L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Le coronavirus et votre santé: questions fréquemment posées

20 novembre 2020

Le coronavirus circule malheureusement toujours dans notre pays. Un suivi adéquat des mesures corona est la meilleure arme pour contrer la propagation du virus et s’assurer que notre système de santé ne soit pas surchargé.

Que devez-vous savoir sur le coronavirus?

Qu’est-ce que ce nouveau coronavirus?

Le nouveau coronavirus, baptisé SARS-CoV-2, appartient à la famille des coronavirus, pouvant occasionner des infections allant d’un simple refroidissement à des maladies graves (songez aux coronavirus SARS et MERS apparus voici plusieurs années). L’épidémie du nouveau virus a débuté fin 2019 dans la métropole chinoise de Wuhan. De là, le virus s’est propagé à la vitesse de l’éclair dans le monde entier. 

Quels sont les symptômes du coronavirus?

Les symptômes majeurs du COVID-19 sont la toux, la détresse respiratoire, les douleurs thoraciques et la perte du goût ou de l’odorat. D’autres éventuels symptômes sont la fièvre, les douleurs musculaires, la fatigue, les maux de gorge, la céphalée ou la perte d’appétit. Nos ainés peuvent aussi fréquemment ressentir les symptômes suivants : diarrhée aqueuse, confusion aigüe et chutes soudaines. Vous ressentez l’un des symptômes majeurs ou au moins deux des secondaires ? Mettez-vous immédiatement en quarantaine et contactez votre médecin par téléphone pour subir un test. Ne vous rendez pas dans la salle d'attente de votre médecin ou aux urgences sans prévenir afin d'éviter de contaminer d'autres personnes.

Le COVID-19 n’est toutefois pas symptomatique chez tout le monde. L’infection peut provoquer de graves problèmes respiratoires, une hospitalisation, voire entraîner une issue fatale, surtout chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli (personnes âgées ou souffrant d’une maladie chronique existante telle que le diabète, les maladies cardiovasculaires ou pulmonaires). Si bon nombre de personnes infectées ne présentent par contre aucun ou très peu de symptômes, elles n’en sont pas moins capables de propager le virus. Mieux vaut donc partir du principe que tout le monde est potentiellement contaminé et capable de transmettre le virus. 

COVID-19, grippe, rhume ou rhinite allergique ?

Vous avez mal à la gorge ou le nez qui coule, ce qui vous fait penser que vous êtes contaminé ? Pourtant, le COVID-19, la grippe, un simple rhume ou encore une rhinite  allergique peuvent présenter de nombreux symptômes similaires. Consultez ce tableau simplifié qui peut vous aider à repérer plus facilement les différences. Les symptômes ne suffisent cependant pas à déterminer s’il s’agit ou non du COVID-19. N’hésitez donc pas à consulter votre médecin en cas de doute.

COVID-19 Grippe Rhume Rhinite allergique
Les symptômes varient de légers à graves Les symptômes se développent brusquement Les symptômes se développent progressivement Les symptômes fluctuent en fonction de l'environnement
Fièvre Souvent Souvent Rarement -
Toux Souvent (sèche) Souvent (sèche) Parfois Parfois
Perte d'odorat et de goût Soudainement Rarement Parfois Parfois
Essoufflement Parfois - - Rarement
Eternuement - - Souvent Souvent
Nez qui coule, bouché ou qui gratte Rarement Parfois Souvent Souvent
Mal de gorge Parfois Parfois
Souvent Parfois (chatouillements)
Fatigue Parfois
Souvent Parfois Parfois
Maux de tête Parfois
Souvent Rarement Parfois
Douleurs musculaires Parfois
Souvent Parfois -
Diarrhée Parfois
Parfois (surtout chez l'enfant)
- -
Yeux qui démangent et qui larmoient - - Parfois Souvent

Vous n’êtes pas atteint par le COVID-19, mais souffrez de fièvre, de toux ou de maux de gorge? Consultez notre dossier rempli d’astuces pratiques relatifs à ces maux. 

Vous avez un autre problème médical ? Alors n'hésitez pas à appeler un médecin. Retarder l'assistance médicale par crainte d'une infection peut entraîner de graves complications.

Puis-je tester moi-même si je suis ou ai été contaminée ?

Il existe différents types de tests pour vérifier si l’on est ou a été contaminé par le SARS-CoV-2.

  • Tests diagnostiques :
    • Un test moléculaire, aussi appelé test PCR : Un travailleur de la santé prélève un frottis nasal ou de gorge. Après quoi l’échantillon est envoyé en laboratoire pour y rechercher du matériel génétique du virus. Il s’agit du test communément effectué dans les centres de triage.
    • Un test antigénique : Un travailleur de la santé prélève un frottis nasal ou de gorge. Les protéines (aussi appelées ’antigènes’) du virus sont ensuite recherchés, soit en laboratoire à l’aide d’un équipement dédié, soit à l’aide d’une sorte de bandelette de test fournissant le résultat au bout d’un certain temps. Dans ce dernier cas, l’on parle de test antigénique rapide. Un tel test rapide ne peut donc pour l’instant être réalisé ni interprété chez soi, d’autant qu’il est bien moins fiable qu’un test PCR.
  • Tests sérologiques :
    Ces tests consistent à rechercher des anticorps contre le SARS-CoV-2 dans le sang. Cette prise de sang a été au préalable effectuée par un travailleur de la santé avant d’être confiée à un laboratoire pour analyse et interprétation des résultats. Depuis le 19 septembre, des autotests sérologiques sont toutefois également disponibles dans notre pays. Après avoir piqué dans votre doigt, il suffit de déposer une goutte de sang sur une sorte de bandelette de test et d’attendre un certain temps avant de découvrir le résultat, tout comme pour un test de grossesse. Ce test ne vous dévoile cependant que si vous avez été contaminé par le coronavirus par le passé, pas si vous êtes contaminé au moment du test.  

Comment le coronavirus se répand-il ? 

Il existe encore de nombreuses incertitudes concernant la façon dont le coronavirus se répand. Trois manières seraient possibles :

  • Par le biais de grosses gouttelettes qui se libèrent dans l’air lorsqu’une personne contaminée tousse, éternue, parle ou exhale ;
  • Par le biais de minuscules gouttelettes flottant dans l’air tel une sorte de nuage, les fameux ’aérosols’ ;
  • Par le biais de gouttelettes pouvant se déposer sur les poignées de porte, les tables, les claviers etc. Vous pourriez être contaminé en touchant ces surfaces avec les mains puis votre bouche, votre nez ou vos yeux.

