la possibilité d'associer du chauffage électrique au PV. Comme la "compensation" disparaîtra bientôt, cela deviendra de moins en moins envisageable.

Enfin, placer du chauffage électrique exige une puissance de raccordement plus élevée. Jusqu'à présent, le Belge paie peu pour obtenir une puissance élevée, mais cela pourrait changer et encore augmenter la facture du propriétaire de chauffage électrique. Des projets des régulateurs iraient dans ce sens (à partir de 2021?).

Plus de place pour les autres consommations

La consommation pour chauffer une habitation, même un minimum isolée, atteint facilement les 8 à 10 000 kWh. Si on ajoute l'usage de base pour l'électroménager et l'éclairage, on dépasse les limites de couverture par une installation photovoltaïque domestique, qui est de +/-10 000 kWh en Wallonie et en Flandre, pour une  installation très bien orientée. Donc le chauffage électrique ne permettra pas de couvrir des consommations qui, elles, ne pouvaient pas être alimentées par une autre forme d'énergie et pour lesquelles le photovoltaïque était rentable (et prioritaire).