L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Aspen réduit les prix des médicaments contre le cancer

14 juillet 2020

La société pharmaceutique Aspen a proposé de s’engager à réduire les prix de certains médicaments anticancéreux de 73 % en moyenne en Europe pour les dix prochaines années. Cet engagement fait suite à une enquête sur les prix excessifs de l'entreprise. Nous avions écrit aux autorités compétentes il y a des années.

Déjà en septembre 2016, la firme Aspen se voyait condamnée à une amende de 5 millions d'euros en Italie en réponse à une plainte de notre organisation sœur Altroconsumo. Après tout, le géant pharmaceutique sud-africain a mené une politique de prix extrêmement agressive sur les vieux médicaments anticancéreux bon marché. Dans notre pays, nous avions constaté que les pratiques d'Aspen avaient pour conséquence une dépense supplémentaire pour notre sécurité sociale estimée à 2,8 millions d’euros par an. Après une enquête lancée par la Commission européenne en mai 2017, la société a maintenant proposé de réduire le prix de ces médicaments en Europe de 73% en moyenne au cours des dix prochaines années.

Une politique de prix extrêmement agressive

La société Aspen commercialise les médicaments vitaux Alkeran, Myleran, Leukeran, Puri-Nethol et Lanvis, des médicaments utilisés dans le traitement de certains cancers, en particulier chez les enfants et les personnes âgées. Ces médicaments n'ont, dans la plupart des cas, pas de substitut thérapeutique direct et, bien que leurs brevets aient expiré il y a longtemps, il n'existe pas non plus de versions génériques. Aspen a acquis ces médicaments après l'expiration de la protection de leur brevet.

En soi, une hausse des prix n’était pas déraisonnable: elle concernait d’anciens médicaments bon marché, dont le prix avait été plusieurs fois bloqué et diminué par les autorités. Mais Aspen a poursuivit une politique des prix extrêmement agressive. Les augmentations demandées en Belgique ont varié de 500 à 1 600%, le tout sans aucune transparence des coûts pouvant servir de base à un accord de prix juste et équilibré. Le prix de Leukeran est, par exemple, passé de 10 € à 118 € par boîte. Nous avions alerté l'autorité belge de la concurrence il y a des années.

Victoire pour les patients

Ces engagements montrent que les prix élevés des médicaments anticancéreux hors brevet sont injustifiés et n'ont pas leur place dans l’Union européenne. Les prix très élevés mettent la vie des patients en danger et causent un grave préjudice financier aux systèmes des soins de santé. Nous espérons que la Commission européenne rendra ces engagements contraignants dans les plus brefs délais, ce qui permettrait d'éviter les litiges devant les tribunaux.

Entre temps, nous poursuivons notre lutte contre les pratiques anticoncurrentielles et opaques des firmes pharmaceutiques et suivonsde très près les plaintes que nous avons déposées ces dernières années contre les firmes Roche et Novartis pour leurs médicaments Avastin et Lucentis, contre la firme Biogen pour son médicament Spiranza ou encore contre la firme Leadiant pour son médicament CDCA. Vous pouvez en savoir plus sur nos préoccupations et nos exigences concernant l'industrie pharmaceutique dans notre dossier sur les médicaments abordables.

Vers notre dossier

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

Commentaires

Soyez le premier à commenter