La fréquence de contamination par ces canaux n’est toutefois pas encore clairement définie. C’est pourquoi il est indispensable de prendre des mesures afin de réduire la contamination par chacune de ces 3 voies :

  • Eviter d’inhaler de grosses gouttes en maintenant suffisamment de distance et en portant un masque buccal lorsque la distanciation sociale n’est pas possible ;
  • Porter un masque buccal afin de réduire la formation d’aérosols et éviter que des nuages d’aérosols ne restent en suspension dans des espaces clos en ventilant correctement (en ouvrant les fenêtres au moins deux fois dix minutes afin de renouveler l’air ambiant) ;
  • Respecter une bonne hygiène des mains et en désinfectant les surfaces potentiellement infectées.

Quelles mesures puis-je prendre?

  • Respectez à la lettre tous les mesures du gouvernement ou mieux, montrez-vous encore plus strict que conseillé. En prenant tous nos responsabilités, nous pouvons sauver des vies.
  • Evitez tous les contacts sociaux non-essentiels : conservez le plus possible 1,5 mètre de distance avec toute personne ne faisant pas partie de votre ménage. Il s’agit de la manière la plus simple et la plus élémentaire pour nous protéger les uns les autres. Impossible de reporter un rendez-vous ? Faites en sorte qu’il ait lieu à l’extérieur ou dans un endroit correctement ventilé.
  • Respectez une bonne hygiène des mainsnotamment en les lavant régulièrement avec de l'eau et du savon.
  • Si vous devez éternuer ou tousser, couvrez-vous la bouche et le nez au moyen d’un mouchoir jetable, et jetez-le dans une poubelle verrouillable.
  • Si vous n'avez pas de mouchoir avec vous, toussez ou éternuez à l'intérieur de votre coude.
  • Essayez autant que possible de ne pas toucher votre visage avec vos mains.
  • Restez à la maison si vous êtes malade, et prenez éventuellement du paracétamol pour contrer la fièvre, mais il est inutile de faire des stocks de médicaments.
  • Portez un masque buccal où c’est obligatoire et où il n’est pas possible de respecter une distance de 1,5 mètre. 
  • Les gants jetables ne sont pas utiles si vous ne les utilisez pas correctement et donnent même un faux sentiment de sécurité. 
  • La plupart des purificateurs d’air n’offrent que peu de protection contre le coronavirus. Il s’avère bien plus facile et économique de ventiler correctement et régulièrement en ouvrant régulièrement les portes et/ou fenêtres afin de renouveler l’air ambiant.
  • Respectez les mesures de quarantaines en vigueur.
  • Evitez les contacts rapprochez lorsque vous revenez de vacances.

Existe-t-il des médicaments ou des vaccins contre le coronavirus?

Non, il n'existe actuellement aucun médicament contre le Covid-19, capable de guérir des patients malades ou de les empêcher de contaminer d’autres d’un coup de baguette magique. L’Agence européenne des médicaments (EMA) a toutefois accordé une autorisation (conditionnelle) pour deux médicaments en mesure de présenter une plus-value chez des personnes infectées qui présentent des symptômes sévères nécessitant un apport supplémentaire en oxygène, à savoir l’inhibiteur de virus Remdesivir et le corticoïde Dexamethason. 

Toutefois, les chercheurs du monde entier travaillent en ce moment au développement de vaccins et de médicaments permettant de lutter contre le coronavirus, souvent à l'aide d'argent public. Plusieurs vaccins candidats sont maintenant dans la phase finale de la recherche. Une recherche qui a souvent été menée avec l'argent des contribuables. Il est important que ces médicaments soient abordables et accessibles à tous ceux qui en ont besoin. C'est pourquoi nous demandons aux gouvernements d'imposer des conditions aux recherches financées par des fonds publics.

Si vous êtes malade chez vous, privilégiez le paracétamol afin de faire baisser la fièvre et la douleur. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l'ibuprofène et le kétoprofène, peuvent entraîner des complications dans le cas de certaines infections.

Sachez qu'il n'y a aucune preuve que des dispositifs médicaux tels que ViruProtect Coldspray vous protègent contre le coronavirus. De plus, nous avons nos réserves quant à la sécurité de ce produit. Il en va de même pour l'homéopathie, l'huile de CBD, les huiles essentielles, les mélanges d'herbes chinoises et l'argent colloïdal.

Enfin, si vous êtes sous immunosuppresseurs ou hypotenseurs, n'arrêtez pas votre traitement à titre préventif.

Que puis-je faire pour améliorer ma résistance?

Internet regorge de conseils pour vous armer contre le coronavirus et booster votre résistance. Mais comment trier le bon grain de l’ivraie?

  • Compléments alimentaires, vitamines et minéraux
    Pour la plupart d’entre-nous, les compléments alimentaires sont superflus. En principe, une personne saine puise toutes les vitamines et les minéraux dont elle a besoin dans son alimentation quotidienne. Qui mange de manière saine et variée ne doit dès lors pas recourir aux compléments alimentaires. En outre, l’efficacité de tels compléments dans le renforcement du système immunitaire reste à démontrer. Ne croyez donc pas aveuglément les allégations du fabricant !

    Consultez notre dossier en ligne sur l'utilité ou non des compléments alimentaires pour une résistance et une vitalité accrues.

    Pour de plus amples informations sur les vitamines et les minéraux, ainsi que les aliments dans lesquels vous pouvez les trouver, n’hésitez pas à consulter notre dossier.  
  • Adaptations du style de vie
    Certains conseils simples vous aident à armer votre système immunitaire contre le coronavirus:
  1. Mangez de manière variée et équilibrée. Préférez les produits frais et consommez beaucoup de fruits et de légumes. Évitez les abus d’alcool. Tentez également des alternatives saines (mais moins connues) à la place de vos produits de base habituels. Vous préférez commander en ligne, mais cherchez une alternative aux sites des supermarchés, nous vous donnons des idées de solutions saines et souvent plus durables par ici.
  2. Évitez le stress, car celui-ci vous rend plus fragile aux infections (des voies respiratoires) et autres maladies. Tout ce qui vous aide à vous détendre (comme des exercices respiratoires) est donc conseillé. Au quotidien, aller vous promener, courir ou faire du vélo. Cela vous permettra de vous détendre et d'absorber suffisamment de vitamine D
    Si vous avez besoin de soutien psychologique, n'attendez pas trop longtemps pour obtenir de l'aide. De nombreux psychologues effectuent des consultations en ligne ou par téléphone, qui dans certains cas sont remboursées. Vous trouverez un aperçu des différents prestataires ici.
  3. Veillez à dormir de manière suffisante et régulière.

