L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Stop à la pub pour les en-cas malsains

27 septembre 2021

Il suffit d’une mascotte affichée sur un paquet de biscuits pour séduire un enfant. Les industriels le savent et en jouent. Malheureusement, nos législateurs ne font pas grand-chose pour protéger ces proies faciles. Il est temps que cela change.

Le scénario se répète à chaque visite au supermarché...votre enfant vous supplie de lui acheter le paquet de biscuits qui arbore son personnage préféré. Malheureusement, ces collations aux dessins attrayants sont souvent loin de constituer des en-cas nutritifs. Notre enquête récente le prouve d’ailleurs: les enfants sont beaucoup plus souvent exposés à de la publicité pour des aliments dont la consommation est à limiter. Cette situation a très peu changé depuis notre dernière enquête menée en 2016. 

Vous souhaitez savoir quelles collations sont conseillées ("acceptables") pour votre enfant et lesquelles sont à éviter ("non-acceptables") ? Lisez alors notre dossier No junkfood 4 kids sur le marketing auprès des enfants.

Vers notre dossier sur la publicité envers les enfants

179 collations analysées

Pour cette nouvelle analyse, nos experts ont passé au crible les emballages ou les publicités à la télé et sur internet de 179 collations pour les enfants de 4 à 16 ans (biscuits, produits laitiers, compotes, jus et autres boissons), et dont la promotion est conçue pour les attirer. La majorité des produits (74%) ont été sélectionnés en magasin ou sur des sites en ligne pour leur stratégie de packaging (usage de mascottes ou de dessins). Les 26% restants proviennent de publicités télévisées, Facebook, Instagram ou encore Youtube ciblant des enfants.

Nos conclusions

L’analyse a révélé que: