Dossier

Antidépresseurs : utilité mise en doute

04 avril 2012
antidépresseurs

04 avril 2012

De plus en plus de voix s'élèvent aujourd'hui pour réclamer un traitement non médicamenteux en cas de dépression légère ou modérée. Les médicaments ne peuvent définitivement pas tout résoudre.

Les dépressions, en Belgique, sont souvent soignées par des antidépresseurs. Or, ces derniers ont fait l’objet de critiques de plus en plus vives ces dernières années. Leur utilité serait fortement surestimée.

Demandez s'il n'existe pas une autre solution

Si votre médecin vous propose un antidépresseur, demandez-lui si celui-ci est vraiment nécessaire et s'il n'est pas possible d'envisager un traitement non médicamenteux.

Toutes les dépressions n'ont, en effet, pas forcément la même gravité. On estime ainsi qu'une dépression disparaît spontanément après quelques mois dans 50 % des cas, même sans traitement. Dans les autres cas, elle peut se prolonger et environ 20 % des patients sont considérés comme dépressifs chroniques.

Les antidépresseurs ne sont du reste pas toujours utiles. Si l'on en croit de récentes études, ces médicaments n'auraient pas plus d'effet qu'un placebo chez les personnes souffrant d'une dépression légère ou modérée. Les antidépresseurs ne feraient en réalité vraiment la différence qu'en cas de dépression sévère. L'argument selon lequel ils permettraient d'éviter que les patients ne se suicident est par ailleurs loin d'être évident.

Enfin, il convient également de souligner que ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires importants.
Voilà pourquoi beaucoup plaident aujourd'hui pour une première approche non médicamenteuse des dépressions légères à modérées.

Psychothérapie, une autre approche

Si vous optez pour une approche non médicamenteuse, une psychothérapie pourra également donner de bons résultats.
Les séances auprès d'un psychiatre, c’est-à-dire un spécialiste, seront dans tous les cas remboursées en partie par l'INAMI. Si, par contre, vous vous adressez à un psychothérapeute ne disposant pas d'un diplôme de médecine, comme un psychologue, aucune intervention de l'INAMI ne sera possible. Vous pourrez toutefois demander un remboursement partiel auprès de la plupart des mutualités dans le cadre de leur assurance complémentaire, à condition de faire appel alors à un thérapeute agréé par leurs soins.

Renseignez-vous sur les effets secondaires

Si vous décidez malgré tout, et en concertation avec votre médecin, de recourir à un traitement médicamenteux pour soigner votre dépression, sachez qu'il existe plusieurs sortes d'antidépresseurs. Les ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de sérotonine) sont actuellement les antidépresseurs les plus prescrits, devant les ATC (antidépresseurs tricycliques) et, exceptionnellement, les IMAO (inhibiteurs de monoamine-oxydase). Si l'efficacité varie à peine d'un type d'antidépresseur à un autre, il n'en va assurément pas de même pour les effets secondaires. Il conviendra donc également d'en tenir compte. Les interactions possibles avec d'autres médicaments pris par le patient devront également être évaluées.


Imprimer Envoyer par e-mail