Le coronavirus peut-il survivre et rester contagieux sur des surfaces fixes et sèches, ou sur des emballages alimentaires?

Selon une étude dans l’environnement d'un laboratoire, le nouveau coronavirus peut survivre 3 heures sous forme de gouttelettes dans l'air. Il peut survivre 24 heures sur du carton, de 2 à 3 jours sur des surfaces en plastique ou en métal, et 4 heures sur du cuivre.

Toutefois, comme mentionné, ces expérimentations ont été réalisées en laboratoire, dans des conditions idéales. En réalité, il faut tenir compte de fluctuations de température, du taux d'humidité et d'autres conditions qui ne sont pas favorables à un tel virus. En laboratoire, le nombre de particules virales diminue avec le temps. Moins il y a de virus, plus le risque d'infection est faible. Ce n'est donc pas parce que l'on détecte encore des particules virales en laboratoire après 2 à 3 jours qu'elles sont suffisantes pour vous contaminer. C'est pourquoi davantage de recherche est nécessaire. Pour l’instant, même si la vie quotidienne semble indiquer peu d’infections par le biais de surfaces contaminées, il ne nous est pas permis de l’exclure.

Par mesure de précaution, respectez le mieux possible les mesures générales d’hygiène. Lavez-vous les mains avec de l’eau et du savon (ou utilisez un gel hydroalcoolique si vous n’avez pas accès à de l’eau et du savon) après avoir touché des emballages, notamment après avoir fait vos courses. Évitez au maximum de toucher votre bouche, vos yeux et votre visage. Nettoyez éventuellement les surfaces concernées avec de l’eau et du savon.

Comment réduire le coronavirus à néant?

Le matériel génétique du coronavirus est protégé par une couche de graisse (une couche lipidique), très sensible à des produits qui dissolvent la graisse tels que l’alcool, le savon ou les détergents. Ces substances endommagent la surface du virus et le rendent inactif. C'est pourquoi se laver les mains avec du savon est primordial afin de prévenir toute contamination, et que l'alcool (au minimum 60 %) et la javel sont recommandés pour désinfecter les surfaces fréquemment utilisées.

Le SARS-CoV-2 ne résiste pas non plus aux hautes températures. Au plus la température est élevée, au plus vite le virus est désactivé. En conditions de laboratoires, toute trace de particules virales avait disparu après 5 minutes à 70° C ou 30 minutes à 56° C.

Les aliments peuvent-ils transmettre le coronavirus?

Les risques sont minimes. Il n'existe actuellement aucune preuve que les aliments constituent une source ou une voie de transmission probable du virus. C’est ce qu’a affirmé l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). L'expérience que nous avons des épidémies précédentes dues à des coronavirus apparentés, tels que le SARS-CoV et le MERS-CoV, montre que la transmission via la consommation d'aliments n'a pas eu lieu. Pour l'instant, rien n'indique que ce coronavirus soit différent à cet égard.

Par ailleurs, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a déclaré que le virus se transmet d'une personne à l'autre – principalement par l'intermédiaire des gouttelettes respiratoires lorsque les gens éternuent, toussent ou expirent - et non pas par l’intermédiaire d’aliments contaminés ou de produits alimentaires importés.

Cependant, une bonne hygiène reste indispensable lors de la manipulation des aliments. Après tout, le virus peut survivre temporairement sur des surfaces, y compris les aliments. Vous avez peut-être des doutes concernant la contamination de certains fruits ou légumes (parce que vous craignez que quelqu'un ait éternué ou toussé dessus), ou concernant ce que vous mangez cru. Dans ce cas, si vous voulez prendre un maximum de précautions, vous pouvez les éplucher, les réchauffer ou les rincer abondamment à l'eau et les sécher avec de l'essuie-tout. Une autre option est de ne pas consommer immédiatement la nourriture en question, car le virus ne survit que quelques jours. Plus vous attendez, plus le risque de contamination diminuera. Se laver les mains pendant la préparation des repas et le respect d'une bonne hygiène dans la cuisine sont primordiaux.

Le coronavirus peut-il se transmettre par l’intermédiaire de la vaisselle et des couverts? 

Lorsqu’une personne contaminée tousse ou éternue sur des couverts ou de la vaisselle, le virus peut survivre un certain temps sur ces surfaces. Lorsque, par la suite, ces surfaces entrent en contact (in)direct avec les muqueuses (bouche, gorge, yeux) d'une personne en bonne santé, celle-ci peut être contaminée.

Par conséquent, ne partagez pas de couverts ou de vaisselle avec des personnes infectées. Utilisez de l'eau tiède et du détergent pour faire la vaisselle ou faites tourner le lave-vaisselle (avec du détergent) à 60°C ou plus. 

Peut-on être infecté via des produits surgelés contaminés?

On sait que les coronavirus précédents, SARS et MERS, résistent aux températures froides et peuvent rester actifs jusqu’à deux ans à -20°C. Toutefois, il n’y a jusqu’à présent aucune preuve ayant démontré une contamination possible au COVID-19 par l’intermédiaire d’aliments, y compris surgelés. Il est toutefois recommandé de suivre les règles générales d’hygiène lors de la préparation d’aliments.

Peut-il y avoir contamination du coronavirus entre animaux et humains?

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a déclaré que, bien que les animaux soient la source probable du virus en Chine, il se transmet d'une personne à l'autre – principalement par l'intermédiaire des gouttelettes respiratoires lorsque les gens éternuent, toussent ou expirent. Il n'y a actuellement aucune preuve que les animaux de compagnie puissent infecter leurs propriétaires avec le nouveau coronavirus. Il n’y a donc aucune raison de déposer votre animal dans un refuge. Depuis le début de l’épidémie, il y a eu quelques cas rares de transmission du virus de l’homme vers l’animal. Le Comité scientifique de l’AFSCA indique toutefois qu'il s'agit d'un risque limité. 

Par mesure de précaution, évitez de vous laisser lécher par votre animal de compagnie, ne vous frottez pas à son nez, et ne partagez pas de nourriture avec lui. Une bonne hygiène des mains reste également indispensable.

