Dossier

Les maladies vectorielles

02 décembre 2021
Un homme en combinaison de protection pulvérise des virus, vecteurs de maladies épidémiques

Les maladies dites « vectorielles » se transmettent via des vecteurs comme les moustiques (malaria, Chikungunya, p.ex.), les tiques (maladie de Lyme) ou encore certaines mouches. Ces organismes vivants sont porteurs d'agents pathogènes (virus, parasites, bactéries), auxquels ils servent de 'taxis' pour infecter les humains et les animaux.

Introduction

L'expression « maladie vectorielle » - on dit aussi « maladie à transmission vectorielle » - risque bien de faire partie de notre vocabulaire courant dans les années à venir. Au même titre que les mots « pandémie » et « confinement », que nous avons dû intégrer au quotidien depuis mars 2020 avec l'avènement du coronavirus sous nos latitudes. Mieux vaut donc s'y préparer pour comprendre de quoi on parle. Ce dossier vous y aidera.

1 million de morts par an

Qu'entend-on par « maladie vectorielle » ? Il s'agit de maladies humaines provoquées par des parasites, des virus ou des bactéries transmis par des « vecteurs ». Responsables de près d'une maladie infectieuse sur cinq à travers le monde, elles causent actuellement plus d’un million de décès chaque année. Un chiffre en augmentation constante, notamment à cause du réchauffement climatique.

Le paludisme (ou malaria), dont le vecteur est un moustique, est sans doute l'une des maladies vectorielles les plus connues du public, mais il en existe bien d'autres. Dont certaines sont déjà aux portes de l'Europe...