GAIA, l'association de défense des droits des animaux, a mis en place un numéro vert destiné à recevoir toutes vos questions concernant vos animaux de compagnie en temps de confinement: 0800 53 335.

Consultez également leur FAQ à ce sujet.

Il n'y a actuellement aucune preuve que le nouveau coronavirus puisse être transmis à l'homme par les moustiques, les tiques ou d'autres insectes ou arachnides.

Où puis-je trouver de plus amples informations?

Si vous recherchez des informations sur le coronavirus en ligne, soyez très attentif à la source que vous consultez. De nombreuses fake news circulent à ce sujet, à l'image de la rumeur affirmant que le virus n'est qu'une invention permettant de dissimuler les dommages causés par le rayonnement de la 5G sur la santé.

Pour des informations fiables concernant le COVID-19, rendez-vous sur le site web du SPF Santé publique. Vous y trouverez également des réponses aux questions fréquentes. Vous pouvez également téléphoner au 0800/14689.

Enfin, vous trouverez évidemment des informations fiables sur notre site web.

Nos experts sont à votre disposition

Vous vous inquiétez à propos du coronavirus ? Vos projets de voyage tombent à l’eau ? Vous vous faites du soucis à propos de votre crédit ? Vous pouvez en apprendre plus dans notre dossier contenant les questions fréquemment posées sur votre argent et vos droits.

Vers les questions fréquemment posées

 
User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question.

249 Commentaires

trier par :

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

14-01-2021

Le corona virus nous menace directement tous, particulièrement les personnes âgées,greffés et immunodéficients. Bien sûr aussi les personnes exposées comme le personnel soignant. L'impact est vital , + de 20 000 morts en belgique sans compter les handicapés en rééducation. Et n'évoquons même pas les conséquences économiques et sociales.... Nous avons la chance de posséder et mis à disposition de déjà 2 vaccins acceptés et reconnus par les instances médicales nationales et internationales. Le problème ?, la vaccination en Belgique est très lente et à ce rythme nous allons encore vivre (si nous sommes encore vivants) une année blanche. Notre association ne pourrait-elle pas plaider auprès des politiques afin de réellement accélérer la vaccination?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

14-01-2021

N'est pas sans risque,pas encore tout a fait au point,encore beaucoup de testes a faire

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

01-01-2021

Ma question est similaire à celle Patrick Vandresse:
Marc Wathelet, virologue, a adressé le 22 décembre une lettre ouverte au Ministre de la santésur Sud presse, repris par Paris Match Belgique; tous les arguments en faveur de l'ivermectine y sont.
S'il a raison, le rapport qualité/prix cher à Test achat serait imbattable pour enrayer et peut-être se débarrasser définitivement de cette affreuse épidémie!
Qu'en pensent vos experts?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

06-01-2021
, a répondu:

L'ivermectine est un agent antiparasitaire actuellement à l'étude en tant que traitement potentiel contre le coronavirus
sur la base de résultats positifs in vitro (c'est-à-dire dans des cultures cellulaires de laboratoire).
Les doses utilisées étaient beaucoup plus élevées que les doses pouvant être administrées en toute sécurité chez l'homme
(sans effets indésirables graves, tels que des réactions cutanées sévères ou une toxicité hépatique).
Actuellement, plusieurs études cliniques sur l'ivermectine chez l'homme sont en cours,
mais nous devons attendre de voir les résultats.
Ainsi, il existe actuellement des preuves insuffisantes de son efficacité et de son innocuité dans le traitement
du coronavirus chez l'homme. Sciensano indique également que les recommandations sur l'utilisation de l'ivermectine
chez les patients infetés ne sont pas encore formulées jusqu'à ce que davantage de données provenant d'études cliniques
fiables et bien menées soient disponibles.^Kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

30-12-2020

Test Achat ou autre commentateur éclairé ont-ils des informations sur la qualité thérapeutique de l'ivermectine affirmé par certains comme assez efficace dans le traitement du Covid 19 (en complément à la vitamine D par ailleurs) ?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

18-12-2020

Parce qu'ils ne touchent pas de pensions

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

17-12-2020

Bonjour,
mon épouse à 62 ans avec sclérose en plaques et fibromyalgie depuis plus de TRENTE ANS, pensez-vous que le vaccin ne risque rien pour elle.
MERCI BEAUCOUP
HERVE

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

16-12-2020

Oui. Une bonne hygiène et le peaufinmen

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

16-12-2020

Bonjour,
Je crois que Test-Achats devrait suivre pas à pas le programme de vaccination en Wallonie car la Ministre de la santé Wallonne, engage seulement du personnel pour organiser le programme de vaccination alors que les principaux pays d'Europe sont déjà préparé à vacciner, la Wallonie n'a pas encore de locaux ni de programme précis, elle risque encore d'être montrée du doigt pour son peu de capacité et d'énergie.
Bonne journée

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

17-12-2020
, a répondu:

Bonjour Claude. Merci pour cette suggestion. Les campagnes de vaccination n'ont pas encore commencé. Êtes-vous une personne à risque? ^Kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

17-12-2020
, a répondu:

Effectivement cette chère Wallonie toujours en travaux comme Catherine Deneuve disait l'humoriste Laurent Gera ,, Mais ici malheureusement nous sommes gérés par des incompétents corrompus de toutes sortes en plus donc :
cqfd Malheureusement je comprends de plus en plus la mentalité de révoltes des Wallons intelligents !!

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

16-12-2020

Quand seront nous vraiment protégé et quel vaccin?????

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

17-12-2020
, a répondu:

Quand les vaccinations commenceront en Belgique, on ne pourra pas pour autant abandonner d’emblée toutes les mesures comme la distanciation physique, le port du masque et le lavage des mains. Il faudrait pour cela des vaccins qui protègent au moins à 80 % contre l’infection et qui soient disponibles pour 75 % de la population. Les premiers vaccins ne répondront sans doute pas à ces conditions. Pour cela, il faudra encore attendre. Mais espérons que les leaders sortiront bien un vaccin avec suffisamment de données pour mieux protéger contre la maladie les personnes âgées, qui constituent un important groupe à risque de notre société. Nous verrons bientôt quel vaccin la Belgique décidera de mettre à disposition des résidents. Avez-vous déjà contracté le coronavirus? ^Kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

05-11-2020

quand un masque tissu est trop épais l'air inspiré et expiré passe par les cotés du masque et rend donc la protection illusoire. La buée sur les lunettes montre bien que l'air ne traverse pas le masque.

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

06-11-2020
, a répondu:

Dans notre magazine Test Santé d'octobre 2020 nous avons rédigé un article sur les différents types de masque en mentionnant leur respirabilité. N'hésitez pas à le consulter. ^Kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

08-12-2020
, a répondu:

votre article sur l'argent colloïdal est abjecte vous ne faites que réitérer la politique de désinformation qui règne sur ce produit en insistant sur le fait q aucune études prouvé l'effet avancer de ce produit évidemment puisque aucune études n'est mené
votre article sur l'argent colloïdal est abjecte vous ne faites que réitérer la politique de désinformation qui règne sur ce produit en insistant sur le fait q aucune études prouvé l'effet avancer de ce produit évidemment puisque aucune études n'est mené comment pourrait il être autrement vous êtes en quelque sorte le virus de ce monde qui infectée d'autres territoire par la mutation des conscience et vous servez la culture de l'apparat et du ma tu vu et vous vous éloignez de l humilité nécessaire pour acquérir le savoir et la connaissance car seul vous pourrez vous libérer de vos chaînes .si l'argent colloïdal donnait largyrie (coloration permanente bleue de la peau du au UV) comme mentionné étant moi même couvreur et consommateur de ce produit fabriqué correctement cela fait longtemps que j'aurais du devenir tout bleu ce sont les sels et les nitrate d'argent qui en sont responsable comme certains médicament administré dans les hôpitaux

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

22-12-2020
, a répondu:

Il me semble que dans le combat contre ce virus toute information importante ne devrait pas être réservé aux seuls abonnés à "Test Santé". André

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

04-11-2020

ma femme a eu la corona en mars (perte du goût et de l'odorat), lors du confinement, elle a été en quarantaine, nous avons vécu, cloîtrer, avec les trois enfants, NORMALEMENT, nous n'avons jamais contracté le virus! Juste pour dire, qu'il est souhaitable, ne sachant pas vraiment, de suivre les règles élémentaires, mais qu'il ne faut pas tomber dans l’excès! un peu de cohérence et de logique feraient du bien, je trouve!

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

30-10-2020

Les masques jetables seraient aussi lavables. www.futura-sciences.com/.../
Qu’en pensez-vous ?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

08-12-2020
, a répondu:

votre article sur l'argent colloïdal est abjecte vous ne faites que réitérer la politique de désinformation qui règne sur ce produit en insistant sur le fait q aucune études prouvé l'effet avancer de ce produit évidemment puisque aucune études n'est mené
votre article sur l'argent colloïdal est abjecte vous ne faites que réitérer la politique de désinformation qui règne sur ce produit en insistant sur le fait q aucune études prouvé l'effet avancer de ce produit évidemment puisque aucune études n'est mené comment pourrait il être autrement vous êtes en quelque sorte le virus de ce monde qui infectée d'autres territoire par la mutation des conscience et vous servez la culture de l'apparat et du ma tu vu et vous vous éloignez de l humilité nécessaire pour acquérir le savoir et la connaissance car seul vous pourrez vous libérer de vos chaînes .si l'argent colloïdal donnait largyrie (coloration permanente bleue de la peau du au UV) comme mentionné étant moi même couvreur et consommateur de ce produit fabriqué correctement cela fait longtemps que j'aurais du devenir tout bleu ce sont les sels et les nitrate d'argent qui en sont responsable comme certains médicament administré dans les hôpitaux

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

13-11-2020
, a répondu:

Nos confrères de Que Choisir ont publié un article à ce sujet:
www.quechoisir.org/.../.
Nous n'avons pas participé à cette recherche et y avons un accès très limité,
nous ne pouvons donc pas nous prononcer sur le sujet. ^kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

15-11-2020
, a répondu:

Et si je ne lave pas mon masque chirurgicale (dit à usage unique et jetable) au savon/lessive mais que je le laisse pendre plus de 7 jours à température ambiante pour que le virus meurt de lui-même et ne soit plus contagieux en touchant ce masque, est-ce valable ?

Avez-vous trouvé des études à ce sujet ?

La seule étude que j'ai trouvé est celle-ci :
www.thelancet.com/.../fulltext

Voici le passage concernant le masque chirurgicale (fait dans une matière bien différente des simples masques en tissu) :
"Étonnamment, un niveau détectable de virus infectieux pourrait encore être présent sur la couche externe d'un masque chirurgical au jour 7 (0 · 1% de l'inoculum d'origine)."

Du coup, j'ai mis en place un système de 8 pinces à linge sur lesquels je déplace mon masque chaque jour (grâce à un rappel quotidien sur mon smartphone).

Je mets aussi une petite barre sur chaque nouveau masque qui passe ce cycle car selon d'autres études, les masques chirurgicaux ne peuvent être lavé que 10 fois avant de perdre de leur efficacité.
Contrairement à certains masque en tissu bien conçu qui peuvent résister jusqu'à 30 lavages.

Cependant, je préfère les masques chirurgicaux dont le potentiel de filtration est supérieur aux masques en tissu et dont la respirabilité est bien plus grande.

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

15-11-2020
, a répondu:

Et si je ne lave pas mon masque chirurgicale (dit à usage unique et jetable) au savon/lessive mais que je le laisse pendre plus de 7 jours à température ambiante pour que le virus meurt de lui-même et ne soit plus contagieux en touchant ce masque, est-ce valable ?

Avez-vous trouvé des études à ce sujet ?

La seule étude que j'ai trouvé est celle-ci :
www.thelancet.com/.../fulltext

Voici le passage concernant le masque chirurgicale (fait dans une matière bien différente des simples masques en tissu) :
"Étonnamment, un niveau détectable de virus infectieux pourrait encore être présent sur la couche externe d'un masque chirurgical au jour 7 (0 · 1% de l'inoculum d'origine)."

Du coup, j'ai mis en place un système de 8 pinces à linge sur lesquels je déplace mon masque chaque jour (grâce à un rappel quotidien sur mon smartphone).

Je mets aussi une petite barre sur chaque nouveau masque qui passe ce cycle car selon d'autres études, les masques chirurgicaux ne peuvent être lavé que 10 fois avant de perdre de leur efficacité.
Contrairement à certains masque en tissu bien conçu qui peuvent résister jusqu'à 30 lavages.

Cependant, je préfère les masques chirurgicaux dont le potentiel de filtration est supérieur aux masques en tissu et dont la respirabilité est bien plus grande.

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

16-11-2020
, a répondu:

Selon les données scientifiques dont nous disposons actuellement,, toutes les particules virales n'ont disparu à l'intérieur d'un masque buccal chirurgical qu'après 7 jours. Des particules virales peuvent encore être trouvées à l'extérieur après 7 jours. Cependant, ce sont des conditions de laboratoire, où les expériences sont faites dans des conditions idéales. Dans la réalité on a affaire à des fluctuations de température, à de l'humidité et à d'autres conditions qui ne ne sont pas en faveur du virus. En tout  cas, il est vrai que le nombre de particules virales diminue avec le temps. Moins il y a de virus, plus le risque d'infection est faible. Ce n'est donc pas parce qu'au bout de 7 jours, quelques particules virales ont pu être détectées dans des conditions de laboratoire sur un tel masque que cela est également suffisant pour provoquer une contamination. Plus de recherches sont nécessaires. Les masques chirurgicaux doivent être remplacés après les avoir portés pendant 8 heures, ou s'ils sont humides ou s'ils comportent des tâches visibles. Vous pouvez donc réutiliser un tel masque, à condition de l'avoir porté pendant moins de 8 heures et à condition qu'il ne soit ni humide, ni sale. Mais il est assez difficile de mettre un masque usagé dans les deux sens sans contaminer vos mains, d'où notre conseil d'utiliser un nouveau masque à chaque fois. Si vous laissez le masque pendant au moins une semaine dans un endroit propre sans risque de contamination pour les autres, alors en effet, le risque de contamination diminue (mais on ne peut pas affirmer avec certitude qu'il n'y a plus de risque).^Kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

28-10-2020

Et les voyages en train, sont-ils permis librement partout sans test ni permis spécial?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

13-11-2020
, a répondu:


Actuellement, en tant que ressortissant de l'UE, vous pouvez toujours circuler librement d'un pays européen à l'autre!
En ce qui concerne les conditions particulières telles que le test covid pour l'Espagne ou d'autres pays Européens,
n'hésitez pas à consulter le site du ministère des affaires étrangères diplomatie.belgium.be/fr. ^kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

19-10-2020

on en trouve maintenant dans tous les marchés ; paquets de 50 masques jetables pour 5 euros seulement.

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

21-10-2020
, a répondu:

ou se trouve ce marche

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

19-10-2020
, a répondu:

Merci pour cette information. Dans quel marché en particulier avez-vous acheté ou vu un paquet de 50 masques à 5 EUR?^Kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

04-11-2020
, a répondu:

Vous pouvez trouver des masques jetable,sur les marchés et ils sont à 5€ pour 50 pièces

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

04-11-2020
, a répondu:

Sur le marché de la batte à liege

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

17-10-2020


L’argent colloïdal fut utilisé par les médecins de manière intensive pendant près d’un demi-siècle jusqu’au début des années 40. Tombé dans les oubliettes de l’histoire après l’invention des antibiotiques de synthèse, il fait un retour en force depuis que ces derniers semblent en passe de perdre la guerre contre l’infection. Son action «magique» s’accompagne de solides preuves scientifiques, si bien que des médecins ont pu déclarer :«L’argent est notre meilleure arme contre les microbes» – Dr Harry Margraf, (Washington University, St Louis). «L’argent tue même les souches résistances aux antibiotiques et stimule la cicatrisation de la peau.»– Dr Robert Becker, (Syracuse University, New York). La majorité des antibiotiques, sur prescription médicale, ne tue qu’une partie des agents causant des maladies, alors que l’argent colloïdal est efficace contre environ 650 maladies (travaux du Dr. Henri Crooks).

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

19-10-2020
, a répondu:

Nous avons rédigé un article sur l'argent colloidal. N'hésitez pas à le consulter https://bit.ly/31mOqFD. ^kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

13-10-2020

Je suis allé ce 8 octobre faire quelques courses au magasin Auchan de Leers. Par la même occasion, une petite visite dans une vraie pharmacie située dans le centre commercial m'a permis d'acheter des masques chirurgicaux au prix de 7,50 euros pour 50 masques. Faites le calcul avec les prix demandés dans les grandes surfaces belges et même dans nos pharmacies.

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

21-10-2020
, a répondu:

vous habite près de la frontière parce que a Bruxelles ce 25 a 30€

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

09-10-2020

Bonjour,
Mon voisin est revenu lundi d'une zone rouge en Espagne.
Il n'a pas passé le test parce que son médecin lui "aurait dit" que sans symptôme ce n'est pas
nécessaire d'autant plus qu'il y a pénurie.
Il me dit ne las avoir été contacté par sms....
Est-ce plausible ??

Je vous remercie d'avance ,


Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

14-10-2020
, a répondu:

Bonjour Eric. Normalement en cas de retour de zone rouge un test est obligatoire. Votre voisin peut s'adresser à un autre médecin afin d'obtenir une ordonance. ^kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

07-10-2020

Je viens de lire l'article suivant issu de la "Lettre Santé Corps Esprit" :
"
Déjà deux maladies graves chez les volontaires testés
Cher(e) ami(e) de la Santé,

Le 9 septembre dernier, une petite « bombe » a été lâchée dans les médias :

Evolution du nombre de cas en France
AstraZeneca, c’est le laboratoire pharmaceutique qui développe le vaccin de l’Université d’Oxford.

Dès cette annonce, son cours de Bourse s’est effondré.

Mais ne vous inquiétez pas AstraZeneca, ce « Big Pharma » a déjà sécurisé les ventes de son vaccin.

Eh oui, avant même que son vaccin ne soit testé correctement, Astrazeneca a réussi à vendre :

300 millions de doses à l’Union européenne, qui a même avancé la somme 336 millions d’euros, rubis sur l’ongle[1] ;

300 millions de doses également aux États-Unis, pour 1,2 milliards de dollars au total[2] ;

et des millions de doses à d’autres pays encore, comme l’Australie ou la Grande-Bretagne.
Vous le voyez, des sommes colossales sont en jeu, ce qui ne présage rien de bon pour notre santé.

Tenez-vous bien : quelques jours seulement après cette annonce choc, AstraZeneca a décidé de reprendre son essai clinique, comme si de rien n’était !

Cela paraît fou, mais c’est bien ce qui s’est passé.

Une maladie neurologique grave, manifestement causée par le vaccin
Pourtant, il faut savoir que les personnes courageuses qui se portent volontaires pour tester le vaccin anti-Covid sont en excellente santé au départ !

Ces « cobayes » sont des personnes jeunes, en bonne forme, qui n’ont pas peur de se faire injecter un produit expérimental.
Ils ont donc très peu de risques a priori de développer un effet secondaire grave, suite au vaccin.

Voilà pourquoi l’annonce par AstraZeneca d’un malade grave suite à la vaccination est très inquiétante.

Il s’agit d’une femme britannique, qui a été frappée par une myélite transverse, une maladie inflammatoire grave du système nerveux central.

Cette maladie peut causer des douleurs, des brûlures, des spasmes, et surtout une paralysie dans les jambes ou les bras.

Voilà ce qu’a subi cette femme vaccinée… et il est clair que le vaccin est responsable :

car il s’agit d’une maladie auto-immune, donc liée à un dérèglement du système immunitaire (les vaccins, par définition, interfèrent avec le système immunitaire) ;

car la médecine officielle reconnaît que cette maladie est causée par la vaccination dans au moins 60 % des cas[3] ;

et c’est une maladie rarissime : 1 à 5 cas pour 1 million de personnes !
Ce n’est donc pas par hasard que cette maladie a frappé une femme en bonne santé, quelques jours ou semaines après avoir reçu le vaccin expérimental d’AstraZeneca[4] !

Mais bizarrement, AstraZeneca a annoncé la reprise de ses tests !

« Les essais cliniques du vaccin d'AstraZeneca contre le coronavirus ont repris au Royaume-Uni après que l'Autorité de réglementation sanitaire des médicaments (MHRA) a confirmé qu'il ne présentait pas de danger », a annoncé le laboratoire !

Pas de danger, ce vaccin qui cause une myélite transverse ??

Pourrait-on connaître les conflits d’intérêts des membres de la MHRA, s’il vous plaît ?

Franchement, cette affaire sent le scandale sanitaire à plein nez.

Du coup, j’ai regardé attentivement comment les essais cliniques sur le vaccin anti-Covid ont été organisés… et cela fait froid dans le dos !

Stupeur : comment les Big Pharma testent réellement leur vaccin
Figurez-vous que le vaccin d’AstraZeneca n’est pas testé contre un placebo.

Non, il est testé contre l’un des vaccins les plus « réactogènes » au monde : le vaccin contre la méningite[5] !

Sur ce vaccin méningite, voici ce que dit la fiche officielle, réalisée par l’Autorité de santé américaine :

« La moitié des personnes à qui l’on administre un vaccin antiméningococcique ACWY souffrent d’effets indésirables légers après la vaccination, tels que des rougeurs ou des douleurs au site d’injection. Si ces problèmes apparaissent, ils durent en général 1 à 2 jours.

Un faible pourcentage des personnes à qui l’on administre le vaccin souffre de douleurs musculaires ou articulaires. »[6]

Ce vaccin fait donc partie de ceux qui causent le plus d’effets indésirables.

Et c’est manifestement pour ça qu’il a été choisi !

Cela permet de masquer les effets indésirables du vaccin anti-Covid !

Je prends les paris : ils vous diront sans doute que le vaccin anti-Covid n’a pas causé plus d’effets secondaires que le placebo… mais cela ne voudra pas dire qu’il n’en cause pas !

Cela voudra simplement dire qu’il n’est pas plus « dangereux » que le vaccin contre la méningite, qui cause énormément de mauvaises réactions !

Je rappelle que ce vaccin contre la méningite n’est pas recommandé par la Haute Autorité de Santé, sauf exception[7] !

Il est donc totalement irresponsable de comparer un vaccin anti-Covid qui s’apprête à être injecté au monde entier à un vaccin réservé à des cas très précis, et très rares !

Et ce n’est pas tout.

Ce qui est au moins aussi inquiétant, c’est que ces essais cliniques sont faits dans le secret, par les laboratoires pharmaceutiques, sans la transparence minimale qu’on pourrait exiger !

Ce n’était pas le premier cas grave, mais on ne vous a rien dit !
Figurez-vous que ce n’était pas la première fois, mais la deuxième fois que l’essai a été interrompu !

La première fois, c’était en juillet dernier, après un cas de sclérose en plaques après vaccination[8] !

La sclérose en plaques, comme la myélite transverse est une maladie auto-immune et démyélinisante.

C’est aussi une maladie rare et il est très peu probable, une fois de plus, que ce soit un hasard si un cobaye l’a attrapée après vaccination.

Surtout que cet « accident » a eu lieu au mois de juillet, au moment où il y avait encore très peu de volontaires testés.

Et pourtant, après une brève interruption, le comité « indépendant » a conclu que cette sclérose en plaques n’était pas causée par le vaccin.

Et on n’en a rien su.

Ce sont des informations cachées, non officielles, alors que l’argent public finance ces vaccins !

D’ailleurs, savez-vous comment on a appris que les tests avaient à nouveau été interrompus ?

Pas parce que AstraZeneca l’a révélé publiquement… mais parce que ses dirigeants l’ont avoué à leurs investisseurs, au cours d’une réunion privée[9] !

Rendez-vous compte : les financiers sont mieux informés que les scientifiques et les autorités de santé !

C’est un scandale qui a même fait réagir le New York Times, qui s’est alarmé du manque de transparence des essais cliniques des vaccins contre la Covid.

« Les producteurs de vaccins passent sous silence les données de sécurité, ce qui alarme les scientifiques », a titré ce journal peu suspect de « complotisme »[10] !

Et il n’y a pas que AstraZeneca qui est dans le viseur. C’est le même problème avec le vaccin développé par Pfizer et les autres grands groupes pharmaceutiques.

Aucune de ces firmes n’a révélé le détail de leur protocole clinique !

Même Eric Topol, un des médecins les plus influents aux Etats-Unis et grand défenseur des labos pharmaceutiques, s’en est ému :

« Les fabricants de vaccin contre le Sars-Cov-2 n’ont pas été transparents, alors que les enjeux sont énormes. J’appelle Pfizer et Moderna à publier le détail de leur essai clinique. Nous devons savoir. »[11]

Ce manque de transparence est d’autant plus inacceptable que l’argent public a largement subventionné ces multinationales pour fabriquer le vaccin !

« Nous avons payé pour ces essais cliniques, a déclaré Saad B. Omer, directeur de l’Institut pour la santé globale de l’Université de Yale. Il est donc raisonnable de demander ces informations. »

Ce n’est pas seulement « raisonnable », c’est vital !

Surtout que les producteurs de vaccin n’ont RIEN À CRAINDRE en cas d’effets indésirables graves.

Car l’Union européenne s’est engagée à indemniser elle-même les victimes, à la place des labos, avec de l’argent public !

Je n’invente rien : « Il est dans notre intérêt d'avoir des vaccins le plus rapidement possible et c'est pourquoi nous avons inclus dans ces contrats la possibilité d'indemniser les fabricants », a déclaré la porte-parole de la Commission européenne Vivian Loonela[12].

Bref, les laboratoires ont tout intérêt à mettre sur le marché ces vaccins quoi qu’il en coûte et quels qu’en soient les effets indésirables !

Encore une fois, c’est un énorme scandale sanitaire en devenir.

C’est du bon sens, et pas du tout une idéologie « anti-vaccin ».

Comme l’a très bien dit le Professeur Raoult, « je dénie à quiconque le droit de me traiter de pro-vaccin ou d’anti-vaccin ».

C’est comme si on disait de quelqu’un qu’il est « pro-médicament » ou « anti-médicament » : cela n’a aucun sens, cela dépend des médicaments, de la maladie et de l’état du malade !

Pour le vaccin anti-Covid, les choses sont claires : ce qui se passe est TRÈS INQUIÉTANT !

Bonne santé,

Xavier Bazin " (sic)

Au delà du caractère accrocheur de ce courrier, un tantinet complotiste, il n'en reste pas moins que les faits, si avérés, interpellent. Qu'en pensez vous ? Disposez-vous d'info sur le sujet ?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

09-11-2020
, a répondu:

Bonjour Patrick. Tout d'abord, nous souhaitons vous tenir aucourant que dans le magazine Test Santé 160 à paraitre, il y aura 2 articles détaillés sur les vaccins contre le coronavirus: un portera sur les études cliniques, et un autre sur les questions financières.

Nous ne donnerons pas un avis direct au sujet de toutes les déclarations de cet article. Certaines étant correctes, d'autres non.

Il est vrai que les études cliniques d'AstraZeneca ont été temporairement interrompues en raison d'un état grave chez l'un des participants. Il s'agit d'une procédure normale dans toute étude clinique et est clairement décrite dans le protocole de l'étude. L'étude est ensuite interrompue et afin de vérifier s'il pourrait y avoir ou non une relation causale avec le vaccin. Ce n'est pas parce qu'une réaction auto-immune survient chez une personne qui a reçu le vaccin qu'il existe également une relation de cause à effet avec l'administration du vaccin. Cela doit être examiné patient par patient. Il n'est pas non plus vrai que tous les participants à l'étude sont en bonne santé et jeunes: au moins 25% des participants à l'étude de phase 3 d'AstraZeneca aux États-Unis ont plus de 65 ans et les participants peuvent également avoir certaines autres conditions. Puisqu'il y a plusieurs dizaines de milliers de participants à l'étude et que certains d'entre eux reçoivent également un placebo, une affection grave peut également survenir sans être directement liée à l'administration du vaccin. Très récemment, par exemple, un participant à l'étude AstraZeneca est décédé: ce participant n'avait pas reçu de vaccin, seulement un placebo. Le décès ne peut donc pas être imputable au vaccin.

Si une relation de cause à effet n'est pas établie entre la maladie grave et l'administration du vaccin, les études peuvent être poursuivies. Cela s'est avéré être le cas avec l'étude d'AstraZeneca, qui a depuis été relancée au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, au Brésil et en Inde. Aux États-Unis, l'étude est toujours suspendue jusqu'à ce que l'agence américaine du médicament donne le feu vert à la FDA.

Il n'est donc pas vrai que les études cliniques soient menées en secret, sans transparence. Au contraire, les agences pharmaceutiques des pays où l'étude est menée doivent être informées de ces conditions graves, et ce sont les agences pharmaceutiques qui enquêtent sur la question et décident quand poursuivre l'étude. Une société pharmaceutique a également besoin de l'approbation de l'agence pharmaceutique du pays en question avant qu'une étude puisse être lancée et doit partager le protocole d'étude avec cette agence. 4 sociétés pharmaceutiques actuellement en phase finale de développement de vaccins (phase 3), à savoir Pfizer, AstraZeneca, Moderna et Johnson & Johnson, ont également rendu leurs protocoles publics au grand public.

Il n'est pas vrai que les prêteurs seraient mieux informés que les agences de médicaments. Il est également incorrect que les vaccins soient commercialisés indépendamment des effets secondaires: la sécurité est la priorité numéro un de l'Agence européenne des médicaments (EMA): les critères de qualité, de sécurité et d'efficacité par rapport auxquels les vaccins seront évalués seront les mêmes que la normale. Il est vrai qu'au Royaume-Uni, le vaccin corona est comparé au vaccin antiméningococcique ACWY (qui est très populaire au Royaume-Uni parmi les volontaires) au lieu d'un placebo. Mais aux USA, le vaccin est comparé à un groupe placebo, il n'est donc certainement pas question de masquer consciemment les effets secondaires. ^kelly

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

11-11-2020
, a répondu:

Merci pour votre point de vue éclairé qui relativise au moins, remet en question même une bonne partie des assertions de l'auteur de l'article. Il n'en reste pas moins que le lobby des firmes pharmaceutiques est puissant et les intérêts en jeu énormes et elles doivent être marquées à la culotte.

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

04-11-2020
, a répondu:

Il n'est pas « un tantinet complotiste ». C'est du pur complotisme, de A à Z.

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

06-10-2020

Je partage totalement. Merci TA

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

06-10-2020

Je rentre d'une zone rouge dans moins de 24h, j'ai rempli le formulaire adéquat mais je n'ai reçu aucun score comme indiqué dans l'article. Peut-être après le retour (?)
J'ai reçu le code QR par e,-mail sans indication utile.
Autre remarque: Je suis parti volontairement en zone rouge car je n'ai aucun souci à être en quarantaine. Et selon les statistiques où je suis, à Fuerteventura, il y a moins de 50 cas par 100.000 habitants (4 à 5 fois moins qu'en Belgique!) donc l'île aurait dû être classée en orange. L'hygiène y est irréprochable et il y a très très peu de touristes. Si j'étais allé à la côte belge, j'aurais couru beaucoup plus de risques covid et ne devrais pas subir de quarantaine. Logique! Depuis plus d'un mois l'Europe parle de régir les codes couleurs mais tout le monde attend...

Community